Accusé d'être "islamisto-servile", un cadre d'En Marche "mis en retrait"
article

Accusé d'être "islamisto-servile", un cadre d'En Marche "mis en retrait"

Mohamed Saou : "ils m'ont dit qu'ils ne voulaient pas d'emmerdes"

Réservé à nos abonné.e.s
Il ne participera plus à la campagne d'Emmanuel Macron. Mohamed Saou, cadre du mouvement "En Marche" dans le Val-d'Oise (95), a été mis "en retrait" par l'équipe du candidat jeudi 6 avril. La décision fait suite au post Facebook d'une essayiste proche du PS, qui accuse Saou d'être "islamisto-servile" en se basant sur des publications Facebook de Saou. L'affaire, relayée notamment dans la fachosphère, a même fait irruption dans l’Émission Politique du 6 avril, qui recevait le candidat d' "En Marche".

La séquence aura duré moins d'une minute. Jeudi soir, en pleine discussion entre Emmanuel Macron et Barbara Lefebvre, historienne et filloniste masquée, sur la colonisation et la notion de "refoulé colonial" durant l’Émission Politique, Lefebvre attaque soudain : "Il me semble que vous avez au sein même de votre mouvement comme référent dans le Val-d'Oise Monsieur Saou qui d'ailleurs est tout à fait proche des idées des Indigènes de la République [mouvement antiraciste dont certaines positions ont pu être assimilées à de l’antisémitisme ou de l’homophobie, ndlr] et du refoulé colonial". En face, le candidat...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.