42
Commentaires

Zut, on allait oublier l'économie réelle !

Et en plus, l'Etat va gagner de l'argent !

Derniers commentaires

L'économie réelle... Par opposition à l'économie fictive que représente la Bourse. Ça me fait penser à une phrase du Daily Show d'hier : "C'est comme si les gens s'étaient rendus compte que le Père Noël existait lorsqu'ils l'ont surpris en train de cambrioler leur maison."
Peut-être hors sujet mais je suis trop en rage, faut que ça sorte :

Sur France 2 "Ils font bouger" en ce moment.

Un répugnant personnage, représentant des propriétaires s'est permis de commenter un reportage présentant l'impossibilité pour une jeune maman célibataire, aide-soignante et fonctionnaire, de trouver un logement avec son salaire de 1300€.

Cela se passe pourtant dans une petite ville du Vexin, assez loin de toute agglomération notable. Mais les exigences au niveau des offres dépassent l'entendement.
650€ mensuels pour un deux pièces au milieu de la campagne, on croit rêver !!!

Devant l'évidence, et dans l'impossiblité de trouver un argument pour justifier la cupidité de ses semblables qui réclament toujours et toujours plus de garanties et se permettent de commenter les loisirs des candidats locataires pour en faire des preuves de moralité, l'immonde bonhomme a répliqué :

"Je croyais que dans la société française la norme en matière de famille était de deux parents et donc de deux revenus s'il y a un enfant."

Le lourdingue sous-entendu moralisateur a laissé Béatrice Schönberg sans voix...

La rage m'envahit, rien qu'à en rendre compte. Les profiteurs de guerre sont tombés (plus tard) sous le coup de la loi. Qu'en est-il des profiteurs de guerre sociale ?
Quelle économie réelle ? Où ça ?
Mes collègues travailleurs indépendants qui n'ont plus de travail depuis fin septembre ?
Mon amie dans l'industrie qui voit les commandes de clients se raréfier ?
L'autre qui dans une clinique voit une baisse des hospitalisations ?
Plus de 40 000 chômeurs de plus en août ?
Mes amis intérimaires qui flippent parce que le boulot se réduit comme peau de chagrin ?

Bref, c'est bizarre mais l'économie réelle qui en prend un coup, j'en ai des exemples tous les jours
depuis septembre.

Où ça, quoi ça ? Hein, j'entends pas !
Eh bien, moi, je ne vais pas me joindre aux applaudissements qui saluent la résolution de la crise. Parce qu'enfin, si c'est aussi simple et que ça ne coûte pas un rond, Mâme Dupont, pourquoi qu'y z y ont pas pensé plus tôt?.
On peut ne rien remarquer dans l'économie "réelle" car elle est déjà touchée depuis bien longtemps par... la concurrence de l'économie virtuelle, la bourse, la finance...

C'est sûr que si on n'a pas de dettes et qu'on a pas besoin de prêt, on ne remarque rien, quoique perso je remarque en quelque mois la disparition de mes paiements à 30 jours chez certains petits fournisseurs alors que je n'ai jamais eu aucun incident de paiement.

La crise est elle-même virtuelle, tout comme l'argent que les Etats mettent "virtuellement" sur la table pour un "cas" où qui disent-ils n'arrivera pas. C'est quitte ou double: soit ça marche et cela nous coûte rien, soit cela marche 2-3 semaines puis il faudra bien trouver l'argent pour éviter de mettre des millions de personnes à haut niveau de vie au chômage.
Très drôle aussi cette capacité pour un Etat en banqueroute totale et en déficit structurel d'offrir des garanties financières. Si ces garanties étaient si "virtuelles", les marchés ne remonteraient pas: je veux bien me porter caution pour 300 milliards d'euro puisque jamais je ne les aurais, ma signature sera refusée sur le contrat!
J'ai rêvé ou des messages (dont les miens) ont été censurés sans explication sous l'article consacré à l'ineffable Joffrin ?
Tout le monde a oublié l’économie réelle depuis longtemps, hélas… Car c’est de cela que nous allons crever !

Nos innombrables politiques et assimilés avec leurs pléthoriques assistants et domestiques, nos journalistes (pardon !) et l’essentiel du tertiaire – population immense qui croit que papoter c’est travailler ! - vivent avec de l’argent qui provient de deux sources :

- L’économie réelle (les gens qui travaillent pour de vrai et qui sont spoliés d’une part excessive de leur revenu pour répondre à la voracité de ceux qui tiennent le droit de voter les lois fiscales et de le faire appliquer… Aux autres)

- La monnaie de singe crée par les banques et dont on est en train de réaliser qu’elle s’apparente aux billets de Monopoly…

L’ennui c’est que la voracité des improductifs a cru dans des proportions délirantes en trente ans, et que leur nombre (et pourcentage par rapport aux actifs) a également augmenté sans aucune retenue ! Il est vrai que c’est un rêve universel : travailler peu mais mal et gagner beaucoup.

Mais soyons plus précis : ceux qui coûtent le plus cher (et donc plombent le système au maximum) ce sont les cadors, politiques de prétendu haut-vol et autres têtes d’œuf qui consacrent leur temps à arpenter les plateaux de télévision et les studios de radio pour dégoiser des creuseries, les dirigeants de grosses sociétés qui se votent des primes en millions d’€uros (histoire de compenser leurs maigres salaires)… Le tout en prenant essentiellement des décisions catastrophiques, obtenant ainsi des résultats bien au-delà des 50% de risque d’échec habituellement réservés au “pile ou face” !

Bon il y a aussi 2 millions de guichetiers et autres bras cassés aussi inutiles qu’improductifs, mais ils ont été recrutés par les précédents, non ? Ce qui pose problème c’est leur nombre !

Et il y a pire : Une volonté réelle et affichée de détruire l’économie réelle en rendant sa survie impossible (fiscalisation en incessante augmentation, réglementations tatillonnes, règles de sécurité toujours plus impossibles à financer… Enfin une administration qui joue contre ses administrés, ce qui est un comble)

Et oui ! Comme c’est chiant l’économie réelle, ce monde à la Zola dans lequel il faut travailler beaucoup et dur pour gagner peu et s’en faire reprendre l’essentiel via la TVA, la CSG, les taxes locales, les amendes et autres impôts grignoteurs…

C’est tellement plus fun de faire n’importe quoi et de dépenser l’argent qui n’existe pas sans se poser de questions.

Bah ! Oublions l’économie réelle : on a toujours dansé sur les volcans, ainsi que sur le pont du Titanic, bateau insubmersible s’il en fut !

***
On débloque 350 milliards d'euros pour sauver les banques. et ces messieurs dames du gouvernement m'explque que ca ne me coute rien puique ce sont des euros virtuels. Mr Fillon me promet meme qu'avec cette operation je vais gagner de l'argent. Des euros virtuels ?????????????? que je placerai sur un compte virtuel?????? . le president de ma banque a gagné 1,2 millions d'euro en speculant sur le cours de sa banque. Est-ce que se sont des euros virtuels. Il s'en est servi pour payer ses impôts me dit-on. Le fisc accepte t-il les euros virtuels???? Quelqu'un vient de crier "a table" nous voici revenu a la realité.
Heureusement que ce soir dans mon supermarché habituel, je vais pouvoir faire un cheque virtuel. La seule chose qui m'inquiète c'est que d'ici là ils se seront peut-etre approvisionné en steaks et en patates virtuels.
Excellent billet ! Pour ce qui est de son intro : dans les années 80 (si j'ai bonne mémoire) la Suède avait été amenée à nationaliser deux de ses banques qui menaçaient ruine. L'Etat , une fois la situation rétablie quelques temps après, a revendu ses participations avec plus-value. Voilà un bébé qu'il ne faudra pas jeter trop vite avec l'eau du bain.
belle manipulation en effet, fairre s´écrouler les cours pour les racheter,en raflant la mise, et avec notre argent en plus, en faisant croire qu´on est au bord du gouffre. Politiciens complices, à l´échafaud !!!
Admirable petit billet du matin, qui ne peut que nous ouvrir les yeux sur l'énorme manipulation qui vient d'avoir lieu sous nos yeux. Manipulation politique, financière, médiatique, mais le plus effarant, c'est que tout le monde marche comme un seul homme. La peur a fait son effet. Le "stratégie du choc" comme l'a décrit si admirablement Naomi Klein dans son livre éponyme a encore démontré sa redoutable efficacité ! Les quelques voix discordantes à gauche sont balayées avec mépris, se faisant traiter de "vieilles lunes" par un Emmanuel Valls, encore sur son nuage pour avoir été convié à la dernière réunion des Bilderberg. Il n'y a personne pour oser dénoncer ce coup de maître de la haute finance, bien aidée il faut le reconnaître par les politiques à sa botte de part et et d'autres de l'Atlantique. 1 700 milliards d'euros ici, 1 000 milliards de dollars là bas. Mais pourquoi ? Mais pour affirmer un peu plus la puissance d'un système qui concentre déjà entre ses mains toutes les richesses de nos nations, au détriment des citoyens. Qui peut croire honnêtement aujourd'hui un Paulson (ex dirigeant de Goldman Sachs), un Bush junior, ou un Sarkozy, qui il n'y a pas si longtemps était encore ministre des finances ? Apparemment le monde entier, qui salue les efforts de ces escrocs.
Dormez braves gens, dormez, et continuez à croire aux merveilleux contes de fée que vous ressassent en boucle les médias.

Patrice
Pour moi l'économie réelle ce sont mes liquidités qui fondent comme neige au soleil (3 % d'inflation pour 2008), mais une "bonne" ? nouvelle ce matin, la bourse remonte à une allure vertigineuse..... Les financiers sont rassurés .... tant mieux pour eux !!!
Pour le coup, j'ai entendu le même refrain au JT suisse, pendant l'interview du Président de l'Association Suisses des Banquiers, Pierre Mirabaud. Avec cette nuance que le présentateur-vedette Darius Rochebin a parlé de deux scénarios, l'un optimiste, qui ferait de l'Etat un gros gagneur, mais a évoqué l'autre, pessimiste, selon lequel on perdrait tout. Son interlocuteur a bondi, rejetant comme impossible une telle issue, bien sûr. Mais le "mal" était fait : qui ferait confiance à un gros bonnet de la finance, ces temps-ci... ?
Ce qui est bizarre, c'est que mon carnet de commandes est plein à craquer, que j'ai des offres de reprise,

et tous les soirs en schizophonie j'entends le catastrophisme, les horreurs,
et je me dis que je vais bientôt tomber de haut, découvrir que je suis endormie, et me réveiller en faillite.

Un peu comme les gens de l'Aveyron, de ce peitt village où je vais si souvent,
qui regardent l'insécurité sur TF1 et qui se demandent comment c'est.
Un jour une des filles de la famille rentre de Paris et dit à sa mère,
ah, ça y est, j'ai découvert l'insécurité dans le métro,
elle parlait d'un gars qui avait craché sur une fille.
Elle disait ça triomphale, comme si l'incrédulité s'installant de plus en plus dans les campagnes,
il fallait bien se rendre sur place pour chercher la preuve par neuf.

Cherche économie réelle en faillite pour me prouver que j'ai tort de voir que dans mon secteur tout va bien.

PS : j'oubliais de dire que je suis dans LE secteur où dès qu'un truc va mal, tout s'arrête, le conseil.
Donc si moi je ne vois rien, je pensais être une bonne vigie de l'économie réelle, est-ce que la crise économique existe ?


http://anthropia.blogg.org
En fait la baisse de la semaine derniére (au delà de toute vraissemblance par rapport à la valeur réelle (?) des entreprises) peut être assimilée à un "chantage" des marchés envers les gouvernements.
Et il a réussi au dela de toute attente!
Dénoncer les complices? Il y en a trop....
même la presse est nationalisée c'est dire si on vire à gauche dans ce pays
[quote=C'est la tante de province qu'il faut bien inviter au mariage.] Excellent !!! Et excellent billet. La tata terriritoriale ,ça a l'air d'être du vécu ,ça !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.