Influenceurs, influenceuses : "Les institutions se sont réveillées très, très tard"
L'émission
  • Avec
    Marjolaine Koch et Khedidja Zerouali
  • Presentation
    Paul Aveline
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Réalisation
    Alizée Vincent
Réservé à nos abonné.e.s

Enfin ! Après des années d'apathie, les parlementaires préparent une loi pour encadrer le travail des influenceurs et des influenceuses, rattrapé·es ces derniers mois par la patrouille journalistique. Complément d'enquête (France 2), Mediapart, le Parisien, les Jours ont levé une partie du voile sur les activités de ces panneaux publicitaires d'un nouveau genre, suivis par des millions de fans, réceptifs à leurs conseils de vie… et d'achats. Au milieu des produits cosmétiques, des boissons amincissantes et des vêtements, certain·es se lancent dans des marchés beaucoup moins légaux : publicité pour de la chirurgie esthétique, des produits financiers douteux, ou encore des sites de trading qui ressemblent à s'y méprendre à de gigantesques pyramides de Ponzi. 

Si les médias s'y mettent désormais largement, ça n'a pas toujours été le cas. Derrière l'aveuglement face au pouvoir de l'influence, il y sans doute une part de mépris et d'incompréhension face à un monde qui a ses propres règles, ses propres stars et ses propres scandales. Alors, est-ce la fin d'un far west ou d'un eldorado, selon le point de vue qu'on adopte ? Pour en discuter, nous recevons Khedidja Zerouali, journaliste à Mediapart et autrice de plusieurs enquêtes sur le monde de l'influence ; ainsi que Marjolaine Koch, journaliste indépendante qui signe pour les Jours une série sur les influenceurs. 

La téléréalité… sort de la télé

Suivis par des milliers, voire des millions de fans, les influenceurs doivent maintenir en haleine leur public. Une donnée bien intégrée par les agences, comme l'explique Marjolaine Koch : "On leur explique qu'ils doivent profiter de leur audience sur les réseaux sociaux pour continuer leur télé-réalité en dehors du petit écran, et injecter de la publicité."

Les jeunes précaires, premier public des influenceurs

En faisant miroiter des gains faciles et une vie de rêve (souvent exportée à Dubaï), les influenceurs, notamment le couple Blata, adepte des conseils douteux en trading financier, attirent un public souvent en mal de réussite sociale, rappelle Khedidja Zerouali : "Ce sont particulièrement les jeunes des quartiers populaires qui sont visés par Marc et Nadé Blata dont ils estiment qu'ils sont la cible du copy trading."

Les autorités ont-elles les moyens de réagir ? 

Face à certaines dérives, que peut l'État ? Alors qu'une loi est en préparation, Marjolaine Koch rappelle que les autorités compétentes, comme la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), sont largement sous-dotées. Alors, elles préfèrent faire des exemples, comme avec Nabilla, condamnée en 2021 pour un post daté… de 2018 : "Le temps de l'enquête est long. Les contrôles rament pour arriver à suivre le mouvement. Pour les enquêteurs c'est très compliqué, et les moyens ne sont pas mis, très clairement."

Pour aller plus loin

- La série des Jours sur les influenceurs, signée Marjolaine Koch.
- Les enquêtes de Khedidja Zerouali dans Mediapart sur le couple Blata, les arnaques au CPF ou les méthodes de Booba
- Le projet de loi d'encadrement du métier d'influenceur. 
- Notre enquête sur la tribune des influenceurs (que beaucoup ont fini par renier, expliquant ne l'avoir même pas lue avant de la signer), et la récente chronique de Vincent Manilève.
- Notre dossier complet sur le merveilleux mondes des influenceurs.

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Pourquoi des médias ont nommé Serge D., le blessé grave de Sainte-Soline ?

Son nom complet a été publié par France 3 Corse puis par "Le Monde"

Pascal Humeau, le communicant préféré de la droite dure

De BFMTV au RN, de Bardella à Ciotti : portrait d'un ex-animateur qui ne s'est "jamais senti journaliste"

"So Foot" blasé face aux exigences de comm' des footballeurs

Le magazine footballistique proteste dans un édito contre une volonté de contrôle accrue

Voir aussi

Ne pas manquer

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.