Non-vaccinés : "Le profil-type, c'est la personne âgée isolée"
Télécharger Écouter
L'émission
Télécharger Écouter
  • Avec
    Barbara Stiegler et François Alla et Bruno Andreotti
  • Presentation
    Maurice Midena
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Antoine Streiff
Offert par le vote des abonné.e.s

Emmanuel Macron a "très envie de les emmerder". Depuis la rentrée, les non-vaccinés sont au cœur des débats dans la lutte sanitaire contre le Covid-19 et son variant Omicron. Ils étaient ainsi, en décembre dernierplus de cinq millions à ne pas avoir entamé leur parcours de vaccination. Les non-vaccinés sont pointés du doigt par le gouvernement, et le corps médical observe qu'ils occupent au moins la moitié, et parfois plus, des lits dans les services de réanimation, retardant certaines interventions chirurgicales nécessitant un accès à la réa. Le Monde et Libération ont décortiqué les différents chiffres à ce sujet ("[...] les non-vaccinés, bien qu’aujourd’hui neuf fois moins nombreux dans la population adulte que les [vaccinés], représentent une part équivalente ou plus importante, en valeur absolue, dans les admissions (ou dans les lits occupés) en réanimation, ou en soins critiques au sens large", écrit Libération). Ils sont par ailleurs souvent confondus, notamment par Emmanuel Macron dans son interview pour le Parisien, avec les "antivax", critiqués pour leur adhésion aux thèses complotistes ou les violences commises contre des élus. 

Mais qui sont les non-vaccinés ? Quels sont leurs arguments ? Sont-ils les bouc-émissaires médiatiques de la crise du Covid ? nous allons en discuter aujourd’hui avec nos invités : Bruno Andreotti, physicien, professeur à l’université de Paris, qui a travaillé sur la physique des aérosols, au cœur des questionnements sur la circulation du Covid et signataire d’une tribune parue le 12 janvier dans Libération, qui appelle à la mise en place d’un arsenal sanitaire complet, dont la vaccination universelle, pour sortir de la crise ; Barbara Stiegler, professeur de philosophie à l’université Bordeaux Montaigne, vice-présidente du comité d’éthique du CHU de Bordeaux et membre du conseil de surveillance de l’agence régionale de santé de la région Nouvelle-Aquitaine ; et enfin François Alla, médecin, professeur de santé publique, et chef du service prévention du CHU de Bordeaux, qui a notamment travaillé avec Barbara Stiegler pour la rédaction de son tract paru chez Gallimard, De la démocratie en pandémie. 

L'isolement des non-vaccinés

On a vu en ce début d'année de nombreuses images de journalistes allant à la rencontre de manifestants contre le pass vaccinal, comme le journaliste de LCI Paul Larrouturou. Est-ce que ces personnes interviewées lors de microtrottoirs parfois musclés reflètent l'ensemble des non-vaccinés ? Certainement pas pour François Alla : "Ils existent", mais les plus virulents sont "ultra-minoritaires". L'enjeu de la non-vaccination est plutôt "en lien avec la précarité, avec l'éloignement géographique". Le médecin explique que dans sa région Nouvelle-Aquitaine, le profil-type de la personne non vaccinée c'est "la personne âgée isolée, vivant loin d'un centre de vaccination et n'utilisant pas internet".


Un message "contre-productif"

Le gouvernement avait marqué les esprits en lançant l'été dernier une campagne de communication sur la vaccination à la télévision, suggérant l'efficacité totale du vaccin. Ce qui avait atterré François Alla, et l'atterre encore aujourd'hui : il y voit non seulement un message faux, mais aussi contre-productif. "Les populations ont besoin de vérité, ont besoin d'information, n'ont pas besoin de propagande, surtout aussi grossière."


Le tout-vaccin, un solutionnisme technologique ? 

L'été dernier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, affirmait devant les caméras de BFMTV que le vaccin était "100% efficace contre le confinement". La stratégie du gouvernement repose majoritairement sur la vaccination et le pass sanitaire. Barbara Stiegler pourfend sur notre plateau ce "solutionnisme technologique", cette croyance sans limite en "l'innovation biomédicale", où le vaccin apparait comme "un produit miracle, de rupture", qui "booste le marché d'un capitalisme financiarisé qui fait des profits faramineux".


Pour aller plus loin

- "Il faut un arsenal sanitaire pour prévenir la pandémie", tribune co-signée par Bruno Andreotti dans Libération.
- De la démocratie en pandémie, par Barbara Stiegler, chez Gallimard.
- "Antivax, les marchands de doute"; un documentaire Arte.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Le Covid tue encore (en France) mais a disparu des médias

Pourquoi, comment, avec quelles conséquences ?

Patrimoine de Macron : l'enquête impossible

"Off Investigation" n'a pas trouvé "les millions cachés"

Plagiats en série à "L'Express", hebdo en détresse

Un chroniqueur un peu trop inspiré par la presse anglophone

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.