Comment les marques colonisent les podcasts
article

Comment les marques colonisent les podcasts

50 nuances de partenariats

Réservé à nos abonné.e.s
Depuis trois ans, les podcasts se multiplient en France, et commencent à trouver leur modèle économique. Pour maintenir la gratuité de l'accès aux contenus, c'est vers les marques ou institutions que les studios se tournent pour se financer. Chanel, Red Bull, Tinder... Enquête sur les multiples formes de partenariats et de publicités, plus ou moins affichés, qui colonisent le podcast français.

"Et si on lançait un podcast ?" Chez les jeunes journalistes, la question est un peu le nouveau "et si on ouvrait un bar ?" Un projet qui fait rêver, qu'on peut mener entre copains, synonyme de liberté. Fabriquer un podcast étant plus facile qu'ouvrir un débit de boisson, les émissions de radio disponibles uniquement en ligne, à télécharger via des applications ad hoc, se multiplient depuis quelques années. Mais si lancer un podcast demande relativement peu de moyens, le faire vivre, et en vivre, c'est une autre paire de manches. 

Deux grosses sociétés de podcast "indépendantes" se détachent en France : Binge audio et Nouvelles écoutes, chacune ayant respectivement une trentaine et une vingtaine d'émissions différentes au compteur. Comm...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.