Interviews de dirigeants : palais et dorures, un mal français
article

Interviews de dirigeants : palais et dorures, un mal français

Tour européen des chaises de bureau et des halls d'entrée

Réservé à nos abonné.e.s
Si le cérémonial républico-monarchique est bien une singularité française, la déférence des journalistes envers les dirigeants est assez largement partagée en Europe. Un tour du continent des interviews des chef.fes de l'exécutif, en passant par l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni.

Enfin. Enfin des journalistes ont été pugnaces face à un chef de l'Etat. Pour la première fois, avec l'interview d'Emmanuel Macron par Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin, déférence et obséquiosité ont été mis au placard au profit de questions directes, de relances, et d'interruptions.  Et ailleurs ? Sur quel ton, et dans quels décors, sont interrogé.e.s les chef.fes de l'exécutif voisins. 

Notons déjà que certains de ces dirigeants sont bien plus souvent face aux journalistes. Outre-Manche, la Première ministre Theresa May accorde par exemple régulièrement des interviews à plusieurs chaînes. Loin d'être des grand-messes où l'on fait un tour d'horizon de tous les sujets, les entretiens peuvent être d'une durée moyenne, voire c...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.