Centenaire : du Jaurès à toutes les sauces
article

Centenaire : du Jaurès à toutes les sauces

Spiritiste, conférencier rémunéré, et...écartelé entre les deux gauches

Réservé à nos abonné.e.s
Jaurès, amateur de spiritisme, qui a donné son nom à 2416 rues, et livrait des conférences rémunérées pour renflouer L'Huma. Ce portrait vous étonne? Ce sont quelques exemples des angles parfois farfelus traités dans les médias à l'occasion du centenaire de son assassinat le 31 juillet 1914. Un live- tweet a même été lancé pour suivre pas à pas ses derniers instants. Côté politique, les deux gauches se disputent l'héritage du socialiste qui n'a jamais gouverné.

Coup de tonnerre en ce 31 juillet 1914, à quelques heures du début de la Première guerre mondiale, Jaurès est assassiné par un jeune nationaliste exalté. "Si j'ai commis cet acte, c'est parce que Monsieur Jaurès a trahi son pays en votant la loi des Trois ans" déclare le meurtrier, Raoul Villain. On revient dans notre émission sur sa mort et sur cette loi des Trois ans, allongement du service militaire, et enjeu stratégico-politique majeur des années d'avant-guerre. Le leader socialiste tentait de mobiliser l'opinion pour éviter la guerre. Jean Jaurès est depuis un siècle pour les Français l'icône d'un socialisme humaniste et pacif...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.