Accusée de plagiat, Canal+ dément
Brève Vidéo

Accusée de plagiat, Canal+ dément

Simple coïncidence ou pompage délibéré ?

Dans un message publié ce mercredi sur Twitter l'humoriste Charline Vanhoenacker de France Inter tacle un "plagiat de la part de Canal+". L'humoriste renvoie vers un billet publié le jour même sur le site de la Libre Belgique. Un billet signé par sa compatriote belge, l'auteure Marie Thibault de Maisières. Celle-ci accuse Canal+ d'avoir pompé le concept de l'un de ses projets de pastille humoristique.

nouveau media

Dans ce billet, De Maisières raconte qu'il y a deux ans elle a proposé à Canal+ une capsule vidéo de trois minutes, sorte de JT décalé qui ferait le tour de l’actualité féministe sur un ton à la fois "engagé" et "très léger". Si l'on en croit De Maisières, la maquette de son projet, baptisé La semaine féminine, aurait d’abord tapé dans l’œil de la "recruteuse talent" de Canal, laquelle lui aurait proposé un premier rendez-vous à Paris pour lui faire part de son enthousiasme. Mais "trois semaines plus tard" pourtant, le ton a changé. "Ah non, ça ne va pas se faire", se serait-elle entendu répondre l'auteure au téléphone.

"Ils ont choisi un homme"

Jusque là rien d'extraordinaire. Mais "deux ans passent et ce samedi démarre sur Canal + une nouvelle capsule. Cela s’appelle «Cette semaine, Madame»" écrit De Maisières dans son billet. De quoi s’agit-il ? D’une pastille vidéo hebdomadaire, un JT au ton pince-sans-rire qui étrille le machisme et revient sur l’actualité féministe de la semaine écoulée en quelques minutes."Ce n’est pas une idée à toi ça ?" lui aurait écrit son ami humoriste Alex Vizorek.

Il est vrai que les deux pastilles partagent certaines similitudes : même format hebdo d’un peu moins de trois minutes, même principe de faux JT, un ton décalé qui raille les clichés sexistes. La ressemblance s'arrête là. "Soyez libre d’en tirer vos conclusions…" écrit de Maisières qui, dans son billet, met en parallèle les deux pastilles.Ci-dessous un extrait de chacune des deux pastilles. À chacun de juger.

La réponse de Canal ne s'est pas fait attendre. Dans un droit de réponse envoyé ce jeudi à La Libre Belgique, la chaîne se dit surprise par le billet publié sur le site belge et réfute tout lien entre les deux pastilles. "Le titre de notre format «Cette semaine madame» est un clin d'œil à Aujourd'hui Madame émission féminine culte de la télé française", explique la chaîne qui poursuit : "Cette Semaine Madame joue davantage avec des fausses informations satiriques. Il se distingue notamment en ça de la maquette “La semaine féminine”, envoyée il y a 2 ans, dont le Bureau des Auteurs n’a jamais eu connaissance et n’a pu s’inspirer." Contactée par l'Express, De Maisières a tenté de clarifier son propos, assurant qu'elle "n'accuse personne". Elle précise : "J'ai juste voulu raconter cette histoire humaine. Et je n'ai pas peur d'en parler parce que je ne veux pas réussir dans le métier. J'écris des livres pour enfants et des chroniques dans La Libre Belgique et cela me va parfaitement."

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.