Vive les barons locaux !
Les mots d'Anne-So
Les mots d'Anne-So
chronique

Vive les barons locaux !

Réservé à nos abonné.e.s
Il y a des mots qui viennent du temps où on se poudrait le nez non pas au Mexique mais dans les antichambres avant de poser sur sa tête une perruque blanche et obèse, tête qui alouette finira par goûter de la guillotine ah ça ira ça ira.


 




Il y a des mots qui viennent du temps où on se poudrait le nez non pas au Mexique mais dans les antichambres avant de poser sur sa tête une perruque blanche et obèse, tête qui alouette finira par goûter de la guillotine ah ça ira ça ira. Un temps faste où les salons ne désemplissaient pas de comtes, de vicomtes, de ducs, de viaducs et de barons. Aujourd'hui les barons sont locaux et membres du Parti Socialiste.

 




Si le Parti Socialiste n'a pas rempli ce grand salon qu'est le Zénith samedi dernier - ô pudeur de Claire Chazal quand elle avoue dimanche soir à 20 heures que le parti «n'a pas vraiment fait salle comble», ô d&eacu...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.