Free : l'anti-promo de TF1 et Canal+
Brève Vidéo

Free : l'anti-promo de TF1 et Canal+

Un service après-vente défaillant, une offre n'ayant rien de révolutionnaire et un forfait social qui n'est même pas disponible pour les interdits bancaires: c'est en ces termes que TF1 et Canal + ont commenté le lancement de Free Mobile. Une anti-promo venant contrebalancer le plan com' de Free, qui a connu un autre accroc hier soir : Xavier Niel, patron de Free, a été refoulé du plateau du Grand journal. Raison invoquée: il a accordé une interview à France 5 juste avant.



Comment TF1, chaîne du groupe Bouygues (propriétaire de Bouygues Telecom), a-t-elle parlé de l'offre mobile de Free ? En omettant le détail de l'offre et en recensant plutôt les points négatifs de Free Mobile. Dans le sujet diffusé hier soir au 20h de Laurence Ferrari, TF1 a indiqué que pour 19,99 euros, il y avait internet et sms illimité (en oubliant que les appels l'étaient également). Une offre "pas révolutionnaire" selon UFC-Que-Choisir (alors que le même directeur-adjoint de l'association évoquait plutôt "des offres très intéressantes, simples, avec un prix attractif" à 20 minutes). Et le forfait social à 2 euros ? "Pas suffisant", notamment pour "les personnes en interdit bancaire".

Un sujet garanti sans Xavier Niel (mais avec logo des concurrents)picto

Sur Canal +, c'est le nouveau chroniqueur, Vincent Glad (bien connu des utilisateurs de twitter), qui a décrypté le "buzz low-cost de Free". Après avoir expliqué dans le détail comment la marque a suscité l'attente et orchestré "le buzz", Glad a tenu à tailler en pièces, non pas l'offre, mais le service-après-vente de Free.

Ecoutez la deuxième partie de sa chronique

picto

Une anti-promo sur Canal+ que Niel aurait pu corriger... s'il n'avait pas été refoulé du plateau du Grand journal. Lepoint.fr raconte que lorsque le patron de Free, invité par Canal +, a voulu se rendre sur plateau, "le producteur de l'émission, Renaud Le Van Kim, lui a demandé de repartir. Il n'est plus le bienvenu". Pour quelles raisons ? "Xavier Niel vient d'enregistrer une interview pour C à vous, l'émission de France 5, concurrente du Grand Journal. Canal+ entendait obtenir l'exclusivité et ne conçoit pas que son invité du jour puisse être, au même moment, sur une autre chaîne", précise Berretta.

Une version confirmée à demi-mots par Xavier Niel... qui sous-entend, avec la complicité de Jean-Jacques Bourdin, que Canal+, propriété de Vivendi (qui possède également SFR) aurait pu recevoir des consignes. Sous-entendu identique à celui de la veille, sur France 5, à propos de TF1, qui n'avait pas diffusé de sujet sur son offre dans son 13h.

Niel, et ses sous-entendus sur Bouygues et SFR picto


L'occasion de relire notre observatoire sur la conférence de presse de "Xavier le vendeur, et l'abbé Niel".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.