Filoche, Filippetti, la paresse et le travail, d@ns le texte

Arrêt sur images

Ce sacré travail : il n'est question que de lui, ces temps-ci. Est-il libérateur, émancipateur, ou oppresseur ? Ce débat, qui traverse tant de questions de société actuelles, de la retraite aux heures supplémentaires, sans oublier la controverse initiée p(...)

Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s
Ce sacré travail : il n'est question que de lui, ces temps-ci. Est-il libérateur, émancipateur, ou oppresseur ? Ce débat, qui traverse tant de questions de société actuelles, de la retraite aux heures supplémentaires, sans oublier la controverse initiée par Elisabeth Badinter sur les femmes et la maternité, nous avons souhaité le faire rebondir autour d'un texte, classique et provocateur, "Le droit à la paresse", publié en 1880 par Paul Lafargue. Avant de regarder l'émission, lisez donc ici le petit résumé pédagogique de Judith Bernard.

Lafargue prônait les trois heures de travail par jour. Comment, par rapport à cet objectif maximaliste, se situent deux socialistes d'aujourd'hui ? Avec quelles convictions, et...quels tabous ? C'est à l'inspecteur du travail Gérard Filoche (qui préface la réédition du texte de Lafargue aux Editions le passager clandestin) et à la députée socialiste de la Moselle, Aurélie Filippetti, que nous avons demandé de venir débattre. Et en les entendant tous deux, en entendant Filoche évoquer les gamins qui se brûlent les doigts dans l'huile des MacDo, et Filippetti la fierté du sidérurgiste devant sa coulée, nous réalis...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.