Filmer Chantal Sébire, "une question de bonne distance, en centimètres et en pudeur"

Arrêt sur images

Chantal Sébire est morte le 19 mars 2008 après avoir ingéré une forte dose de barbituriques, deux jours après que le tribunal de Dijon a refusé d'accéder à sa "demande exceptionnelle d'euthanasie".

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Chantal Sébire est morte le 19 mars 2008 après avoir ingéré une forte dose de barbituriques, deux jours après que le tribunal de Dijon a refusé d'accéder à sa "demande exceptionnelle d'euthanasie".

Chantal Sébire est morte le 19 mars 2008 après avoir ingéré une forte dose de barbituriques, deux jours après que le tribunal de Dijon a refusé d'accéder à sa "demande exceptionnelle d'euthanasie".

Son visage a défitivement marqué l'histoire de l'euthanasie en France. Mais cette ancienne institutrice de 52 ans, qui souffrait d'un esthésioneuroblastome, une tumeur évolutive des sinus très rare et incurable, a aussi fait preuve d'une très grande maîtrise dans l'utilisation des médias pour faire passer son message.

Comment les journalistes en contact avec elle ont-ils géré ce cas particulier ? Ont-ils eu la tentat...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.