"Droit de cuissage" à la mairie de Maubeuge : Causette a-t-elle desservi les victimes ?
enquête

"Droit de cuissage" à la mairie de Maubeuge : Causette a-t-elle desservi les victimes ?

Le magazine féministe critiqué par une association.

Réservé à nos abonné.e.s

"Droit de cuissage à la mairie." La dernière enquête du magazine Causette pose une question : faut-il médiatiser coûte que coûte des récits de victimes d'agression sexuelles pour briser l'omerta, ou s'interdire de le faire pour ne pas risquer de les mettre en difficulté? Causette révèle dans son numéro d'avril plusieurs cas de femmes qui affirment être victimes d'agression sexuelle, voire de viol, de la part d'élus, notamment à la mairie (PS) de Maubeuge (Nord).

Pour son enquête, le magazine se fonde - notamment - sur l'Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail, (AVFT), que nous avions reçue sur notre plateau. Mais l'AVFT a rédigé un communiqué, dans lequel elle assure n'avoir jamais voulu que ces cas soient médiatisés.

"Droit de cuissage à la mairie." La dernière enquête du magazine Causette pose une question : faut-il médiatiser coûte que coûte des récits de victimes d'agression sexuelles pour briser l'omerta, ou s'interdire de le faire pour ne pas risquer de les mettre en difficulté? Causette révèle dans son numéro d'avril plusieurs cas de femmes qui affirment être victimes d'agression sexuelle, voire de viol, de la part d'élus, notamment à la mairie (PS) de Maubeuge (Nord).

Pour son enquête, le magazine se fonde - notamment - sur l'Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail, (AVFT), que nous avions reçue su...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Une journaliste, une idée fixe #1 : Marine Turchi et les violences sexuelles

Épisode 1 de notre série d'été sur ces journalistes obsessionnels qui font bouger les lignes.

Affaire Besson : Le Point condamné en diffamation

Le journaliste Aziz Zemouri avait qualifié Sand Van Roy de "call-girl"

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.