CDD de France TV : quand la précarité nuit au journalisme
article

CDD de France TV : quand la précarité nuit au journalisme

"Dans certains services, la moitié de la production journalistique est faite par des précaires"

Réservé à nos abonné.e.s
France Télévisions et sa présidente Delphine Ernotte sont attaqués au pénal pour "recours abusif aux CDD" par des journalistes et des techniciens qui dénoncent une précarité grandissante au sein de l'audiovisuel public. Avec pour conséquences l'impossibilité de refuser les propositions de sujet des rédacteurs en chef, et du journalisme sans connaissance du terrain.

Lorsqu'Arrêt sur images appelle des journalistes du groupe France Télévisions – France 2, France 3, la chaîne Franceinfo –, il n'est pas rare que l'on décline de nous répondre pour une raison assez particulière : "Désolé, je ne peux pas parler… Je suis en CDD." Cela ne veut pas dire qu'à France Télévisions, les contrats à durée déterminée interdisent de parler à la presse. Mais les journalistes dans cette situation préfèrent faire profil bas. Le risque de "ne pas être renouvelé" est trop grand. Les précaires sont en effet légion chez France Télévisions, ce que rapportent les médias régulièrement, mais le plus souvent sans en évoquer les conséquences à l'antenne.

Les 11 et 12 octobre dernier, au Tribunal de grande instance de P...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.