La presse francophone et la classe politique suisses condamnent le vote anti-minarets
article

La presse francophone et la classe politique suisses condamnent le vote anti-minarets

Réservé à nos abonné.e.s
A l'initiative du parti populiste UDC, les Suisses étaient invités à se prononcer sur l'interdiction de la construction de minarets : plus de 57,5% des votants ont approuvé l'interdiction. Une surprise politique déplorée par la presse francophone, tandis que tous les journaux du pays pensent que cela va compliquer les relations économiques entre la Suisse et les pays musulmans.
L'interdiction l'a emporté dans 22 des 26 cantons suisses, mais Genève (qui possède un des quatre minarets suisses) a voté en majorité (près de 60 %) contre l'interdiction des minarets.

La Conférence des évêques suisses regrette ce résultat qui est, selon elle, "un obstacle sur le chemin de l'intégration et du dialogue interreligieux dans le respect mutuel".

Sur la première double page un article titré "Il y a aura des répercussions économiques" cite Eveline Widmer-Schlumpf, conseillère fédérale en charge de la justice et de la police qui ajoute "Je doute que ce vote reste sans conséquences pour l'exportatio...

Il vous reste 85% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.