Les influenceurs enfin mis face à leurs responsabilités ?
Mode lent
Mode lent
chronique

Les influenceurs enfin mis face à leurs responsabilités ?

Entre manifestations et législation, les stars d’internet n’ont pas eu d’autres choix que de se positionner… ou au contraire de rester très discrètes

Réservé à nos abonné.e.s
Que ce soit à l’Assemblée nationale, sur internet ou dans la rue, le mois de mars a marqué un moment important dans l’histoire des influenceurs et influenceuses en tant qu’acteurs et actrices de la société française.

Pour trouver plus lisse, il faut peut-être chercher du côté des boules de billards. Depuis leur émergence, l'immense majorité des influenceuses et influenceurs se sont évertué·es à ne pas prendre position sur le plus clivant des sujets : la politique. Outre quelques partenariats avec des ministères pour faire la promotion de l'armée ou du SNU, quelques stories Instagram pour se prononcer pour l'écologie et contre le racisme, ou encore pour inviter à voter contre Marine Le Pen, hors de question de parler vie de la cité. La peur de choisir les mauvais mots. De perdre des abonné·es. Ou pire, des partenariats.

Et pourtant, en ce mois de mars, le calendrier législatif a chamboulé leur vie dorée loin du tumulte.

"Fuck le 49.3"

Tout a commencé avec u...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Écologie : est-on trop exigeant avec les influenceur·euses ?

Les acteur·ices semblent bien moins attendu·es au tournant sur les réseaux sociaux et dans les médias

Fact-checking, quand les médias n'écoutent pas les faits

Spasfon, lecture rapide, crème quantique de Guerlain : à quoi sert la vérification ?

"Aleteia" : la nouvelle croisade catholique en ligne

Le site de la Fondation pour l'évangélisation par les médias, proche du Vatican, cible les jeunes

Retraites : la presse menacée d'expulsion "par la force" à l'Assemblée

Des journalistes forcé·es de quitter la salle… d'une commission ouverte à la presse

Voir aussi

Ne pas manquer

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.