Poutine, ou les limites du rapprochement d'images
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Poutine, ou les limites du rapprochement d'images

Réservé à nos abonné.e.s
Le Guardian a publié hier, en illustration d'un article intitulé Tueur, kleptocrate, génie, espion : les mythes à propos de Vladimir Poutine, huit portraits peints dudit tueur-kleptocrate-génie-espion.


Huit portraits non légendés, dépourvus de signature. Rhââ !Chert voz'mi ! vous écriez-vous. Mais rassurez-vous, tout n'est pas perdu ! @si, dévoué à l'éducation des masses laborieuses, a mené l'enquête et a retrouvé les auteurs de ces fières bobines. Elles sont l'oeuvre d'un couple d'artistes moscovites, Dmitri Vrubel et Viktoria Timofeyeva :


Ces deux-là ont peint en 2001 douze portraits de Poutine, affichant douze expressions différentes :


« Pendant qu'on le dessinait, on est littéralement tombés amoureux de lui », affirme Viktoria Timofeyeva. Les douze trombines peintes avec amour ont été...

Il vous reste 63% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Trump-business contre Trump-candidat : le choc de deux images

Comment les outrances du candidat ont mis en difficulté l'industriel du luxe

Quand Boris Johnson était journaliste eurosceptique

Comment l'ex-maire de Londres a popularisé le Bruxelles-bashing dans les médias UK

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.