100
Commentaires

Violences policières : le croche-pied fatal

Commentaires préférés des abonnés

“Il se passe quelque chose, mais quoi ?” Peut-être le contraste avec les 5 ans de Charlie… à l'époque les policiers étaient des héros unanimement soutenus par les Français. 5 ans après, dans quasi toutes les manifestations les slogans de rejets sont (...)

C’est très impressionnant la violence ... des politiques ! 

Edouard Philippe mime le mec hyper préoccupé ( il le fait bien d’ailleurs), et le chef qui va pas laisser la chienlit se développer dans les rangs. En même temps il dit «  solidarit(...)

Les médias sont bizarres. Aveuglés par leur idéologie droitière (pour la plupart), tous, ou presque, fustigeaient la violence des GJ et des manifestants en général. Puis, soudainement, prise de conscience que la police tape trop fort, et tous, ou pre(...)

Derniers commentaires

Cet exemple est repris et choque parce que c'est de la "violence" gratuite. Un croche patte, quand on voit les pavés et autres projectiles qu'ils se prennent, ce n'est objectivement pas bien méchant. Mais précisément, ils n'ont pas fait cela dans ce contexte la. Ils ont pris l'offensive. Ce n'est plus du maintien de l'ordre c'est du jeu-défouloir. Moi je n'aime pas le concept de violences policières pour les autres cas. On sait tous distinguer une manif qui se passe bien d'une manif qui se passe mal. Les forces de l'ordre  aux aguets et sur place sont les mêmes, pas les manifestants.

La séquence que nous vivons actuellement à connu de nombreux précédents dans l'histoire... Lorsque le pouvoir laisse les forces répressives en roue libre voire même les encourage dans leur dérive violente, il arrive un moment où elles finissent par devenir gênantes. Il faut donc reprendre les choses en main et faire tomber quelques têtes. Je tombe peut être dans le point Godwin mais Hitler a fait la même chose avec la brutalité qu'on lui connaît contre la SA.

Eh bien ! Il n’a pas fallu longtemps avant que le sursaut se change en complaisance. Allez donc regarder la séquence Les 4 Vérités du Télématin de ce jour, Daniel, vous verrez Caroline Roux enclencher le turbo pour rattraper les impertinences de ses collègues de la télé d’État. Bon courage pour arriver jusqu’au bout.

Un croche-pied... C'est parfait pour une indignation de salonards.


Mais il y a un nom qu'il ne prononcent pas de peur de s'arracher la gueule : Zineb Redouane !

« Hannah Arendt montre que l’usage des clichés de langage diminue la conscience des actes. Ces expressions toutes faites, utilisées mécaniquement, empêchent l’imagination, elles entraînent une incapacité à être affecté par ce que l’on fait et, la personne se drapant dans un aspect banal, entretiennent l’absence de pensée. » 

Il y avait le "J'accuse !" nous en sommes au "J'assume !" (en clair , "J't'emmerde !").

Quand j'entends parler de Macron j'éprouve une espèce d'indigestion douloureuse........J'avais une sarkosite aigüe.

Mais là c'est plus grave.

"Contrairement au texte du tweet ci-dessus, ce n'est pas le reporter de Quotidien Azzedine Ahmed-Chaouch qui "a voulu" faire réagir le ministre de l'Intérieur, mais ce dernier qui a souhaité faire passer l'inflexion de son discours par l'émission Quotidien. "


Merci d'écrire cela.
C'est pour cela que ce geste indéfendable mais anodin se retrouve devant les yeux des ministres à deux francs. C'est facile à commenter et à réprouver 

Et comme s'il n'y avait pas assez de nouvelles déprimantes ...


https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/decrocheurs-portraits-macron-condamnes-cour-appel-lyon-1774031.html


On l'avait dit lors du 1er jugement que le "laxisme " de la justice ne durerait pas longtemps  !

Je voulais juste vous copier/coller un appel en provenance de Rennes : (suite à un suicide de policier dans un Centre de Rétention Administratif : centre où on confine les demandeurs d'asile déboutés -ou pas- où les personnes retenues se suicident elles aussi). Inutile de dire que les CRA sont complètement "oubliés" par les autorités et par nos chers journalistes main-stream... :


 "l'heure est grave. Après le suicide d'un retenu juste  avant les vacances de Noël au CRA de Rennes, nous apprenons ce     matin le suicide d'un policier du CRA de Rennes sur son lieu de travail (voir lien ci-dessous). Une autre policière s'est          suicidée dans le commissariat de Saint-Nazaire hier je crois.  En 2019, près de 50 policier-e-s se sont aussi suicidé.

        

 Ce qui se passe actuellement dans la police est particulièrement significatif de la manière dont le Pouvoir utilise des vies humaines - des fonctionnaires en l'occurrence - au service de sa politique de répression, qui prend  aujourd'hui une tournure visiblement sans précédent si l'on se  base sur le malaise policier.
          

  Autrement dit, la politique répressive française tue de   toutes parts. Le rappel à l'ordre du ministre de l'Intérieur          hier en dit long sur ce qui se passe dans la police en termes  de conditions de travail et sans doute d'évolution du métier  policier, aujourd'hui particulièrement critiqué pour ses          méthodes. Je l'écris à titre personnel donc engueulez-moi si  vous n'êtes pas d'accord : je pense que les suicides policiers sont aussi des manières, pour ces fonctionnaires, de dire  qu'elles et ils vivent parfois mal l'évolution de leur métier  et le rôle de chair à répression qu'on leur fait jouer.
         

        

> Comme vous le savez peut-être déjà, à la suite de la mort du retenu avant Noël (5 morts dans les CRA de France au          total depuis que Macron est arrivé au pouvoir côté retenu-e-s), le Collectif de soutien aux personnes  sans-papiers de Rennes appelle à une manifestation au centre  de rétention de Rennes le samedi 8 février à 11 h du matin,  jour de la Coordination régionale qui se déroulera dans  l'après-midi à Rennes aussi. Nous avons choisi cette date car          nous espérons que la venue à la Coordination sera aussi  l'occasion pour nos camarades des autres villes de venir dire          leur rage face à ce qui se passe.
          

        

> Lorsqu'une politique raciste d'enfermement des  sans-papiers engendre de telles conséquences, c'est qu'il faut          en changer ou alors le pouvoir en roue libre ira au bout,   rendant l'arrivée au pouvoir de Le Pen simplement logique par rapport à la manière dont tout l'arsenal répressif a été  préparé depuis plusieurs années, à droite et à gauche. Si          notre discours est clair quant aux conséquences de          l'enfermement antimigratoire et si nous analysons les gestes     des sans-papiers comme des gestes de résistance à ce que la  politique migratoire leur fait subir"... 


          

Je pense que c'est juste plus difficile de défendre l'action dans la vidéo du croche-pied que dans les autres cas. 


Le policier avec le pavé ? 

- Il ne faisait que le mettre à l'écart.


Les mutilés par LBD ?

- une balle perdue, le manifestant n'avait qu'à obéir à l'ordre de dispersion.


Le mort par fracture du larynx ?

- ça peut arriver c'est comme ça mais il n'y a pas d'autre moyen de maîtriser un homme récalcitrant (entendu ce matin sur BFM de la part d'une députée LREM "fille de forces de l'ordre").


La femme qui se fait matraquer ? 

- le policier pouvait se sentir en danger en pleine intervention et il voulait juste éloigner la dame.


etc.


Alors que la le croche pied, même dans leur logique tordue c'est difficile de trouver une excuse (je suis sûr qu'ils ont cherché avant de reconnaître la faute. Il suffit d'ailleurs de voir que Castaner n'a pas parlé explicitement de ce cas devant les policiers, il y a juste "fait allusion" en disant qu'on ne faisait pas de croche pied à je sais plus quoi, la déontologie je crois. Manière de parler de ça sans le reconnaître clairement).

Je n'ai pas regardé les vidéos montrant Castaner et Edouard Philippe en plein travail d'extirpation d'une fausse situation de mal-être

Ces deux-là et leurs compères et Macron, c'est comme les stands des bonimenteurs au marché. Je regarde de loin, amusé de voir les gogos et gogottes se faire alpaguer (mon correcteur me dit y a pas de H à alpaguer, moi qui croyais que ça venait de harpon)


Non, je réfléchis pourquoi le croche-pied c'est la goutte qui fait déborder la vase


ma proposition : le croche-pied, c'est la situation que l'on a tous connu dans les cours de récréation

c'est la lâcheté ramenée à sa plus simple expression

celle du lâche par excellence qui agit par derrière


ça fait tâche avec le POLICIER, ce héros des temps de paix (ou qui se voudrait tel) bien que le Sapeur-pompier lui ravit facilement la place

non, on attend du policier qu'il porte une arme, vise à bout portant comme un soldat, qu'il fasse respecter l'ordre en visant tout azimuth

qu'importe Mme Zineb Redouane et les autres, ce ne sont que des collatéraux


Mais bon sang, voilà qu'arrivent les élections, alors aucune possibilité de tergiverser, faut rattraper ce qui choque, ce croche-pied à une femme en plus

Philippe perd ses cheveux et fait de la pelade dans sa barbe. Bientôt une crise de zona ? Quant à Delahousse, il s'évertue à vouloir nous démontrer qu'il a le QI d'une huître. il va finir par réussir à nous en convaincre. Qui peut encore regarder des informations aussi intellectuellement indigentes qui prennent manifestement les gens pour des cons ? SVP : A@I doit aussi faire la promotion des journalistes et de la presse qui respecte l'information. On perd son temps à lire tous ces commentaires sur des cons.

Que sont devenus les gardiens de la paix, ceux qui jetaient des algériens dans la Seine... Rien ne change, ils sont le bras armé zélé du gouvernent. Cette police se caractérise par un tropisme naturel à la violence décérébrée, et elle s'ajuste en fonction des besoins conjoncturelles des propriétaires de la république.

Daniel, je te trouve un peu dur avec Quotidien, c'est une des rares émissions à avoir invité David Dufresne

JP COTÉ

Il ne faut pas confondre "Les Forces de l'Ordre" et "La Force des Ordres"


C'est le côté obscur de la com des forces de l'ordre établi.


Castaner et son pote Édouard, à force de double croche, vont se prendre les pieds dans le tapis de sol.


Et bien durement, les "bavures".



Les médias sont bizarres. Aveuglés par leur idéologie droitière (pour la plupart), tous, ou presque, fustigeaient la violence des GJ et des manifestants en général. Puis, soudainement, prise de conscience que la police tape trop fort, et tous, ou presque, comme un vol d'étourneaux ou un banc de thons (avec un c comme crocodile dit la chanson), montrent du doigt la méchante police. J'ai entendu l'éditorial de Legrand sur le sujet (jeudi ou vendredi, je ne sais plus, à France Inter), puis j'ai eu connaissance d'un papier paru dans l'Obs, et j'ai vu Delahousse en parler au Premier ministre. Pourtant, il y a quelques mois, un microphone avait capté des propos de Mélenchon adressés à un manifestant, lors d'une manif' : « Attention, c'est des barbares ! ». Et comme Mélenchon est la cible de toute leur hargne — pour eux, mieux vaut Le Pen que Mélenchon, c'est très visible —, aussitôt, ces mêmes médias ont été choqués par le mot barbare. Au point de susciter une manif' de flics du syndicat Alliance devant le siège de la FI. Finalement, aujourd'hui, ils lui donnent raison... Et il savoure, JLM !

J'avoue que c'est étonnant de voir un "simple" croche pied faire autant de bruit. D'une part, nous sommes peut être, hélas, un peu mithridatisés. Mais surtout: ne serait-il pas utilisé pour que les images du meurtre de Cédric C. soient proportionnellement moins présentes? 


Voici venue la saison du contre-feu.

Une policière de 52 ans s'est suicidé cette nuit a Saint-Nazaire. 

La police devient LE métier avec le plus fort taux de dépression et suicide en France.

Ils se font effectivement insulté, craché dessus, bariolé de peinture... Et ce, toutes les semaines depuis plus d'un an. 

Quand le collègue qui tape a coté de toi n'est non seulement pas sanctionner mais encore récompensé... 

Quand tes ordres sont de coupé en deux une manifestation pacifique, de bloquer les issues d'une nasse... Quand tu est confronté semaine après semaine a la violence réelle...

Quand tu travaille au quotidien dans des locaux délabré, avec du matériel hors d'age et hors d'usage.

Alors OUI : ceux qui restent se transforment lentement mais surement en chien de guerre. 

M. Castanére nient les violence policière car selon lui la violence policière fait référence a un système. Il prefère voir des actes isolé. Mais le système existe belle est bien. Et si les grand medias faisait vraiment le bouleau, il interrogerai la-dessus plutot que de juste demandé une reaction aux image.

Le pouvoir sait que le scrutin municipal approche, aussi cherche-t-il à sauver les meubles de ses suffrages. De mon cote c’est Niet.

Bien vu DS. Si Castaner parle à ce sujet, c'est effectivement qu'il l'a décidé, sinon, il aurait snobé le micro de Quotidien. L'image renvoyée est celle de médias courageux, alors qu'ils ne se font une fois de plus que les relais serviles de la com politique.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Si je vous comprends bien DS, pour paraphraser un titre du situationniste René Viénet à une époque reculée : "Télés Françaises, encore un effort pour être révolutionnaires" !

Une remarque par ailleurs: ça ne fait qu'un an qu'on débat ouvertement des "violences policières" (les guillemets sont de Castaner) grâce aux réseaux sociaux. Par rapport aux ratonnades de 1961 qu'on a mis...pfouuu... longtemps à documenter (et encore imparfaitement) et à condamner, il y a un triste progrès.

Français, encore un effort...etc...

Va surtout vraiment falloir cesser de parler des « forces de l’ordre ».


Ce sont en général soit la police soit la gendarmerie, dans les deux cas des corps a priori respectables, mais qui ici ne font certainement pas usage de la force pour « maintenir l’ordre ».

D'une police qui devrait être  républicaine ils en ont fait  une milice privée  et ça ne date pas d'hier dans les manifs on nous canalise ils bloquent les sorties pour nous gazer ils voudraient qu'on soit les moutons de leur ami Berger ils disent qu'ils negocient alors qu'ils nous baladent.On lachera pas. 

Y voir qu'un changement de stratégie de la part de Macron/Castaner, c'est faire l'erreur de n'y voir qu'une opération de com. 


Or, le sujet des violences policières illustre parfaitement les contradictions entre les principes (théoriques) de la démocratie, à savoir le gouvernement pour le bien-être général, le respect des droits individuels etc, et la réalité concrète de notre système politique, à savoir un régime qui favorise et protège une petite minorité et qui se contrefiche des droits individuels ou du bien-être général. Bref, c'est un sujet qui illustre parfaitement l'hypocrisie fondamentale de notre système politique.


Et c'est un sujet sur lequel la droite est très mal à l'aise, car ses stratégies de défense (nier ou minimiser le phénomène) les enfonce sur le long terme. En effet, ce sont les mèmes stratégies qui, lorsqu'elles deviennent intenables face aux faits (établis par de nombreux vidéos, téoignages, etc), rendent complices de ces violences les responsables politiques qui les ont couvert et prouvent aux simples citoyens qu'il y a bien un système en place, un système qui minimise et nie ces violences, un système qui couvre autant que possible les policiers.


Après avoir forcé Castaner et Macron à reconnaitre la réalité de ces violences policières, il ne reste plus qu'à les mettre face à leurs contradictions. Pour le moment, les journalistes "mainstream" ne le font pas encore. Mais si on continue d'insister là dessus, ils finiront par devoir le faire.

Ce matin sur je ne sais plus quelle chaine info dans laquelle il a son rond de serviette, l'ancien maoïste et ancien patron de "Libération", le ci-devant Serge JULY, nuançait les violences policières du gouvernement en les comparant aux "barricades de mai 68". Il est plus généralement écoeurant dans son soutien au gouvernement.

Il est clair que le "meurtre" (il faut l'appeler ainsi sur ASI) du coursier, père de 5 enfants, avec une femme remarquable de dignité joue un rôle fondamental. Le français s'identifie à cette famille.

Je suis certain que s'il avait été jeune, d'origine maghrébine ou sub-saharienne, et que sa famille avait appelé à la vengeance ou même seulement à la justice, la limonade du gouvernement n'aurait pas changé de goût. Demandez son avis à la famille TRAORÉ, elle est intarissable sur le sujet.

Il y a moyen que les syndicats de policier soient allés un peu trop loin en coulisse, ce qui pourrait expliquer que le gouvernement ait sifflé la fin de la récré. 

"Ni l'un ni l'autre, ayant ainsi enregistré les inflexions du discours d'Edouard Philippe et de Christophe Castaner, ne tentent de pousser le pouvoir à en explorer les conséquences possibles, comme (par exemple) la création d'une commission parlementaire sur le comportement policier depuis le 17 novembre 2018, qui seule pourrait explorer la manière dont tout ces actes, mis bout à bout, ont constitué (et constituent encore) un système."


Précisément parce qu'il s'agit de dénoncer les débordements pour sauvegarder le système, en sachant que les "débordements" en font partie intégrale. "Décryptage", comme on aime trop souvent dire dans les médias, par le Stagirite ici.

“Il se passe quelque chose, mais quoi ?” Peut-être le contraste avec les 5 ans de Charlie… à l'époque les policiers étaient des héros unanimement soutenus par les Français. 5 ans après, dans quasi toutes les manifestations les slogans de rejets sont courants “Tout le monde déteste la police”. Et puis récemment un policier tué par un fourgon… en d'autres temps cela aurait fait les gros titres, ému beaucoup de gens, là, rien ou très peu. L'actualité étant consacré au livreur tué par la police lors d'un contrôle.

On est passé d'une police qui protège et qui sauve des vies à une police qui tue, qui mutile, qui a un comportement inacceptable envers une population qui manifeste simplement pour sa retraite.

Et puis ce qui se passe, c'est qu'il n'y a plus de Black Block qui servaient à justifier toutes les violences. Le schéma est cassé, la police opère au grand jour, elle ne répond pas à la violence elle la provoque… et ça se voit de plus en plus !!!!

Un croche pied, ça peut passer pour l'acte d'un individu, en certaines circonstances ... bla bla bla ...bhooou c'est pas bien il n'aurait pas dû...

Et hop, on escamote les victimes répertoriées par David Dufresne, dont la similitude des blessures conduit inévitablement à se poser la question des ordres donnés.

Et se poser la question donne souvent la réponse.

On peut, on doit aussi s'interroger sur la concomitance de cette séquence communicationnelle judicieusement relayée par les médias "autorisés" avec le subterfuge des fausses concessions aux syndicats dits "réformistes" pour endiguer le conflit social. 

Question  1 posée au futur référendum consultatif :


" La police doit-elle être plus gentille " ?


Question 2 :


"Le Préfet de police  est-il  dans le bon camp " ?


Question 3 :


" Faut-il beaucoup d'humour , en France, pour continuer de vivre , normalement '?



Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

C’est très impressionnant la violence ... des politiques ! 

Edouard Philippe mime le mec hyper préoccupé ( il le fait bien d’ailleurs), et le chef qui va pas laisser la chienlit se développer dans les rangs. En même temps il dit «  solidarité et confiance ». 

Il a pitié du flic qui se fait insulter des heures ... mais pas au point de : 

-régler les problèmes qui chauffent la population

-repenser la négociation voire la démocratie 

-laisser au flic des périodes de récupération correctes entre deux interventions

-penser autrement le maintien de l’ordre. 


Violence policière ! tout de suite les grands mots !


si la police était violente envers les citoyens ça se saurait non ? !


là, il s'agit juste d'un "crocheton", comme on disait quand j'étais petit ; c'est bon enfant, une blagounette quoi.


Ce représentant des forces de l'ordre voulait jouer un peu, il cherchait un(e) camarade de jeu ...


Sinon, s'il y a vraiment un "problème" de "violences policières" comme certains semblent le supposer; je propose de créer une conférence sur ce sujet et dans 8 mois, on fait le point avec notre président qui viendra faire un discours pour dire ce qu'il retire de cette consultation/conférence... et voilà !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.