Kevin Spacey sauvé par la disparition d'un téléphone
article

Kevin Spacey sauvé par la disparition d'un téléphone

Réservé à nos abonné.e.s
Le 17 juillet, des charges d’attentat à la pudeur et d’agression sexuelle qui pesaient sur l’acteur Kevin Spacey ont été abandonnées, exactement trois ans après sa rencontre avec un jeune serveur dans un bar chic de la région de Boston. Pour comprendre cet épisode des suites de la vague #MeToo, nous avons épluché la presse américaine.

Et l'affaire Kevin Spacey tourna court. "Dans un document déposé le mercredi 17 juillet, le procureur Michael O’Keefe, a informé que les charges qui pesaient sur Spacey étaient abandonnées en raison de la non-disponibilité du témoin à charge", annonce le New York Times le 17 juillet. Le quotidien USA Today revient sur l'audience qui a déclenché la fin des poursuites : "L'audience du 8 juillet condense tous les ingrédients du feuilleton : un échange houleux entre l'avocat de Spacey, Alan Jackson, et le père de l'accusateur (un investisseur immobilier, Ndlr); la mère, Heather Unruh, ancienne présentatrice TV à Boston, a avoué qu'elle avait supprimé du matériel sur le téléphone portable de son fils ; et, bien sûr, la décision du plaignan...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.