Le Guardian part en guerre contre les énergies fossiles
enquête

Le Guardian part en guerre contre les énergies fossiles

"Nous allons nommer les pires pollueurs, et trouver qui les finance"

Réservé à nos abonné.e.s
Au Royaume-Uni, le Guardian vient de lancer une campagne d'envergure sur le changement climatique. Sa première bataille : mettre un frein à l'extraction de combustibles fossiles, en incitant les investisseurs à désinvestir de ce secteur. Pétition, articles accusateurs, campagnes très visuelles sur son site : le quotidien britannique ne fait pas les choses à moitié. Une petite révolution, dans une presse qui a adopté depuis les années 1990 une approche dépolitisée des questions environnementales.

Alan Rusbridger a soixante-deux ans, et un regret. Après avoir occupé pendant vingt ans le poste de rédacteur en chef du Guardian, cette figure du journalisme britannique a publié, le 6 mars, un billet en forme d'introspection. À quelques mois de la retraite, il s'est demandé s'il allait "avoir des regrets". Rusbridger n'en dénombre qu'un : n'avoir pas bien traité "l'immense, imposante, écrasante question" de "comment le changement climatique va probablement causer d'incalculables dégâts et tensions à notre espèce, du vivant de nos enfants."

À ses équipes et à ses lecteurs, il explique que le changement climatique n'est rien moins que "la plus importante histoire du monde". Mais c'est une histoire que "le journalisme n'a jamais réussi à rac...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.