Lidl réhabilité : "Cette fierté d'être pauvres..."

Arrêt sur images

Comment une marque de la grande distribution comme Lidl passe-t-elle du low-cost à une image tendance ? Comment l’enseigne allemande présente en France depuis la fin des années 80 réussit-elle à être une marque à forte présence sur les réseaux sociaux alo(...)

L'émission
  • Avec
    Célia Sadai et Emmanuelle Lallement et Morgan Leclerc
  • Presentation
    Nassira El Moaddem
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Sébastien Bourgine
Réservé à nos abonné.e.s
Comment une marque de la grande distribution comme Lidl passe-t-elle du low-cost à une image tendance ? Comment l’enseigne allemande présente en France depuis la fin des années 80 réussit-elle à être une marque à forte présence sur les réseaux sociaux alors qu’elle a été au coeur de scandales sanitaires et sociaux ces dernières années ? Pour répondre, trois invités : Emmanuelle Lallement, anthropologue, professeure à l’université Paris 8 qui travaille sur le populaire à l’épreuve des situations marchandes notamment à travers l’exemple de l’enseigne Tati ; Célia Sadai, journaliste pour le site d’information Africultures consacré aux expressions artistiques et aux initiatives de l’Afrique et de sa diaspora et Morgan Leclerc, journaliste pour le magazine spécialisé LSA en charge du secteur de la grande distribution.

Au delà d’être une enseigne essentiellement alimentaire, Lidl est un marqueur d’identité sociale que beaucoup d’artistes issus de milieux populaires n’hésitent pas à afficher dans les paroles de leurs chansons comme celle du rappeur Zifou “C’est la hass” (“Où étaient-ils quand les darons étaient à Lidl ?”) ou sur leurs comptes Instagram. L’épouse du rappeur Medine, (surnom Cheez Nan sur Instagram) n’hésite d’ailleurs pas à se faire photographier avec le t-shirt floqué du gros logo rond de Lidl, ou à poser devant les boutiques de luxe de la Place Vendôme à Paris avec les baskets de l’enseigne vendues 12,99 euros. Pour l’anthropologue, Emmanuelle Lallement ce retournement de stigmate n’est pas nouveau. “Il a toujours existé entre les marques ...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Hanouna : touche pas à mes sponsors, surtout si t'es France télés

TPMP contre les méthodes de Cash Investigation (mais pas celles de Free et Lidl)

Allemagne : l'influenceuse et "l'homme africain".

Le Handelsblatt s'excuse après des propos jugés racistes d'un correspondant

Rustica transforme ses journalistes en publicitaires

La méthode Reworld s'étend dans les magazines

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.