307
Commentaires

Zahia D. ennemie des stars, ou nouvelle star ?

Sexe, argent, stars de foot : tous les ingrédients classiques du fait-divers qui fait exploser les ventes sont réunis dans l'affaire Zahia D. Mais pas seulement eux, et c'est la nouveauté. Cette affaire de proxénétisme et de prostitution de mineure, qui touche l'équipe de France de football, est le premier fait-divers national de l'ère des réseaux sociaux. Les chasseurs de scoop chassent en meute sur Twitter, à ciel ouvert, et les escort girls exhibent leurs charmes sur Facebook, pour leurs amis, et les amis de leurs amis.

Derniers commentaires

un texte intéressant à ce propos http://culturevisuelle.org/totem/523 de André Gunthert "Zahia, ou le remords du journalisme lol"
Intéressante émission
Comme les précédentes elle ouvre un peu plus les yeux sur ce phénomène croissant qui, entre les lignes, voit se redessiner les règles du jeu de pouvoir des média, des gens qu'on y voit et tous ceux qui se cachent derrière...

...et sur l'impossibilité technique de simplement analyser le phénomène sans être flagellés par les média qu'on critique...

malgré certains travers je trouve que l'équipe d'@si fait un travail tout à fait digne d'intérêt et d'attention, quoiqu'il faudrait vraiment prendre un peu plus de temps pour expliquer les liens de cause à effet, quitte à faire revenir les participants.

(comment ça, ils veulent pas revenir?)

mais c'est bien vrai et triste qu'on fait payer cher à ceux qui dérogent à la règle, "ne juge point si tu ne veux pas être jugé". alors il faut bien que l'on critique les critiques, mais quelle attention prêter à toutes ces critiques, quelle expérience commune à en tirer sinon que le monde change, et, bon gré mal gré, nous avec, transformés dans cet élan qu'apportent écrans, téléphone, informatique, qui traversent par saturation nos filtres sensoriels, peut-être la base même de la communication et de la transmission d'information ? et à qui profite toute cette confusion ?

n'écoutez pas les fâcheux, monsieur birenbaum. internet est après tout le repaire des pulsions peu ou pas contenues. donc peu importe : certains parlent, beaucoup à travers, mais n'oubliez pas, il y en a qui savent écouter...

histoire de pas empiéter sur @si pour une longue discussion dont le fond traite de cette émission, mais dont la forme m'est assez personnelle, au premier abord, et pour ceux que ça intéresse, je vous invite à lire mon blog ou écouter mon podcast, les commentaires sont bienvenus ...
Je trouve le sujet mal choisi . En effet pourquoi donner tant d'importance à des
"no name" , des nuls !! C'est le triomphe de la médiocrité et finalement @si suit
le mouvement en donnant de l'importance à un sujet aussi dénuer d'intérêt que le
premier fou rire d'Alain Juppé . J'en parle mais finalement j'en parle déjà trop .
Une mention spéciale "branleur" à Glad qui fait vraiment une démonstration magistrale
de son activité négative , complétement vide comme une coquille , de geek boutoneux
en mal d'émotions fortes !!! J'espère mieux que ca Guy le prochain coup .
C'est la première fois que j'ai failli ne pas aller jusqu'au bout de "ligne jaune"....
J'aime bien l'opposition entre les journalistes dans cette émission, je trouve qu'elle montre bien le changement qui se produit.
Internet produit une grosse foire d'empoigne. Vincent Glad représente la génération qui s'adapte en prenant le présent tel qu'il est, et Bruno Roger-Petit a un regard avec une distance, mais ne sait pas quoi en faire. Il en appelle à l'éthique personnelle et professionnelle, à un règlement. Ca ne mange pas de pain, mais on sent bien qu'il n'y croit pas lui même.

Le règlement suppose une structure un peu hiérarchisée pour fonctionner, il faut une "autorité" (quelque soit l'origine de cette autorité) reconnue et une "police" pour faire appliquer le règlement. Comme internet aplati tout, le règlement ne marche pas....

Cette idée de règlement suppose aussi que "quelqu'un" va se charger de faire du journalisme sur internet - dans la cas présent - une profession qui convient à Bruno Roger-Petit.

C'est sans doute ce qui fait la faiblesse de la position de Bruno Roger-Petit face à Vincent Glad. Sur un plan éthique ou intellectuel, je peux rejoindre une volonté de plus de distance et de respect, mais celui qui prend position de plein pied avec les avantages et les inconvénients de sa position c'est Vincent Glad qui lui ne demande pas à une instance supérieure le protéger dans ses choix et il ne se désole pas qu'elle n'existe pas ou ne peux pas exister.

En contraste, je trouve que c'est la raison du carton qu'a fait Mélenchon dans l'autre émission. Mélenchon revendique aussi une position (qu'on soit d'accord ou pas) qui a du fond. Mais il ne se désole pas, il va au combat et il défend pied a pied sa position et il démonte celle de ses contradicteurs.

A quand un journaliste qui a le mordant de Mélenchon sur les questions de facebook, twitter etc.. ?
Un médiocre sujet ne peut faire qu'une émission médiocre !
Resaisissez-vous !
46ème minute. J'arrête. J'en peux plus. Idem pour le forum;
Le jeune nerd de Slate, qui ne retient de l'affaire que ceci : ça s'est passé sur Internet, c'est cool, c’est moderne (best of : « La réflexion, sur Internet, ça se fait sur twitter et en live ! »).

Le dandy de Voici, qui jauge à vue de nez, en connaisseur un peu blasé, le "niveau" de trash.

L’avocat de proxo, pardon, de « jeune homme mettant des gens en contact avec d’autres » : « people connector » comme on dit outre-Atlantique où certains en font profession.

L’impayable Apathie : hé, vieux, arrête le confit, gaffe à l’apoplexie !

Heureusement, Roger-Paul Droit, amusé mais lucide : « Pas de rupture, juste une continuité : aujourd’hui ZAHIA™ est une STAR !!!!!… »

Et qui demain ?
A propos de la question "passionnante" sur le look, j'ai pensé qu'il n'était pas possible d'apparaître en gilet sur BFM TV.
Evidemment, ce n'est qu'un détail. Comme les politiques qui ne portent pas de cravate chez Ruquier, pour donner l'impression de
décontraction.
Mon cher Guy,
Pour ne pas endurer vos foudres, j'ai regardé l'émission. Jusqu'au bout.
Vous avez choisi l'angle des nouvelles pratiques journalistiques liées à Twitter, Facebook, ... Pourquoi pas?
Mais il me semble que cette "affaire" (je parle de la médiatisation, pas de l'histoire de fesse tarifée) ne peut pas être étudiée sans qu'on évoque le précédent Tiger Woods. Les chacals de la "corporation voyeuriste" en France ont cru pouvoir toucher le jackpot en suivant la piste de leurs confrères états-uniens. Je regrette que cet aspect purement économique n'ait même pas été évoqué.
Une prochaine fois, peut-être?
Bonjour,

Journaliste ?
Je n'aime pas intervernir,j'apprécie le travail de @si .Là je maintiens:cette émission a une connotation "machiste" ,faire le choix de traiter de la déontologie journalistique sur un sujet aussi vieux que le monde n'apporte rien que des commentaires souvent douteux.Zahia D.a eu son nom dans le titre de l'émission comme un appât .Chaque fois qu'un être humain perd sa qualité de personne cela crée un malaise cela vaut pour toutes les situations .
Cette semaine, j'espère que DS, lors de l'émission de vendredi, analysera attentivement la différence entre les " look" de Guy B. sur BFM-TV et à Ligne Jaune.
Lundi ou mardi sur BFM, en remplacement de Karl Zero, Guy porte une veste plutôt branché, fourni par la production?
Sur Ligne Jaune, un chandail plutôt "ordinaire", fourni par l'animateur lui-même?
Le téléspectateur BFM ne supporte pas le chandail?
A été évoquée la différence législative avec les États Unis mais j'aurais aimé que soit plus concrètement évoquée « la Charte de Munich » http://www.snj.fr/article.php3?id_article=66 et « La charte des devoirs professionnels des journalistes français » http://www.snj.fr/article.php3?id_article=65 ainsi que leur modification éventuelle pour prendre en compte l'usage de ces nouveaux « outils » de communication par les journalistes, à titre professionnel et/ou personnel.

Qui aurait la prérogative en France pour mettre ces questions sur la place publique, quelles institutions ? Les syndicats de journaliste ? Les parlementaires ? Qui ?

On en revient à la question, pour moi fondamentale, de l'absence d'un Ordre des journalistes en France. BRP trouve ces pratiques indignes, je suis tenté de penser la même chose, mais so what ? On en fait quoi de cette indignation ? On passe à la suivante ? Ou bien on réfléchit ensemble comment améliorer les us et coutumes de cette profession en perte d'estime et de confiance auprès des citoyens français ?

Merci à @si d'avoir abordé ces questions, de façon parfois incomplète je trouve, et je regrette qu'il faille attendre ce genre de prétexte pour le faire.
Emission sympa mais, franchement, il y a des sujets plus intéressants !!!
Il semble que beaucoup de monde n'arrive pas à comprendre que le sujet de l'émission n'est pas l'affaire
de prostitution en elle même, mais le traitement médiatique de cette affaire, l'objet n'est pas le même, c'est
confondre le coco et l'abricot !
BRP poursuit l'émission avec un second degré fort à propos sur son blog : http://www.blogteam.sport24.com/2010/05/et-si-mon-nom-etait-cite-dans.html?xtor=RSS-31
A quand une suite à cette partie de ping pong entre 2 journalistes aux conceptions de leur métier bien différentes ?
Un avatar de notre société médiatique...
Du cul, du cul, du cul....
Très bonne émission Guy. Je suis effaré par les propos tenus par Vincent Glad qui se dit internaute avant d'être journaliste... Pas étonnant que les journalistes dérapent de plus en plus dans le trash, dans le "buzz". A contrario, je tire mon chapeau à BRP pour sa conscience journalistique.
Ah je commencais a me languir.

Une bonne ligne jaune comme je les aime.

Bravo a Bruno RP qui n'hésite pas a dire ce qu'il pense en direct a notre ami [s]journaliste[/s] internaute de Slate, et bravo a lui de ne pas etre susceptible! C'est bien quand meme les gens qui se disent des choses.
"ma seule règle morale, c'est la règle juridique"

& puisque de toutes manières quelqu'un d'autre le fera...

Alors quand la loi autorisera ou prescrira de tuer ou de voler ou de nuire ou de tromper, puisque de toutes manières, quelqu'un d'autre le fera, alors il tuera, volera, nuira, trompera, puisque de toutes manières quelqu'un d'autre le fera...

Comme quoi les pires horreurs peuvent être dites ou faites par de petites gueules d'anges, bien jeunes et bien fraîches, à qui se donnerait le Bon Dieu sans confession, et même pas "sans confession" ! carrément par anticipation!

Erreur fatale et funeste que l'apparence. &

Comme c'est tranquille, paisible... l'ignorance!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Emission interessante. Moi la question que je me pose c'est est ce que Slate a le droit de licencier son journaliste pour un propos tenu sur Twitter donc en public ? Pour ce qui est de légiférer pour empêcher la rumeur sur Twitter on voit bien que c'est impossible. Pour moi la seule possibilité d'éviter tout ce truc c'est d'empêcher Le Monde de sortir les prénoms comme ça a été dit.
Je n'en reviens pas d'avoir consacré une heure de ma vie à ça ! Cette histoire ne m'intéresse pas et ne devrait pas sortir de la chronique judiciaire et ces journalistes m'ennuie et me dégoute...

Heureusement qu'il y a Mélenchon, Maler et Avatar, sinon je me demanderai ce que je fais sur ce site.
ce forum sent un peu le vestiaire de foot.
émission assez complaisante au final, il manquait peut-être une voix féminine
La question que pose Bruno Roger-Petit est désuète.
C'est quoi le projet ? Twitter interdit aux journalistes ??
Où fixe-t-on la limite de leur expression publique ?
C'est parfaitement impossible, on ne peut empêcher quiconque de communiquer, d'échanger, sur internet comme ailleurs.
On pourrait aussi interdire les concerts de hard-rock aux représentants de l'ordre public tant qu'on y est. N'importe quoi !

Quant au problème récurant de la presse qui monte en épingle des affaires pas commencées, comment ça peut être autrement ?
Ils se surveillent tous les uns les autres ! C'est encore plus flagrant sur twitter, au sein même de cette émission, ils sont 3 à se suivre sur twitter !
Pure player ou presse papier, même combat : "Tiens il a dit ça ! Vite vite, on peut pas leur laisser bouffer ce gros gâteau tout seul, j'en veux une part." Et bim ! Tout le monde parle des footballeurs.
Objectif : le premier sur l'info. Bim ! Florence Schaal annonce la mort d'un enfant bien vivant.
Ajoutez l'instantanéité d'internet par dessus et la machine finit de s'emballer. Bim ! L'AFP publie une dépêche avec des mauvaises photos twittées.

Pour conclure, Vincent Glad twitte, les journalistes se tirent la bourre, et nous, plus vous y allez, plus nous prenons du recul !
Dommage le titre qui ne donne pas envie de prime abord.
Faut vraiment lire le petit texte puis quelques interventions dans le forum pour s'y mettre.
Et, finalement, ça vaut le coup d'entendre les invités sur le plateau sortir des énormités pareilles.
Merci Guy.

Et pour répondre à C. Carron :

Ne lisez vous jamais les faits divers dans les quotidiens ?
Non. Quel intérêt ?

Ne regardez-vous jamais Faites entrer l'accusé, Enquête exclusive, Faits divers le mag ?
Non. Quel intérêt ?

Echappez-vous aux journaux télévisés, ceux où on vient à Roissy filmer la détresse des familles qui apprennent en direct la mort d'un proche dans un crash aérien ?
Oui.

Personne ne vous oblige à regarder tout ça. Rien, non plus.
Sauf votre boulot.
Pour nourrir une presse qui nourrira le net qui nourrira la presse qui nourrira le net qui nourrira la presse, etc.
Que les auteurs de ces sujets, papiers et autres rogatons revendiquent le titre de journalistes et clament haut et fort leur conception d'une déontologie à géométrie variable ne cessera jamais de me dégoûter...

Des gens sont foutus en taule, tués, ruinés par des procès incessants, parce qu'ils enquêtent sur les mondes de l'argent, du pouvoir, pour dire ce qui mène réellement ce monde.
Et d'autres fouillent dans des poubelles et des culottes sales, et viennent beugler : "Moi, m'sieur, moi, j'suis journaliste, moi." ?

Le trash n'est pas toujours là où on le croit :-)

Z'avez un miroir ?
Enervant le bruno roger petit, de nous faire la donzelle éffarouché, ah mais non moi j'aurais jamais fait ça, ah mais un vrai journaliste aurait pas fait ça, comme l'as dit un asinaute et l'affaire gregory ? j'ai pas d'autres exemple sous la main, mais il y en a plein pourtant; avce des répercussions plus grave q'une femme de footballeur qui apprends qu'elle est cocue a la télévision, il a pas pensé que Mme R avait besoin d'un soutien psychologique ? c'est une non affaire et il y a des choses bien plus grave ..
quand a Vincent G, j'apelle pas ça du journalisme, j'apelle ça de la merde, c'est ça l'évolution des médias ? ou bien c'est des mediaparts ou asi ? a la limite ça me choque qu'il soit payé pour faire ça, mais pretexter ça pour une éniéme charge contre internet de la part de Bruno roget petit bof bof
Je me suis dit que l'émission se terminait par une question intéressante : "lorsque le monde évolue", la déontologie devrait-elle nécessairement être ressentie comme une morale ?

ou encore "lorsque le monde n'évolue pas vraiment" la morale est-elle ce qui nous reste pour introduire la déontologie ?
Emission passionnante, mais tout au début de l'émission j'avais envie que ces grands professionnels nous expliquent clairement quelle est la règle que les journalistes suivent pour citer ou pas des noms.

Par exemple ici on parle au début de l'affaire de joueurs du sud de la France cités dans l'affaire mais pas inculpés et d'une certaine Zahia D. Très souvent les journalistes pour conserver l'anonymat d'une personne mise en cause change le prénom (et souvent tous les journalistes utilisent le même !). Pourquoi dans ce cas avoir sorti son prénom pourtant peu courant et l'initiale de son nom ? Dans l'affaire de la conductrice voilée toute la presse utilise le même prénom d'emprunt "Anne".

Et, prenons le cas d'un innocent jeté en pâture aux médias, dans l'enquête tracfin/Dray pourquoi la presse ne s'est elle pas contenté de parler d'un homme politique élu en région parisienne ? Ca fait des années que je me pose la question et je n'ai jamais compris la logique derrière ces pratiques.
Pour ce soir, je préfère voir comment de la main gauche, on convoque un ami professionnel de la brosse à reluire pour encenser la gendarmerie à la télé quand de la main droite on démantèle l'institution, avec au passage une petite contribution à l'effort de guerre en Afghanistan.
Rien de nouveau sous le soleil il est vrai, le sarkozisme c'est définitivement ça.

Sinon, elle fait pas son âge hein la Zahia. Ah si j'étais riche...
Très amusant retournement de situation: vers le milieu de l'émission, on se dit, tout de même, ce jeune journaliste qui ne comprend même pas qu'il est en public, qui refuse de réfléchir déontologie... et puis non, il finit par nous expliquer que c'est l'autre le plus retors: il fait du twitter privé/public juste ce qu'il faut pour rester légalement dans les clous, et révèle sans ciller que c'est là sa seule considération morale!
C'était prévu, ce coup de théâtre?
trop bon le moment où l'avocat dit qu'il va réfléchir à comment attaquer Vincent Glad mdr.
C'est quoi ce monde ?
C'est qui ces gens ? Ces Zahia, ces Abou, ces Mimi ? Ces avocats, ces journalistes, ces twiterreurs ?
A quoi ça sert ? A qui ?
Je suis ahuri de saisir des lambeaux d'un monde qui m'échappe autant que les hypothèses qui le fondent (et les "valeurs" qu'il véhicule).
Je ne sais pas, Guy, si je dois vous remercier de me déciller les yeux... j'en sors totalement désabusé sur les choses comme elles vont.

Sexe, argent, stars de foot : tous les ingrédients classiques du fait-divers qui fait exploser les ventes sont réunis dans l'affaire Zahia D. Mais pas seulement eux, et c'est la nouveauté. Cette affaire de proxénétisme et de prostitution de mineure, qui touche l'équipe de France de foot-ball, est le premier fait-divers national de l'ère des réseaux sociaux. Les chasseurs de scoop chassent en meute sur Twitter, à ciel ouvert, et les escort girls exhibent leurs charmes sur Facebook, pour leurs amis, et les amis de leurs amis.... > Lire l'intégralité du texte
l'emission a été comme d'habitude passionante mais franchement ce dossier est passablement vide .....
En voyant le titre je me suis dit "oh non, pitié !'.
Mais j'ai fait confiance au sous titre et au présentateur et j'ai regardé quand même...
J'ai bien fait, excellente émission encore une fois. Merci !
Passionnant la façon dont "fonctionnent" ces "journalistes" du trash.
Bon ben c'est pas aujourd'hui que je vais commencer à lire VSD, Match
et tous les autres...
Pour savoir jusqu'où on peut aller dans la légalité en sacrifiant toute
moralité et même une vie au passage je ne saurais trop conseiller
cet excellent film.
mais quel peuple dégénéré, un buzz d'enfer sur cette affaire, la plus grosse requête sur google, match qui va doubler ses ventes habituelles, et en plus elle va écrire un livre qui va surement être un best seller...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Mal placé.
Ah enfin du cul sur ASI!
Encore Bruno Roger Petit ? Mais euh.... dis, Guy... y'a un truc entre vous ? Non mais.... question anodine hein, mais là.... je me demande quoi. Voilà voilà voilà....
C'est bien ici le blog de Jean-Marc Morandini ?
Moi sans doute extra-terrestre venu de la galaxie NGC 236, parce que je ne vois pas du tout de quoi parle cette émission, quels en sont les enjeux fondamentaux ni la fine analyse des médias éventuellement cachée.
Autrement dit, je m'en tamponne grave le coquillard et comme je ne suis pas obligé de regarder, j'ai zappé un quart d'heure et pis j'ai fait autre chose.
Je me demande même ce qui me pousse à le faire savoir. L'agacement, sans doute.
Je vous bats à plate couture : j'ai tenu 19’35.
Nananèreuuuh !
Est-ce que dans l'extrait que vous vous êtes fadée, Bruno Roger-Petit fait allusion à ceux qui s'en prennent à Ribéry, sa fortune, son argent, son train de vie ?
Je demande ça parce que Bruno Roger-Petit aime généralement s'interroger sur ce qui peut pousser un type à s'en prendre à un autre, sa fortune, son argent, son train de vie.
Et il faut bien reconnaître qu'il n'a pas tort, que c'est un peu suspect de s'en prendre à tel ou tel, sa fortune, son argent, son train de vie.

Est-ce que dans l'extrait que vous vous êtes fadée, Bruno Roger-Petit fait allusion à ceux qui s'en prennent à Ribéry, sa fortune, son argent, son train de vie ?

Je demande ça parce que Bruno Roger-Petit aime généralement s'interroger sur ce qui peut pousser un type à s'en prendre à un autre, sa fortune, son argent, son train de vie.

Et il faut bien reconnaître qu'il n'a pas tort, que c'est un peu suspect de s'en prendre à tel ou tel, sa fortune, son argent, son train de vie.


Il est pourtant pas juif, Ribéry.
Je dis ça parce que Roger-Petit a fait le coup par rapport à ceux qui critiquaient BHL ou Arthur.
Eh bien tant pis pour vous. Vous manquerez une émission passionnante sur les nouveaux médias, le journalisme à l'heure des réseaux sociaux et leurs usages controversés. Ce qui est fatiguant - pour moi - c'est de voir des gens parler de quelque chose qu'ils ne regardent pas. C'est même un mépris assez étonnant, pour tout dire. C'est moi qui devrait m'en tamponner le coquillard. Je me demande même ce qui me pousse à faire savoir que ce n'est pas le cas. L'agacement, sans doute.
Allez voir du coté du forum Avatar pour voir jusqu'où l'on peut aller à parler, pour le dénigrer, de ce que l'on n'a pas vu.
Sinon, je vais regarder, comme d'habitude. Je trouve le sujet alléchant. :-)
La différence entre Ligne J@une et Avatar, c'est qu'il y en a un des deux qui est pas encore suffisamment mainstream pour qu'on puisse lâcher des hypothèses au hasard qui tombent juste dans 80% des cas :-)
Peut-être un jour sera-t-il mainstream aussi ?
Mon Dieu ! Ce mot de "mainstream" dénué de sens....! Je l'ai découvert il y a moins d'un an et je n'en peux déjà plus ! Pardon à ceux qui l'emploient, ce n'est nullement une attaque ad hominem, mais, entre ce début de forum et ceux d'Avatar, j'en peux plus du soi-disant "mainstream".
Surtout cette capacité moderne qu'on a de remplacer des mots français par des mots anglais pour faire genre. On pourrait tout aussi bien dire grand public comme on l'a toujours fait, hein.
Ouais, par exemple...
Et encore Guy, vous n'avez sans doute pas eu le temps de parcourir les plus de 1200 post concernant (peut-être après tout, mais alors vous êtes un surhomme) "AVATAR" ! L'un de nos coreligionnaire en médiologie @sinautienne en a posté plus de 80 sans avoir vu le film, et s'est ingénié à s'immiscer dans toutes les discussions (souvent passionnantes) ou presque pour argumenter (tout et son contraire, forcément) SANS AVOIR VU LE FILM ! Ca m'a foutu les glannnnnndes.... merde, il a gagné....!!!!!!
Allez, je me rue sur Zahia. Euh, sur votre émission toute bien, très jolie.... voilààààà. A plus tard.
"Vous manquerez une émission passionnante sur les nouveaux médias, le journalisme à l'heure des réseaux sociaux et leurs usages controversés."

Si vous le dites, c'est sans doute vrai. Sans doute un grand moment de journalisme, tout y est : le buzz, le scandale, les attrape-audience...

J'avais réussi à traverser la semaine sans voir la Zahia en question et en échappant plutôt bien aux commentaires saliveux des grands journalistes, et je m'en portais très bien. Il fallait venir sur la page d'accueil d'@si pour tomber dessus.

Pendant trois semaines de réflexion sur la critique des médias, sur le succès énorme d'un film inégal et un bouquet final jubilatoire : comment la télé pourrait parler d'économie politique, je ne m'étais pas rendu compte que je passais à côté d'un sujet fondamental sur la compréhension des médias : la mise en abîme de la michetonneuse (où celle qui michetonne n'est pas celle qu'on croit).
Eh oui, vous passez à côté (bis) d'une modification des pratiques des journalistes, liée à l'explosion des réseaux sociaux... Vous pouvez considérer que c'est inintéressant mais c'est juste l'avenir des médias qui se joue sous nos yeux...
A ce propos Guy, il me semble que buzz a disparu de la planete France, c'est ramdam maintenant.

Eh bien tant pis pour vous. Vous manquerez une émission passionnante sur les nouveaux médias, le journalisme à l'heure des réseaux sociaux et leurs usages controversés. Ce qui est fatiguant - pour moi - c'est de voir des gens parler de quelque chose qu'ils ne regardent pas. C'est même un mépris assez étonnant, pour tout dire. C'est moi qui devrait m'en tamponner le coquillard. Je me demande même ce qui me pousse à faire savoir que ce n'est pas le cas. L'agacement, sans doute.


Y-a peut-être d'autres raisons que les a-priori pour que les abonnés s'intéressent d'abord à d'autres émissions d'ASI que la vôtre. Ce qui ne veut pas dire que celle-ci est nulle. Mais faut avoir envie d'avoir envie, comme dit l'autre...
On a le droit de ne pas avoir envie. On n'a pas le droit de bramer "c'est nul !", sans savoir de quoi on parle.

On a le droit de ne pas avoir envie. On n'a pas le droit de bramer "c'est nul !", sans savoir de quoi on parle.


Entièrement d'accord, c'est pourquoi je vais regarder l'émission avant de [s]dire tout le mal qu'il faut en penser[/s] donner mon impression.
Houuu, que cette petite phrase qui se veut gentiment humoristique est révélatrice !... et pis attention : il FAUT penser ceci ou celà... et de préférence comme vous ? ;-)

Houuu, que cette petite phrase qui se veut gentiment humoristique est révélatrice !... et pis attention : il FAUT penser ceci ou celà... et de préférence comme vous ? ;-)


Hi, hi, hi, que vous la releviez de cette façon est tout aussi révélateur... Détendez-vous, mon vieux.
Mais je suis détendu, à la fraiche, décontracté du... enfin tout ça quoi... Alors ? Quelle impression sur cette émission de m.... euh... édifiante ?

On a le droit de ne pas avoir envie. On n'a pas le droit de bramer "c'est nul !", sans savoir de quoi on parle.


Préambule : je ne trouve pas l'émission nulle pourtatnt je l'ai regardée ...


Ah bon ? J'avais pas lu la mention de cette obligation. Pas le droit ! Rien que ça.
Et est-ce que j'ai le droit, par exemple, à la cantine de dire " Oh il a l'air bien pourrav' le choux-fleur, je préfères les frites " sans y avoir goûter ? Et mettons, le programme du FN, faudrait p't'êt' l'essayer avant de le critiquer, non ? Peut-on rejeter la mort ou la souffrance sans l'avoir testée ? Etc ...

Quoi, je suis nul ? A-t-on le droit de me mépriser sans me connaitre ?


Ce pouvoir de critiquer sans avoir vu est le fait de notre capacité à nous projeter, à imaginer, à combiner des concepts, des idées, des sensations, etc... C'est au contraire le signe d'une forme aigüe de conscience.

Guy, je comprends que vous défendiez votre boulot, que je respecte, mais quand même, un peu de distance critique, des fois, ça ferait du bien.
Vos comparaisons entre une émission produite par @si et le programme du FN me donne envie de ... Rien.
Je ne pensais pas que les @sinautes étaient aussi bons en point Godwin.
C'est bien vous dont la seule "règle morale est la règle juridique".

En gros si un acte n'est pas expressément interdit par la loi,
alors, selon vous, il est moral
et vous vous sentez autorisé à le commettre ?

Vous parlez de points Godwin
mais vous devriez réfléchir
à ce que devient votre rapport à la morale
dans l'éventualité où la loi est criminelle.

Il y a des précédents historiques.

Allez, faites un effort de réflexion...
Tout est une question de point de vue. Ma morale n'est pas la vôtre. Jusqu'à preuve du contraire, ce qui nous met tous d'accord, bon gré ou mal gré, dans notre République, c'est la loi. Il faut bien se poser un cadre, mon cadre c'est la loi.

Et comme tout cadre, il est aussi fait pour être débordé. Si ça peut vous rassurer, la loi, je la viole parfois avec grand plaisir, estimant par exemple que l'application de l'article 9 du code civil par certains juges est inique.

Pourriez-vous un jour accepter que votre éthique n'est pas universelle et que nous n'envisageons pas les choses de la même manière ? Et qui, pour juger qui d'entre nous deux à raison ?

Relevé des copies dans deux heures.
On est les meilleurs! en Godwin et en susceptibilité!
Je vois ça, c'est fort distrayant !
Relevé des copies dans deux heures.

arrêtez avec ce ton de prof, je suis, comme la plupart des @sinautes que je connais, bien plus diplômé que vous...
Bien plus diplômé, mais laissez moi deviner, vous n'avez pas pris l'option humour, si ?
Vous avez sûrement tenté de manger un clown
mais il a du rester coincé.

Du coup, ça se voit...
avoir une maitrise de sciences politiques et travailler à Voici, c'est un parcours plutôt étrange :)
Vu les politiques actuelles ... pas tellement
et je dirais même plus, vu ce qu'on apprend en sciences politiques de nos jours...
(vive les cours sur la communication...)
Non non, j'ai rien dit c'est pas moi je suis pas là...
"Tout est une question de point de vue".

Vous n'avez rien trouvé d'autre pour justifier l'activité qui consiste à regarder dans le trou du cul des stars pour le photographier et en vendre l'image à un maximum de monde ?
La responsabilité face à la collectivité, ça vous dit quelque chose ?
ça ne vous dérange pas que le photo journalisme, le vrai, étouffe parce que tous les budgets se sont déplacés vers la photo people ? Vous pensez peut-être que votre rôle, considéré individuellement, est mineur, voire nul, et que vous n'êtes pas concerné par cette problématique ? Parce que de toutes façons, "quelqu'un d'autre le fera à votre place" ?
Vous sortez le même discours que ces mecs tous frais sortis d'une école de commerce qui se retrouvent à faire des audits, comprenez virer des centaines de personne avec le double de leur âge et une expérience du travail dont ils sont totalement dépourvus. C'est vomitif. ce discours de déresponsabilisé est pénible, et toxique.

On peut choisir. Choisir de ne pas faire passer par soi des métiers dont l'exercice contribue à aire du monde dans lequel nous vivons un monde où règne la bêtise crasse, le culte de la médiocrité, l'exaltation futile de l'intime contre celle de la pensée critique.

Mais vous êtes dans l'air du temps. C'est bien, je vous félicite.

Et oui, je sais, je suis une sale réactionnaire moralisatrice archaïque dépassée qui ose encore défendre ce qui ressemble à des principes moraux, quelque chose qui s'apparente au bien commun, au désir de voir l'homme cultiver sa perfectibilité, et pas flatter ses bas instincts. Ouh la vilaine, elle se prend pour qui ?
En tout cas j'ai bien ri quand il a qualifié Bruno Roger-Petit, de réactionnaire, forcément il prône la responsabilité, c'est réac ça aujourd'hui :).
Et ma comparaison avec le chou-fleur de la cantine ?

Vous ne répondez pas sur le fond.
Tancer et sentencer : " Vous n'avez pas le droit de critiquer sans avoir vu " reste à mes yeux absurde.

Chaque fois que je décide de ne pas acheter ce livre, de ne pas voir ce film, de ne pas écouter ce disque... c'est parce que je ne le trouve pas assez bien, ou pas correspondre à ce que je veux. Ce choix ou ce renoncement, tout dommageable qu'il puisse être, est pour autant raisonné, il est le fruit de ce que je perçois à travers la quatrième de couv', la BO, un extrait pioché au hasard + mon expérience, ma connaissance de ce genre, de l'auteur, du jeu de l'acteur, du style du réalisateur,... Ce n'est pas un caprice. ( Alain Korkos te raconte même l'essentiel d'un film rien qu'en voyant l'affiche - cette phrase ne porte aucune ironie - ). Je connais Clavier, je connais Drucker, je vois bien l'émission formidable que ça fait.

Les abonnés d'ici connaissent un minimum l'idiosyncrasie de Lémédia et connaissent maintenant la mécanique de ligne j@une, ils sont donc à mêmes de supposer si le sujet de l'émission va leur convenir ou pas.

Si quelqu'un se donne le temps ( sauf les trolls mais on est hors sujet ) de poster pour dire qu'il n'aime pas, qu'il n'en veut pas, c'est qu'il veut dire qu'il attend autre chose, c'est respectable. Il aspire à autre chose et voudrait que cela inspire l'animateur de l'émission, c'est une démarche constructive si l'on veut bien la recevoir comme telle. Et puis, s'il ne regarde pas ce qui ne lui plait pas, c'est de la cohérence. On peut regretter son manque de curiosité mais c'est sa liberté.


Mais, après tout, moi aussi.. rien.
Je ne suis pas assez habile polémiste pour continuer.
Et essayer de discuter avec quelqu'un qui n'est pas disposer à faire évoluer son point de vue est vain.
Vanitas vanitatum et omnia vanitas
Vous n'avez pas compris : je répondais à votre message de 20h54, qui répondait à mon message de 20 h 45, lui même réponse au post de Guy de 19 h 19.


Sinon, vous avez raison, discuter avec quelqu'un qui n'est pas disposé à faire évoluer son point de vue est vain. C'est pour ça que je pense que nous allons arrêter là. :-)


Bien à vous.
@ C. Carron :
La méprise ne m'appartient pas, et je reconnais que les fils sont difficiles à suivre dans ces forums.

Mon message de 19h01 répondait, en le citant; à celui de Guy Birenbaum de la veille.
Guy m'a répondu à 19h19 et je réponds à Guy à 21h05

A 20h54, c'est Julien D.

Donc, je ne sais pas ce que vous voulez arrêter, je ne m'adressais pas à vous.


Mais ok, pour la conclusion. A la relecture j'avais peur de n'être pas explicite : ( +@ GB) pour moi toute discussion doit être basée sur le principe que mon interlocuteur est susceptible de me faire changer d'avis, en partie du moins.

Sinon, la discussion est inutile. Comme regarder une émission est idiot, si je ne suis pas disposé à penser différemment après ( mon avis sera modifié : renforcé ou amendé, mais modifié ), donc c'est bien de ne pas regarder si je ne veux pas risquer de changer d'avis.
Bref.
Mille excuses. Pour le coup, c'est vous le nombril, et moi le nombriliste.

A ma décharge, je n'ai pas l'habitude de cette présentation de fils de discussion, et comme vous le faites remarquer, ils ne sont pas simples à suivre.

Nous sommes finalement d'accord, sur tout ce qui est changement d'avis. A la relecture...
Je répète.
Personnellement, je ne suis pas capable d'avoir un avis argumenté et pertinent sur une émission que je n'ai pas regardée.
Je me réjouis donc, pour eux, si effectivement comme vous l'affirmez de manière péremptoire "Les abonnés d'ici connaissent un minimum l'idiosyncrasie de Lémédia et connaissent maintenant la mécanique de ligne j@une" et que donc ils sont "à mêmes de supposer si le sujet de l'émission va leur convenir ou pas".
Mais, pour moi, ça n'a pas beaucoup d'intérêt.
Je préfèrerai toujours dialoguer, ici et ailleurs, avec les gens qui critiquent mon/notre travail en toute connaissance de cause.
Guy Birenbaum,

l'émission est intéressante en effet (enfin pas trop quand même) mais le titre est désespérément accrocheur... On est des asinautes, pas des lecteurs de JMM. J'espère que lorsque vous convenez du titre vous ne vous dîtes pas que "l'on attrape pas les mouches avec du vinaigre"... Attention à ne pas nous prendre pour des mouches... A force on risque de se vexer.

Guy Birenbaum,



l'émission est intéressante en effet (enfin pas trop quand même) mais le titre est désespérément accrocheur... On est des asinautes, pas des lecteurs de JMM. J'espère que lorsque vous convenez du titre vous ne vous dîtes pas que "l'on attrape pas les mouches avec du vinaigre"... Attention à ne pas nous prendre pour des mouches... A force on risque de se vexer.


Ben oui, c'est comme présenter le débat avec Henri Maler comme "un match". ASI a parfois un côté représentant de commerce énervant.
Ha oui moi aussi je suis pour l'interdiction du mot "MATCH" dans les titres d'émissions d'ASI, on fait un groupe fessebouk ?
(enfin remplacez pas par "le duel" hein ...)
Je pense qu'il fallait y voir une pointe d'ironie...
Décidément moi.
Je ne rédige aucun contenu, ni titre, ni descriptif sur le site. Je découvre les titres et textes comme vous.
Ups mauvais post...
Pareil ! vraiment c'est lamentable sur arrêt sur image de se fader ce genre de causerie pour beaufs dégénérés. Ca ne vous gène pas le doublement des ventes de match sur une affaire aussi absurde et dégoulinante de médiocrité ?!
Ah la la, on n'est pas sortis de l'auberge.
C'est un non sujet ! chronique people indécente.
On s'en fout des frasques persos des footeux qui gagnent un fric fou (et qui devrait être interdit) pendant que la moitié de la terre meurt de faim et 8 millions de français vivent sous le seuil de la pauvreté. Vous ne croyez pas ?
Pis alors les twiterrimans ! pffft ! fatigants. Z'ont rien d'autres à faire ? C'est pas de l'info, c'est du binz, du bizenesse, du rien; On y balance n'importe quoi, pourvu que ça mousse ! Mais la mousse, ça retombe.
Guy, réfléchissez, vous avez d'autres compétences que de vous perdre dans ce marasme. Ou alors je me trompe ?
Pardonnez moi mais ce qui est très médiocre c'est votre commentaire.
J'ai répondu suffisamment de fois sur ce que nous dit ce sujet de l'état nos médias, si vous ne voulez pas le voir, je n'y peux rien.
Mais il faut arrêter d'insulter ceux qui pensent différemment de vous...
On ne m'avait pas sorti l'argument de la faim dans le monde depuis le lycée...

beaufs dégénérés.

n'éxagérons rien et restons corrects.
Tiens ! Fred s'est reconnu !

***
tu nous a habitué à mieux, c'est pas beau d'être sur le déclin :)
Pfff... Birenbaum n'a même pas été fichu de convaincre mamzelle Zahia de venir. On saura jamais si ses nibards c'est des vrais ou si c'est du synthétique. Je suis déçu.
Bon j'avoue en lisant l'intitulé de l'émission j'ai failli me désabonner sur le champ (:o); c'est vrai quoi après avoir été habitué à ACRIMED-Maler puis Mélenchon-Touati et d@ns le film « Avatar » ça fait un choc tout de même, Zahia D. :P; et puis j'ai lu le scénario, et je me dis, bon OK, c'est un prétexte, ça vaut le coup de traiter le sujet de fond; donc j'y go ! Welcome back Guy !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.