Deliveroo : "Le digital n'est pas capable de vivre sans les livreurs"

Arrêt sur images

Livraison à domicile : service ou servitude ?

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
La société ubérisée nous promet-elle un paradis du numérique ou un enfer social ? Depuis le début de ce qu’on appelle la révolution numérique, les deux représentations s’affrontent. Paradis des auto-entrepreneurs avec horaires à la carte ou enfer de l’esclavage moderne, le débat est relancé après la première grève, minoritaire mais très médiatisée, des forçats du vélo, les livreurs de repas de la société Deliveroo. Débat que nous poursuivons sur notre plateau avec Jérôme Pimot, ancien coursier, porte-parole du Collectif des Livreurs Autonomes de Paris (CLAP75), Ousman Cissokho, livreur à vélo, Denis Jacquet, président de l'Observatoire de l'ubérisation et co-auteur du livre Ubérisation, un ennemi qui vous veut du bien ? (Éditions Dunod, 2016) ainsi que notre chroniqueuse et historienne Mathilde Larrère.

Vous pouvez aussi utiliser le découpage en actes.

Si la lecture des vidéos est saccadée, reportez-vous à nos conseils.

Acte 1

La différence de traitement médiatique à l’arrivée des plateformes de livraison de repas à domicile, soit entre 2015 et cet été, est flagrante. Liberté et argent facile hier, précarité voire esclavagisme aujourd’hui. Pour Jérôme Pimot, en deux ans, la dégradation des conditions de travail et de la rémunération des livreurs, est manifeste. A l’arrivée d’un nouvel acteur (d’abord Tok tok tok puis Take eat easy puis Deliveroo puis Foodora) les livreu...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.