hotel laleh iran
enquête du par

Elections iraniennes : les journalistes sous surveillance à Téhéran

Avec ses recommandations, RSF en fait-il trop ? Avis partagés.

Visas delivrés au compte gouttes, traducteurs imposés, portables et connexions internet surveillés, l'ambiance à Téhéran est à la surveillance généralisée à la veille du premier tour des élections présidentielles. Dans ce contexte, Reporters sans frontières a publié une série de conseils à destination des journalistes qui couvriront l’évènement. Pour certains, RSF en fait trop, pour d'autres ces recommandations sont plutôt bienvenues. Au global, tous parlent d'une "surveillance réelle et permanente" mais assurent jouir d'une "certaine liberté de mouvement".

Ira, ira pas ? Pas simple pour les rédactions françaises de couvrir les élections iranniennes. Il faut dire que le contexte politique du pays n'aide pas. Le 29 mai dernier, Mohammad Hosseini, ministre de la Culture et de l’Orientation islamique, aurait demandé selon RSF au ministère des Renseignements “de vérifier minutieusement les demandes de visas déposées par les journalistes étrangers qui souhaitent couvrir l’élection présidentielle du 14 juin, afin d’empêcher que, contrairement à ce qui s’était produit lors de la dernière élection, des espions sionistes viennent en Iran”. Ambiance.

Résultat : de nombreux médias français n'ont pas obtenu de visas. Ils ne pourront donc envoyer aucun journaliste sur place. Parmi eux, les hebdomadaires Le Pointet Le Nouvel Observateur, le quotidien Le Monde, les chaines de télévision France 3, TF1, BFM TV et I-Télé et les chaines de radio Europe 1 et RTL. A contrario Libération, Le Figaro, La Croix, France Inter et France Info, France 24 et RFI, et France 2 se sont procurés le précieux sésame. Les visas qui ont pour le moment été accordés sont tous d'une durée d'une semaine. Le 1er tour a lieu le 14 juin et en cas de second tour, les journalistes devront rentrer faire une nouvelle demande de visa à l'ambassade iranienne de Paris.

Parfois, le pouvoir iranien délivre le document lors d'une "deuxième vague". Ce fut le cas en 2009 pour Le Figaro ou France 3. Hugues Huet de France 3 se souvient, "On a reçu le visa pour le jour même de...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Elections iraniennes : les journalistes sous surveillance à Téhéran

J'ai l'impression (j'avoue que je vois les choses de loin) que RSF n'est pas dans son rôle. La prévention envers les ...

Par poisson
le 14/06/2013
Tous les forums >