78
Commentaires

Vive les barons locaux !

Il y a des mots qui viennent du temps où on se poudrait le nez non pas au Mexique mais dans les antichambres avant de poser sur sa tête une perruque blanche et obèse, tête qui alouette finira par goûter de la guillotine ah ça ira ça ira.

Derniers commentaires

Baron, connotation parisianiste certes.

Mais regardons de plus prés les barons provinciaux, ceux qui cumulent le Sénat, le Dépité, l'Europe et le maire... ceux là de gauche comme de droite votent des budgets qui ferment les écoles, les hôpitaux... et de temps en temps sous la pression locale se déclarent contre l'application chez eux.

Pire, ces barons là veulent tout contrôler, alors ils exigent l'accélération des communautés de commune pour priver celles-ci de leurs droits (trop près du peuple), la mise en place des pays, la régionalisation de la sécurité sociale (pour faire main basse sur les 250 milliards d'€)...

Aucun ne se prononce pour le retour à la République, à l'assemblée constituante, pas une voix pour exiger l'interdiction des licenciements, des suppressions de postes... "il faut attendre les élections" nous disent-ils.

Les chômeurs et les miséreux attendront-ils ?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Je connais une chanson sur un baron ,trés hard. ça commence par Dye has K . c est trés rok n 'roll .
Et Madame du Barry (alias Carlita) a-t-elle une voix de baryton ?
Un éléphant barrit ! Est-il baron pour autant ?
Alors , c'est qui les éléphants d'@si ? Celui qui a une voix de baron Riton ?
Barrons nous.
"Ces barons locaux-là, c'est vu de Paris. Voilà ce qu'avoue le journaliste de Libé Lyon quand il répond à ses lecteurs furibonds de voir Libération utiliser l'expression barons locaux : «dans les rédactions parisiennes, on a pris l'habitude d'appeler les grands élus traînant peu à Paris des "barons locaux"."

Sont drôles chez Libé…
Ce journal, qui utilise l'expression baron locaux, est financé par un… baron, un vrai lui.
Le baron, je l'associe spontanément à sérieux, véritable, chope ou encore pinte (ah les chopes du gaullisme, ça a d'la gueule !),
de nos jours c'est tout juste si l'on peut consommer un demi, raccourci de demi-pinte aussi appelé "ridicule" (d'où l'expression "ridicules locaux").
Sans parler du roi des zombies (ce qui est assez de circonstance pour le PS), le Baron Samedi.
À propos du barone italien: le mot signifie aussi bien baron (ex:il barone rampante, de Calvino) que fripon, tricheur, gredin. Dans ce deuxième sens, l'étymologie n'est pas franque mais latine: le latin baro, onis a aussi donné en italien baro, qui signifie tricheur de carte; d'ailleurs, tricher aux cartes se dit barare.

Quant aux barons du PS, tout notables locaux qu'ils soient, ce ne sont pas des éléphants, mais des êtres humains! Mais il est vrai aussi que les éléphants peuvent bousculer les femmes, ce que certains d'entre eux ne se sont pas privés de faire au PS... C'est que c'est sanglant, un éléphant, au PS...
[quote=«parce que c'est l'heure où les éléphants vont boire. »]
Peut-être la phrase est-elle tirée de Victor Hugo : C'était l'heure tranquille où les lions vont boire. (Booz endormi) et a-t-on remplacé lions par éléphants ?
Et même que le baron peut aussi être de l'agneau (selle+les deux gigots) ! menu de Pâques ?
Apparemment, les barons n'aiment pas se faire léser.
Je me remémore une chanson traditionnelle dont les personnages sont un baron cuisinier et son épouse gourmande, qui attend impatiemment qu'il lui serve les pâtes qu'il est en train de préparer.
J"ai oublié les paroles exactes, mais elle commence à peu près comme ça :

"Saperlipopette ! s'écria la baronne en voyant les nouilles du baron, j'aimerais mieux les avoir dans mon assiette, que d'les voir dans ton poêlon."
Pour les socialistes, plutôt qu'un baron noir un baron rouge ?
Damn ! c'est deja jeudi ??
Je suis d'accord sur tout. Pour autant la conclusion me semble aller un peu loin. Certes un contre pouvoir local est nécessaire, salutaire en ce moment. Pour autant comme vous le dites bien le terme barons locaux, baronies, désigne ceux qui utilisent un mandat local pour cadenasser le parti au niveau de la fédération (département). Il embauche ses copains à la mairie, au conseil général, au conseil régional, dispense ses faveurs pour rester au pouvoir. Le parti socialiste, en interne, montre une démocratie totalement corrompue, comme un symbole de la Vème république. Ce manque de démocratie empêche tout renouvellement d'idées, comme la constitution de la cinquième couplée à un système médiatique qu'on connait lutte pour empêcher l'émergence d'idées nouvelles.
En bref ne pas confondre contre pouvoir local et baronie.
Un autre baron célèbre : Robert Surcouf.
qui aime bien châtie bien!! :-)
et je perds jusqu'à mon dernier sou sans avoir de quoi ramener

oulalalala... :-)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.