Bolloré : "Complément d'enquête" poursuivi au Cameroun
enquête

Bolloré : "Complément d'enquête" poursuivi au Cameroun

Une façon de contourner la loi française sur la liberté de la presse ?

Réservé à nos abonné.e.s
Selon les informations d’@si, France Télévisions et Complément d’enquête viennent d’être convoqués devant la justice pénale camerounaise. Ils sont cités à comparaître le 2 février 2017 devant le tribunal de grande instance de Douala, au Cameroun. La raison ? Une plainte pour "diffamation" déposée par la Socapalm, société agro-industrielle dont Bolloré est actionnaire. Poursuivre les journalistes dans un pays où la diffamation est passible de peine de prison ferme ? C'est la dernière offensive judiciaire du camp Bolloré contre le reportage que France 2 avait consacré en avril à ses activités africaines.

Vincent Bolloré ne renonce pas. Après avoir décidé d'attaquer France 2 devant le tribunal de commerce pour "dénigrement" à la suite du reportage de Complément d’enquête sur ses activités africaines, l’industriel ouvre un nouveau front...au Cameroun.

Mercredi dernier, la rédaction du magazine a en effet reçu au siège de France Télévisions une série d’assignations en justice. Par acte d’huissier, le groupe audiovisuel public et Complément d’enquête se voient convoqués devant la justice pénale camerounaise. En cause: une plainte déposée au Cameroun par la Socapalm, la so...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.