Le gouvernement : feu sur mediapart !
Brève Vidéo

Le gouvernement : feu sur mediapart !

Pour sauver le soldat Woerth, le gouvernement a manifestement arrêté son plan de bataille : taper sur Médiapart, porteur des mauvaises nouvelles, mais aussi sur tous les journalistes qui reprennent les révélations du site d'info.

Nous l'indiquions plus tôt dans la journée, Edwy Plenel, le fondateur de Médiapart, a annoncé son intention d'attaquer en justice Xavier Bertrand, qui a qualifié hier de "méthodes fascistes" les enquêtes du site. Mais le secrétaire général de l'UMP n'est pas le seul à user de cette rhétorique. Les ministres Nadine Morano (hier), Christian Estrosi, Eric Besson, et le premier ministre François Fillon (aujourd'hui), ont tous fustigé les journalistes qui colportent "rumeurs" et "calomnies".

Et Fillon va même plus loin. Pour lui, ceux qui attaquent Woerth sont "ceux qui ont toujours cherché à abattre nos institutions".

Florilège picto


Vous n'avez pas compris l'allusion de Fillon ? Peut-être Nadine Morano se fera-t-elle mieux comprendre. Cet après-midi, elle a elle remis le couvert, et courageusement dénoncé les "méthodes fascistes de sites internet" et une "collusion politico-médiatico-trotskyste", dans une allusion à peine voilée au passé de militant d'extrême-gauche d'Edwy Plenel. La première sortie de la secrétaire d'Etat à la famille, dans le 19/20 d'hier soir, avait déjà fait sortir de ses gonds le syndicat SNJ-CGT, qui avait dénoncé une "attaque en règle contre la profession". Que vont bien pouvoir répondre les syndicats cette fois ?

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.