Au Canada, comment Trudeau a gagné en s'opposant à la déchéance de nationalité
article

Au Canada, comment Trudeau a gagné en s'opposant à la déchéance de nationalité

"Un Canadien est un Canadien est un Canadien"

Réservé à nos abonné.e.s
Entre critiques sur les réseaux sociaux et contre-offensive médiatique, le débat sur la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme fait rage en France… à peine quelques mois après la même controverse au Canada. Introduite par le gouvernement conservateur sortant outre-Atlantique, la mesure a été combattue publiquement et fermement de la gauche (NPD, Parti vert) jusqu’au Parti Libéral (centriste) de Justin Trudeau. Au point de devenir un argument important de la campagne, qui a conduit Trudeau à être élu premier ministre le 19 octobre dernier.

"Les terroristes ne devraient pas perdre leur citoyenneté selon Trudeau". Fin septembre, soit trois mois avant le débat français, la déchéance de nationalité des Canadiens condamnés pour terrorisme a de nouveau fait les gros titres. La star du débat ? Justin Trudeau, alors "seulement" leader du Parti libéral (centriste). Il faut dire que Trudeau a alors adopté une position particulièrement claire et assumée sur la loi C-24 du Parti conservateur (comme le m@tinaute le notait déjà ici). Votée un an plus tôt, celle-ci permet (entre autres) au ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté de pr...

Il vous reste 89% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.