46
Commentaires

World press photo : quand photoshop remporte le prix

La souffrance exacerbée par Photoshop. Le World Press photo, prestigieux prix qui récompense chaque année une photo de presse, a récompensé cette année une image fortement retouchée, au point de ressembler à une peinture. Il s'agit d'une photo d'un photographe suédois, Paul Hansen, prise à Gaza, le 20 novembre dernier. Le cliché montre les funérailles de deux enfants palestiniens tués par des bombardements israéliens.

Derniers commentaires

Je ne comprends pas cette polémique. Le lauréat du prix utilise des techniques qui existent depuis la
création de la photo. Modifier la luminosité, le contraste ou la saturation font partie des bases du travail de photographe.
Il a choisi un point de vue pour raconter cet événement, son traitement de l'image ne le modifie en rien, il le rend simplement plus fort.
Cela aurait même pu être réalisé à la prise de vue tant il est simple de sous exposer la photo et d'obtenir le même effet (avec moins de finesse néanmoins) et de faire taire les critiques.
L'objectivité pure n'existe pas. À partir du moment où ce photographe se rend sur les lieux, il dénature la scène qui s'y déroule en modifiant l'attitude des participants. Il lui reste sa conscience professionnelle pour relater avec sincérité l'événement qu'il couvre. Isoler une partie d'une scène avec un téléobjectif ou choisir un point de vue en contre-plongée modifie avec force notre perception des événements. Pourtant, personne ne criera au trucage ou au mensonge parce que le démon "Photoshop" n'aura pas été invité.

Il ne viendrait à personne l'idée de dénigrer le travail d'un journaliste sous prétexte qu'il a une belle plume. Captiver le lecteur par un récit vivant sera même une preuve de professionnalisme.
La photographie reste prisonnière de sa capacité à montrer le monde réel avec précision. La photographie n'est pas la vérité mais une partie seulement, une facette d'un ensemble complexe.
A ceux qui ont reproché dans l' émission la présence de photographes de mode ou de publicité dans le jury... je leur dirait qu' un photographe ne se définit pas par son marché mais par son regard.
On peut très bien photographier de jolies filles et avoir un regard critique pertinent devant des photos de presse.
De même, on peut très bien être photojournaliste et ne pas savoir aligner deux arguments ni dire des choses intelligentes... et passer pour une blonde niveau 3ème.
Bien que le sujet concernant la manipulation des photos ait un sens, l'auteur prend comme par hasard l'exemple de la souffrance des Palestiniens pour en meme temps la remettre en question et a nouveau faire croire que l'entreprise de colonisation et d'humiliation du gouvernement d'extreme-droite en Israel sur les Palestiniens est un conflit symetrique, que le dominateur est autant victime que le faible.
Je trouve cet article de fait manipulateur. Et meme si l'auteur n'a pas cette intention, certains utiliseront cet article pour arriver a cette conclusion fallacieuse.
Si l'on veut trouver des images reelles et non retouchees, il serait bon de reprendre des images videos et reportages de Gaza (2009 et 2012) prises par les chaines arabes alors que les journalistes occidentaux etaient honteusement interdits d'entree dans le territoir pendant les operations en 2009. Dans ce cas ce sont les medias occidentaux qui manipulent les images en coupant les elements derangeant leur narrative...l'impact sur l'opinion est beaucoup grave qu'un grand prix de photos, certes prestigieux mais a la portee malheureusement tres limitee.
Pire que la retouche d'images, il y a l'absence d'images. Les operations de drones operees par les US au Moyen Orient et leurs victimes civiles ne sont jamais filmees, et si elle l'etaient elles souleveraient l'opinion mondiale. A la place on ne lit que de simples depeches reuters laconiques.
Bon article mais devriez arrêter de faire de la pub à photocrotte, parlez de photos gimpées plutôt:

http://fr.wikipedia.org/wiki/GIMP

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

On parle de retouche photoshop alors qu'il s'agit plus probablement d'une image raw (image brute, plus riche qu'une image tiff ou jpeg) traitée avec un outil comme lightroom ou aperture.
Ces outils permettent entre autres de récupérer les zones sur-exposées (cramés) et sous-exposées d'une même photo.
Poussé à l'extrême, ça donne des horreurs proches de ce qu'on fait en HDR.

Effectivement rien n'est enlevé, rien n'est ajouté, c'est comme un rééquilibrage des niveaux. C'est pas vraiment de la retouche au sens de ce qu'on fait avec Photoshop, avec les tampon, pinceau, masques, etc…

Mais la vraie question, que la technique pousse encore plus loin, est celle de l'ésthétisation de la misère et de la détresse. C'est juste que là ça commence à se voir.
Abus de position dominante : Toul'tan Fotochope Faux tot choppe !! *MAIS* il existe le grandiose :

GIMP is an acronym for GNU Image Manipulation Program. It is a freely distributed program for such tasks as photo retouching, image composition and image authoring.

It has many capabilities. It can be used as a simple paint program, an expert quality photo retouching program, an online batch processing system, a mass production image renderer, an image format converter, etc.

GIMP is expandable and extensible. It is designed to be augmented with plug-ins and extensions to do just about anything. The advanced scripting interface allows everything from the simplest task to the most complex image manipulation procedures to be easily scripted.

GIMP is written and developed under X11 on UNIX platforms. But basically the same code also runs on MS Windows and Mac OS X.

C'est un magnifique Logiciel Libre. A faire connaître. Licence GPL, donc ce n'est pas de la pub.
Photo d'un très bon photographe anglais, qui vit dans le camp d'Aïda... sans Photoshop.
http://www.bbc.co.uk/humber/content/image_galleries/richwiles_palestine_gallery.shtml
Il n'a probablement pas participé au concours, puisqu'il n'est pas journaliste de presse, mais travaille aux côtés d'enfants palestiniens des Territoires Occupés en leur transmettant son amour de la photo.
Je vais troller... "radical" probablement ;o)
J'ai entendu la déclaration machiste du papa-grutier ET nantais. Et je pense à la couverture médiatique qui a été faite tout le week-end sur cette affaire... Tant de bruit pour ça ? Pour qu'un macho irresponsable passe pour un héros et ne dise pas un mot de son cher fils mais s'empresse de jeter l'opprobe sur des Ministres femmes...
Le héros était sacrément maquillé, du haut de sa grue !
Comme la guerre peut être belle, pour qui sait voir...
C'est un peu le même principe que "l'interview exclusive" de Biden dont vous parliez récemment, qui n'était finalement qu'un e-mail. Réalité des propos mais maquillage autour.

(Je ne suis pas en train de dénigrer la scène elle-même, merci de ne pas passer au lynchage direct!)
"Il faut accepter cette évolution". Selon Patrick Baz.
Et ma main dans ta...
Sérieusement, entre une amélioration de contraste argentique et des modifs au pinceau de chantier sur des photos numériques, sans rire ?
Sous prétexte que la moitié de son expo serait vide sans les photos retouchées ?
Et ils osent parler de Photoshop dans le cadre de son utilisation pour la presse - donc dans un domaine dont la vocation première est d'informer.
Irréel.. mais retirez-leur donc leurs accréditations, leur carte de presse, faites-leur passer des diplômes, sans déconner.
Merci Laure.
Une suite logique de l'article pourrait être "le bilan des sanctions encourues et délivrées aux "journalistes" se livrant à ce type de manipulations."
Mais je redoute que le titre serait plus fourni que le corps de l'article, faudrait sacrément farfouiller pour trouver des exemples.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.