Le Dauphiné Libéré discret sur la condamnation de son PDG
article

Le Dauphiné Libéré discret sur la condamnation de son PDG

Réservé à nos abonné.e.s
En mars 2018, le PDG du Dauphiné Libéré était arrêté chez lui après que sa concubine s'est rendue à la gendarmerie pour se plaindre de violences de sa part. Le traitement de l'affaire par son journal, de la révélation de l'affaire au procès, a oscillé entre silence et service minimum. Et le PDG, Christophe Tostain, est toujours en poste.

Comment traiter, pour un journal, la condamnation en justice de son propre PDG ? C'est la question à laquelle le Dauphiné Libéré a dû répondre pendant plus d'un an. Depuis que Christophe Tostain, à la tête du journal rhône-alpin depuis 2013, a vu débarquer les gendarmes dans son appartement de Tassin-la-Demi-Lune (banlieue de Lyon), le 4 mars 2018. Sa compagne était allée chercher les militaires suite à des coups portés par Tostain. Arrivés sur place, les gendarmes sont photographiés et insultés par le PDG du Dauphiné, ivre, qui menace de les faire "muter en enfer", se prévalant de ses relations. Le 8 mars, l'AFP indique que Tostain est déferé devant le parquet de Lyon pour "violence sur conjoint", dans une dépêche reprise notamment pa...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.