Doutes sur la "suspension" de Benalla, pugnacité du Sénat
article

Doutes sur la "suspension" de Benalla, pugnacité du Sénat

Et Macron attaque la presse

Réservé à nos abonné.e.s
Sanctionné, pas sanctionné ? Rémunéré, pas rémunéré ? Alors qu’Emmanuel Macron s’est enfin exprimé ce mardi sur l’affaire Benalla, s’en prenant aux parlementaires d’opposition et à la presse, les auditions se poursuivent. Soulevant la question des conditions exactes de la mise à pied temporaire d’Alexandre Benalla, collaborateur de l’Elysée, désormais mis en examen pour des faits de violences contre des manifestants le 1er mai. La journée a par ailleurs été marquée par une perquisition dans l'ancien bureau de Benalla à l'Elysée.

Il a donc fini par réagir officiellement. Alors que l'affaire Benalla, du nom de ce collaborateur mis en examen pour des faits de violence contre des manifestants le 1er mai dernier, se poursuit, à coup de révélations, déclarations et volte-face, Emmanuel Macron s'est exprimé devant des députés de la majorité LREM, mardi 24 juillet, en fin de journée. "S'ils cherchent un responsable, le seul responsable c'est moi et moi seul", a-t-il déclaré devant les députés, évoquant une "déception", une "trahison" de son collaborateur. 

"une presse qui ne cherche plus la vérité"

Mais le président de la République en profite également pour s'en prendre directement aux médias, "un pouvoir médiatique qui veut devenir un pouvoir judiciaire". "Nous avons ...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.