L'échec cuisant de GB News, la CNews britannique
article

L'échec cuisant de GB News, la CNews britannique

Problèmes techniques, boycott, critiques et départs en cascade

Réservé à nos abonné.e.s
À son lancement, en juin dernier, la chaîne de télévision GB News promettait fièrement qu'elle produirait un "journalisme impartial" dans "la rédaction la plus leste et la plus sophistiquée de Grande-Bretagne". Un mois plus tard, les catastrophes s'enchaînent : les annonceurs boycottent, une partie de l'équipe quitte le navire et les audiences sont en chute libre. Voire sous terre. Que s'est-il passé ?

S'inspirant de Fox News - comme la française CNews - la chaîne d'information GB News (pour "Great Britain News") émet depuis le 13 juin, en presque continu (sept jours sur sept, 18 heures par jour). Avec pour but affiché de concurrencer la BBC et la chaîne privée Sky News. C'est Andrew Neil, 72 ans, ex-présentateur de la BBC réputé tant pour ses opinions réactionnaires que pour son talent d'intervieweur, qui a fondé la chaîne, financée par l'un des donateurs de la campagne pro-Brexit et par le groupe Legatum basé à Dubai. Neil, plus d'un million d'abonnés sur Twitter, est également la star de la chaîne (il est aussi président du magazine très droitier et pro-Brexit The Spectator).

 Il promettait dans son discours d'introductio...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.