Kaamelott, trop blanc, trop masculin ?
Post-pop
  • Avec
    Rafik Djoumi
  • Presentation
    Daniel Schneidermann
  • Préparation
    William Blanc et Antoine Streiff et Justine Breton
  • Deco-Réalisation
    Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s

Le film Kaamelott, d'Alexandre Astier, prolongeant la série du même nom, est-il trop blanc, et trop masculin ? Née d'une interview de la médiéviste Justine Breton au site Konbini, la polémique a embrasé cet été les fans en ligne de la série. Force est de constater qu'à l'inverse d'autres films ou séries inspirés de la légende arthurienne, qui proposent des Arthur ou des Guenièvre racisés, Astier n'a pas pris le tournant intersectionnel. 

Faut-il le regretter ? Que nous dit en cette matière la réalité démographique de l'Angleterre médiévale ? Que nous dit la "tradition arthurienne" ? Et d'abord, existe-t-il une sorte de "canon" historique de la saga de Arthur, Lancelot, Merlin, Guenièvre, et la dame du Lac ? Outre Rafik Djoumi, fidèle au poste, nous en débattons cette semaine avec deux éminents médiévistes, William Blanc et Justine Breton, justement, qui nous explique qu'elle n'a pas dit ce qu'on a voulu lui faire dire...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.