Profs et élèves : quand ça dérape
Post-pop
  • Presentation
    Rafik Djoumi et Daniel Schneidermann et Delphine Chedaleux
  • Préparation
    Antoine Streiff
  • Deco-Réalisation
    Sébastien Bourgine et Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s

Comment le cinéma français, ces vingt dernières années, s'est-il emparé du huis-clos d'une salle de classe, quand ça dérape entre profs et élèves, notamment pour des raisons de prescriptions religieuses liées à l'Islam ? Après l'assassinat de Samuel Paty, nous nous sommes posés cette question toute simple.

Etonnamment (ou pas), comparativement au temps qui y est consacré dans les médias et l'édition, peu de films de fiction documentent le sujet. Le plus souvent, dans des films à thèse, pour illustrer la décadence de l'éducation dans les "quartiers difficiles" (La Journée de la jupe), ou à l'inverse, la vision d'une émancipation quasi-miraculeuse (Les Héritiers). En passant par quelques films plus inclassables, comme Entre les murs.&nbsp...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.