Déchéance nationalité : Joxe lance un appel à la gauche (Mediapart)
Brève

Déchéance nationalité : Joxe lance un appel à la gauche (Mediapart)

"Bonne nouvelle ! La gauche est bien vivante !" Ainsi s’exclame Pierre Joxe dans une tribune publiée ce matin sur Mediapart. L’ancien ministre de l’intérieur et de la défense de François Mitterrand, aujourd’hui avocat, fustige le projet de loi constitutionnelle sur la déchéance de nationalité et applaudit la position du Mouvement des jeunes socialistes qui, dans un appel publié avant Noël, déplore le choix du gouvernement.

La querelle entre anti et pro-déchéance de nationalité ne connaît pas de trêve. Après la publication de plusieurs tribunes – dont une signée par le premier ministre Manuel Valls – qui avancent des arguments en faveur de la mesure d’extension de la déchéance de nationalité aux binationaux nés en France et condamnés pour terrorisme, comme nous l’évoquions hier, Pierre Joxe prend position contre le projet de loi constitutionnelle dans une tribune publiée ce jour sur Mediapart.

L’ancien ministre de l’Intérieur et de la Défense, aujourd’hui avocat au barreau de Paris, salue l’appel des Jeunes socialistes qui, peu avant Noël, déplorait le choix du gouvernement. Et Joxe d’en citer de larges extraits dont celui-ci : "Si cette mesure est autant contestée et avait été écartée par le gouvernement à la suite des attentats de janvier, c’est sans doute parce qu’elle heurte nos valeurs de justice, notre conception de la République, et que son inefficacité est certaine". Joxe applaudit : "ces Jeunes Socialistes ont bien raison de défendre des valeurs. Non, ils ne «s’égarent» pas – comme le leur reproche ingénument un Premier Ministre […]. Ils donnent le bon exemple". D’où cette exclamation : "la gauche est bien vivante !"

Ce n’est pas la première fois que Joxe fustige les choix du gouvernement. Sur notre plateau, en avril dernier, il renvoyait à ce qu’est selon lui l’essence du socialisme. Dans sa tribune aujourd’hui, il assure que c’est "notre conception de la République qui est en cause". Joxe condamne, sans le nommer, le premier ministre : "Qu’un socialiste adulte, encore jeune, mais déjà très mûr, puisse proférer qu’«une partie de la gauche s’égare au nom de grandes valeurs», cela rappelle de vieux et mauvais souvenirs". Joxe fait référence ici aux propos tenus par Valls dans le JDD du 26 décembre.

Pierre Joxe sur notre plateau en avril 2015

Enfin, comme de nombreux opposants à ce projet de loi constitutionnelle, Joxe rappelle la position de François Hollande en 2010 face à Nicolas Sarkozy qui proposait l’extension de la déchéance de nationalité. A l’époque, comme le souligne notamment Le Monde, François Hollande jugeait sur un plateau de France 5 cette proposition d’extension "attentatoire à ce qu’est finalement la tradition républicaine et en aucune façon protecteur pour les citoyens".

"La gauche anesthésiée se réveille" se réjouit Joxe. Tout espoir n’est donc pas perdu. D’autant que Joxe a d’autres raisons d’espérer puisque "la longue liste des «Projets de réformes constitutionnelles» exhibés puis enterrés depuis bientôt trois ans peut laisser penser que l’explosif effet d’annonce d’aujourd’hui va disparaître dans l’effet de souffle qu’il a provoqué... On ne le regrettera pas". En revanche, poursuit-il, "on regrettera peut-être davantage les réformes annoncées, rédigées et mises au congélateur depuis trois ans". Et de donner quatre exemples dont les projets relatifs à la démocratie sociale ou encore à la responsabilité juridictionnelle du Président de la République et des membres du Gouvernement. "Souhaitons cette douce euthanasie" au projet sur la déchéance de nationalité, conclut Joxe.

>> L’occasion de revoir notre tête-à-tête avec Pierre Joxe, le dernier (?) socialiste français

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.