Le pouvoir déteste-t-il le numérique ? C'est ce que semblent roucouler les pigeons, ce mouvement d'entreprenautes né au début du quinquennat Hollande. Ecole, impôts, mentalités : tout s'opposerait aux "pépites" françaises. Mais l'amour du numérique implique-t-il le ralliement au libéralisme sans freins ?

Publié le 03/04/2014  Alimenté le 25/08/2017
nouveau media
arrêt sur images, émission du par

Deliveroo : "Le digital n'est pas capable de vivre sans les livreurs"

Livraison à domicile : service ou servitude ?

La société ubérisée nous promet-elle un paradis du numérique ou un enfer social ? Depuis le début de ce qu’on appelle la révolution numérique, les deux représentations s’affrontent. Paradis des auto-entrepreneurs avec horaires à la carte ou enfer de l’esclavage moderne, le débat est relancé après la première grève, minoritaire mais très médiatisée, des forçats du vélo, les livreurs de repas de la société Deliveroo. Débat que nous poursuivons sur notre plateau avec Jérôme Pimot, ancien coursier, porte-parole du Collectif des Livreurs Autonomes de Paris (CLAP75), Ousman Cissokho, livreur à vélo, Denis Jacquet, président de l'Observatoire de l'ubérisation et co-auteur du livre Ubérisation, un ennemi qui vous veut du bien ? (Éditions Dunod, 2016) ainsi que notre chroniqueuse et historienne Mathilde Larrère.

Extrait de l'émission:


 

Vous pouvez aussi utiliser le découpage en actes.

Si la lecture des vidéos est saccadée, reportez-vous à nos conseils.

Acte 1

La différence de traitement médiatique à l’arrivée des plateformes de livraison de repas à domicile, soit entre 2015 et cet été, est flagrante. Liberté et argent facile hier, précarité voire esclavagisme aujourd’hui. Pour Jérôme Pimot, en deux ans, la dégradation des conditions de travail et de la rémunération des livreurs, est manifeste. A l’arrivée d’un nouvel acteur (d’abord Tok tok tok puis Take eat easy puis Deliveroo puis Foodora) les livreurs sont d’abord choyés avant d’être pressurés. Conséquence: première grève à Marseille en mai. Ousman Cissokho, livreur, confirme que chez le leader actuel Deliveroo, il est payé à la course (5,75 €) mais au forfait chez Foodora. Denis Jacquet fait remarquer que les grévistes étaient néanmoins ultra-minoritaires. Pour Mathilde Larrère, cette minorité n’enlève rien à la réalité des conditions de travail des livreurs.

Acte 2

A quoi correspond le statut d’auto-entrepreneur ? Pimot explique que le livreur cotise uniquement au RSI, pour la maladie, mais non pour le chômage, la retraite, etc. Il possède son propre vélo. Pour le planning, les premiers inscrit

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Dominique Seux, airbnb et l'eau de pluie

chronique publié(e) le 11/04/2017 chez les matinautes

La rude concurrence radiophonique étant ce qu'elle est, j'avoue ne pas écouter pieusement chaque matin Dominique Seux, des Echos, sur France Inter. C'est un tort. Il n'est jamais décevant. Pas un jour sans que passe, plus ou moins en douce, la vision patronale de l'économie. Hier matin, comme le...

nouveau media

Heetch : l'appli de transport "cool" condamnée et suspendue

Quand les journaux de Niel, actionnaire minoritaire, roulaient pour la startup

observatoire publié(e) le 03/03/2017 par la rédaction

Selon la justice qui en a jugé ainsi jeudi 2 mars, Heetch exerçait illégalement le métier de taxi. Mauvaise presse pour l'application jadis présentée comme celle qui fait bouger les jeunes, dotée d’une philosophie "cool" et permettant une certaine "convivialité". En particulier par les ...

nouveau media

Un chauffeur Uber critique (et filme) son patron pendant une course

"J'ai fait faillite à cause de toi"

observatoire publié(e) le 01/03/2017 par Robin Andraca

Filmé à son insu alors qu'il était à bord d'un de ses véhicules, le patron d'Uber, Travis Kalanick, s'est énervé contre le chauffeur qui lui expliquait qu'il avait perdu plusieurs dizaines de milliers de dollars à cause de lui. Le patron s'est ensuite excusé, après la publication de la ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Deliveroo : "Le digital n'est pas capable de vivre sans les livreurs"

Je comprend que vous ne vouliez pas relancer le débat a la fin, mais le speech de fin de D.Jaquet méritait au moins quelques ...

Par Rom'
le 25/08/2017

Dominique Seux, airbnb et l'eau de pluie

Vu que Mélenchon monte dans les sondages, une autre vision du miracle AirBnb: - ça permet à la femme de médecin du 16e d'...

Par Bolzano
le 11/04/2017

La France déteste-t-elle ses développeurs ?

Donc si je récapitule, l'école 42 c'est : - Pas de profs (donc pas d'enseignment) - Pas de programme - Pas d'horaires...

Par LuckyLuke
le 02/04/2014
Tous les forums >