47
Commentaires

Woody Allen accusé d'agression sexuelle : Laurent Lafitte plus efficace que les journalistes US ?

En faisant allusion aux accusations d'agression sexuelle qui pèsent contre Woody Allen, l'acteur français Laurent Lafitte, pensionnaire de la Comédie-Français, a-t-il été plus audacieux que les journalistes américains ? Sa plaisanterie, pendant la cérémonie d'ouverture du festival de Cannes, a électrisé les médias outre-Atlantique. Elle intervient dans un contexte particulier, deux jours après la publication d'une tribune dans laquelle le fils de Woody Allen reprochait aux médias de son pays d'avoir été trop indulgents avec son père.

Derniers commentaires

Ce qui est sûr, c'est que Laurent Lafitte ne lit pas les forum d'Arrêt sur images. Sinon, il n'aurait pas osé dire :

« Quand je pense à vous Woody Allen, je pense à vos répliques mythiques :
L'éternité c'est long, surtout vers la fin.
Quand j'écoute Wagner, ça me donne envie d'envahir la Pologne.
Dieu est mort, Marx est mort et moi-même je ne me sens pas très bien. »
Pour le coup, l'explication de Freddy Mercury laisse pantois. Puritanisme ? WTF?!
Il a lui-même pas compris l'excellente blague qu'il a faite ? C'est son ghost writer qui l'a écrite ?
J'espère que se constituera une jurisprudence Allen-Polanski. Par exemple, 2 chédeuvres=un viol pardonné, 3 = un inceste oublié. On peut discuter les proportions.
Je serais vous, je rajouterais un lien vers le Vite-dit où vous reprenez les explications de Lafitte (lesquelles ne m'étonnent pas trop, son humour ayant d'habitude une certaine élégance que n'aurait pas eu une attaque contre un Woody Allen coincé sous le regard des caméras et du public, un petit côté lynchage facile).
Comme Cultive ton jardin, je trouve très léger l'argument du "vieux monsieur timide", sans parler du comportement "contraire à son œuvre". C'est confondre l'homme privé avec, plus encore que l'homme public, le personnage mis en scène dans ses films. Dans la vraie vie, Charlie Chaplin n'était pas un clochard qui acceptait sans répliquer les coups de pied aux fesses... De même, si Allan Stewart Konigsberg (le vrai nom de Woody) a pu être dans sa jeunesse cet introverti balbutiant incapable de parler aux femmes, il a depuis longtemps dépassé ce stade. Même ses biographes les plus enclins à la sympathie ne cachent pas qu'il a enchaîné les "conquêtes" féminines avec lesquelles il s'est le plus souvent comporté en parfait salaud (de ses nombreuses ex, seule Diana Keaton semble avoir autre que de l'animosité à son égard...).

Mais pareillement, il ne faudrait pas croire que Mia Farrow, juste parce qu'elle est femme et/ou à cause de son image publique, est une innocente victime dans l'affaire. On sait aujourd'hui qu'au moment de ce divorce particulièrement violent (il faut dire que le point de départ en a été la découverte par Farrow de polaroïds pornographiques de sa fille adoptive Soon-Yi, 19 ans à l'époque), Mia Farrow a demandé à son ex Frank Sinatra, dont elle est restée très proche, de faire jouer ses contacts dans la mafia pour assassiner Allen (la mafia n'a pas donné suite : il y a des limites à ce qu'on peut faire pour un copain). Elle a elle-même, par ailleurs, laissé entendre récemment que Ronan Farrow, le fils d'Allen dont on entend beaucoup parler en ce moment, n'était peut-être pas son fils... Et Moses, fils biologique de Mia et adoptif de Woody, défend quant à lui ce dernier depuis le début en disant que c'est Mia Farrow qui a entraîné la petite Dylan (qui s'appelait Malone à l'époque) à porter les accusation d'agression.

Ce qui s'est réellement passé ou pas, on ne le saura probablement jamais. Il est très probable que d'une manière ou d'une autre Dylan Farrow soit une victime dans cette affaire, mais de qui ? De son père adoptif qui l'aurait effectivement agressée, ou de sa mère qui l'aurait utilisée dans sa jalousie, au point de lui faire inventer une histoire dont elle aurait fini par s'auto-persuader ? Ce qu'on sait, c'est que la justice n'a pas condamné Allen. A-t-il eu, de façon générale, un comportement "extrêmement inconvenant" pour reprendre les termes officiels ? De toute évidence, oui (on peut supposer que cela fait référence aux polaroïds). On sait par ailleurs que le réalisateur a un goût marqué pour les jeunes, voire très jeunes femmes (du genre, sortant à peine de l'adolescence). Mais ça ne suffit pas pour autant à en faire un pédophile (= qui s'intéresse aux pré-adolescent.e.s), ni un violeur.

Bon, et sinon, Laurent Laffite est revenu sur ses propos dans le Hollywood Reporter (URL). Où l'on apprend qu'il ne visait pas les accusations contre Allen (qu'il ignorait), ni même véritablement Polanski, mais.... le "puritanisme américain" qui contraint Polanski à vivre en Europe pour échapper à sa condamnation. Pas sûr que ça arrange le débat...
Je suis surpris de voir @si aborder l'affaire comme si c'était quelque chose d'actualité chaude...

Alors que Mr Allen a été innocenté par des experts independants renommés (pour qui la déclaration de l'enfant tient vraisembablement d'une manipulation parentale) et par un juge voilà 22 ans.

Et que l'affaire a repris de l'actualité voilà deux ans uniquement par la volonté de Mme Mia Farrow de faire parler d'elle et de ses engagements humanitaires (puisqu'on ne parle plus trop d'elle en tant qu'actrice), ou du fils (ou "fils") de faire parler de lui en tant que journaliste d'obtenir une promotion de carrière.. (ce qu'il obtenut quelques semaines plus tard en 2014 en étant engagé par MSNBC)

A chaque fois que les Farrow ont abordé le sujet, il y a comme par hasard quelque chose à promouvoir à côté...

Et oui, il y a les déclarations en tant qu'adulte, de Dylan Farrow.
Mais... quand on a entendu le même discours pendant 20 ans sur le père, est-il impossible que les souvenirs troubles de l'enfance ait été réécrits par les paroles de la mère ?

Un troisième fils, l'ainé des enfants Farrow, a lui dénoncé, après avoir été sous la coupe de sa mère la grande majorité des 20 dernières années, et avoir renoué avec Allen et sa soeur adoptive, le lavage de cerveau commis par sa mère...

Donc, était-ce vraiment être "audacieux" pour la presse américaine que d'aborder pour une énième fois ces accusations réchauffées ?

Salissons, salissons, il en restera toujours quelquechose..
Une mise à jour avec le commentaire de Lafitte, assez consternant, sur sa blague ?
On ne lit pas beaucoup d'article relayant l'autre fils de Woody Allen et Mia Farrow qui lui soutient son père et rejette la faute sur sa mère. Sa parole n'est pas moins légitime que celle du frère qui accuse, après tout.

Et que dire de Soon-Yi , l'épouse actuelle d'Allen. Les accusateurs la présente en victime de son père psychopathe. Mais déjà, ce n'est pas et ça n'a jamais été son père. C'est la fille adoptive de son ex-femme. On peut trouver ça amoral et choquant, mais ça n'est pas la même chose. Il ne s'agit pas d'une fille qu'Allen a élevé depuis la plus tendre enfance. Elle a aujourd'hui 46 ans et on peut penser qu'elle n'est pas sous l'emprise d'un psychopathe.
Je ne sais pas si les faits reprochés à Woody Allen sont réels, mais je suis choqué par cette mauvaise blague de Laurent Lafitte, très décevant en cette circonstance. Il me semble que l'abus sexuel sur un enfant et le viol sont des affaires à propos desquelles la plaisanterie n'est pas permise. Quelle mouche a piqué ce comédien talentueux ?
Je trouve par ailleurs le titre de cet article ("Laurent Lafitte plus efficace que les journalistes...") plutôt ambigu. Le rôle de l'animateur de la cérémonie d'ouverture du Festival de Cannes est-il de se substituer aux journalistes ? Mais il y a peut-être dans ce titre un second degré qui m'échappe.
Voila pourquoi les femmes parlent peu, parce qu'ont parle quand même. Pour les gens c'est tellement plus confortable d'accuser les victimes, que de regarder quelle image ont donne des femmes. Ici par exemple, surtout des invités mâles, les femmes ont moins la parole, sont coupés sans que Daniel intervienne, a elles de se débrouiller , alors que les mâles eux (comme les bourgeois) se repassent la parole et s'écoutent, ils ont peur des autres mâles, pas des femmes. Les mecs on juste peur des femmes sexuellement (d'ou peu Etre la pedophilie) , pourtant souvent on dit rien et on s'ennuis sexuellement. Exactement comme est le capitalisme, on demande aux opprimées de seules changer les choses. Si vous voulez changer la société, arrêtez de demander aux victimes de le faire, c'est aussi au puissants, qui sont nos frères, pères, fils, amants, de se bouger , pour leur ,mère, fille, soeur, amante ... Nous on arrêtent pas de vous rendre la vie plus facile, et vous les mâles, et vous les medias , qui utilisez les femmes pour vos pub ? A quand votre mea culpa ET votre évolution, c'est facile de regarder les prédateurs et après de se sentir super, alors que vous instillez sombrement le mépris dans vos articles et émission .
On imagine mal
Voilà, en effet, une des sources, la plus solide, de l'omerta. Quiconque a eu à connaître des comportements de ce genre sait bien que, justement, c'est au niveau non pas de l'imaginaire, mais de la pensée que ça bloque. On ne peut tout simplement pas [s]imaginer[/s] penser que ce père de famille respectable, que ce grand metteur en scène, que cet ecclésiastique onctueux aient, en privé, de tels comportements. "Personne ne me croirait" est une phrase qui revient souvent. "Tu n'a pas honte de dire des choses pareilles à propos de ton grand père?" entendu de la part de sa mère par une fillette, âgée de plus de 60 ans quand elle m'en a parlé, et qui me confiait "en parler pour la première fois". Oubliant même, tout en me le disant, que c'était en fait la seconde fois, puisque la première avait été étouffée au point qu'elle ne la compte pour rien.

"On imagine mal"... Pffff...
On imagine mal Woody Allen se conduire ainsi . Il faut être très vigilant en matière d'abus sexuels ,mais toute une mythomanie se développe aussi autour de ces sujets. La fin de la relation entre Woody Allen et Mia Farrow semble avoir été très difficile et il n'est pas impossible qu'il y ait eu instrumentalisation. la sortie de Laurent Lafftte est honteuse.
Encore une fois l'écoeurant spectacle de la jalousie d'un obscur acteur français contre une sommité américaine !

Si on peut même plus violer sa fille , épouser sa belle-fille , sans être obliger de rendre compte a la justice c'est ....qu'on es a hollywood qui a , finalement , pas mal d'influence sur new-york !
> Comment le réalisateur a-t-il réagi à cette blague ? Interrogé par le magazine culturel Variety, Allen semble s'en être remis.

Par contre madame Polanski l'a moins bien pris apparemment :
http://www.ozap.com/actu/cannes-emmanuelle-seigner-traite-laurent-lafitte-de-gros-blaireau-apres-une-blague-sur-son-mari/497753
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.