Foot et commentateurs : "Les références guerrières sont intrinsèques au sport"

Arrêt sur images

Le football ne cesse d'être commenté, débriefé, analysé, tant avant, après que pendant les matchs. Mais le direct et les talk-shows permettent-ils de bien parler du jeu, de ce qui se passe pendant 90 minutes sur un terrain ? Et qu’est-ce que ces discours (...)

L'émission
  • Avec
    Stéphane Guy et Nathalie Ianetta et Thibaud Leplat et Raphaël Cosmidis
  • Presentation
    Maurice Midena
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Sébastien Bourgine et Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s
Le football ne cesse d'être commenté, débriefé, analysé, tant avant, après que pendant les matchs. Mais le direct et les talk-shows permettent-ils de bien parler du jeu, de ce qui se passe pendant 90 minutes sur un terrain ? Et qu’est-ce que ces discours médiatiques sur le jeu ont à nous apprendre de nos représentations de ce sport, et de la culture footballistique française ? Réponses dans cette "carte blanche", avec nos invités : Stéphane Guy, ancien commentateur à Canal +, Nathalie Ianetta, ex de Canal + et TF1, ancienne conseillère aux sports de François Hollande, qui vient d'être nommée à la tête des sports de Radio France, Raphaël Cosmidis, journaliste spécialiste de tactique, auteur de plusieurs livres sur le foot, et co-présentateur du podcast "Vu du banc". En visio : Thibaud Leplat, auteur et philosophe du foot.

Cette carte blanche s'ouvre sur un constat en guise de déception pour Maurice Midena : dans la bouche des commentateurs et autres chroniqueurs, des éléments de langage liés à l'aspect physique du jeu sont omniprésents comme "l'agressivité", "l'engagement" ou "l'intensité". De quoi donner une vision stéréotypée du football ? "Ça fait évidemment partie de l'analyse, relève Cosmidis. […] Maintenant, ce n'est qu'une partie de l'analyse. Comment savoir tactiquement où ça [le match] s'est joué ?  C'est beaucoup plus difficile que de juger si un joueur a été plus intense qu'un autre." Mais "le foot, c'est d'abord courir", rappelle Guy.  "Souvent on a l'impression que les équipes ne mettent pas d'intensité, parce qu'elles ne savent pas ce...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.