[Avent 2021] Présidentielle 2002 : si Robert Hue chante, ça compte ?

Arrêt sur images

Avent #02. Ce 31 mars 2002, le CSA est sur le plateau d'"ASI", et on parle temps de parole des candidats.

En mars 2002, la question du temps de parole des candidats à la présidentielle était tout aussi cruciale qu'aujourd'hui. Dans cet "ASI" de mars 2002, on va jusqu'à demander à une dame du CSA si la chansonnette de Robert Hue est comptabilisée, ou l'opération pièces jaunes de Bernadette Chirac... À ce moment-là où tout le monde croit à un second tour Jospin-Chirac. L'atterrissage sera rude.

31 mars 2002, sur le plateau d'Arrêt sur images. Deux invités de marque : Jacqueline de Guillenchmidt, membre du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), Gérard Leclerc, alors rédacteur en chef du service politique de France 2. Après l'actualité et les chroniques, on parle de temps de parole à la télé pendant une campagne présidentielle  – décidément, c'est un marronnier chez ASI. Devinette : quand Robert Hue, le candidat du PCF, chante à la télé, c'est compté ? Oui, mais "en temps que temps d’antenne et pas temps de parole". Nuance. Et est-ce que le temps de parole sur le plateau d'Arrêt sur images est compté ? Eh oui, puisqu'à l'époque ASI est diffusé sur le service public. 

Mais ce n'est "pas une science exacte", reconnaît la dame du CSA. Si Sylviane Agacinski-Jospin parle quelques secondes dans Arrêt sur images du fait d’être conjointe de candidat, sans parler du fond du programme de son mari, ça ne compte pas. Bernadette Chirac promeut l'opération pièces jaunes, compté ou pas ? Pas compté. Pourquoi ? Jacqueline de Guillenchmidt, du CSA de 2002, explique que "cela existe depuis 12 ans", que ce n'est pas lié à la campagne. Les propos négatifs émis sur un candidat sont-ils comptabilisés ? Oui, parce que "parlez-en en bien, parlez-en en mal", etc. Notre reportage au CSA montre cependant que le message n'est pas passé dans tous les bureaux. Oups. 

La révolte des "petits" candidats

Il y a rien moins que 25 candidats face à Jospin et Chirac – un émiettement qui conduira Le Pen au second tour, mais nous n'en sommes pas là. Les "petits" ont très peu de temps d’antenne. Pasqua, Le Pen, Maigret, Taubira protestent. "Je me demande simplement ce qui me vaut de ne disposer que de cinq minutes ce soir", demande Taubira. Hue : "J’ai pas beaucoup d’heures de télévision, et en plus on est coupés !"  Béatrice Schöenberg qui l'interviewait sur France 2 : "Vous ne m’entendez plus ? C’est tout à fait navrant… " On disait "navrant" en 2002. 

Pourquoi tant de place pour Chirac et Jospin ?, demande Daniel à Gérard Leclerc. "Qu’on le veuille ou non, Chirac est président, Jospin premier ministre", "tous les sondages disent qu’ils sont largement en tête", "ils ont des initiatives tous les jours, ce que en font pas les autres candidats." Sur 7 à 8, astuce : on mentionne les meetings des "petits" candidats en fin d’émission pour que ce soit compté en temps de parole. Ça nous rappelle d'autres astuces, plus récentes et plus... nocturnes. Cliquez ci-dessous ! 


Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.