76
Commentaires

Véronique Ovaldé, putes et poissons volants, d@ns le texte

Quel match ! "Je ne m'attendais pas à ça !", nous a dit Véronique Ovaldé, fourbue, à la fin de l'émission. Eh non. En général, quand ils ne connaissent pas l'émission, nos invités ne s'attendent pas à assister à l'irruption du commando Judith-Hubert dans les entrailles de leur texte, tiens, toi tu prends les métaphores, moi je me charge de la comparaison avec le roman précédent, on décortique tout, on démonte pièce à pièce, mais en numérotant soigneusement pour reconstruire ensuite à l'identique, en pillards respectueux de l'oeuvre de l'invité médusé.

Derniers commentaires

J'ai mis du temps à venir à ce roman.
Que de temps perdu !

En lisant je pensais à Garcia Marquez, à Amado, à Sepulveda et son vieux qui lisait des romans d'amour, à Isabelle Allende et ses femmes d'albâtre.
Et puis à quelque chose de plus noir, de plus sombre, de plus dense, presque tourbe.
Une écriture qui enchante, fait pétiller les mots, je ne sais pas c'est comme des bulles de savon sans la fragilité mais avec l'agilité.
Je n'avais pas pris autant de plaisir à lire un roman depuis des siècles et, Judith, je vous en remercie.

Merci aussi à Hubert pour les références foisonnantes distillées avec jubilation, de quoi susciter des échos dans la tête, et avoir envie de réécouter Cocteau Twins. D'ailleurs, j'y vais.

ps : Julien, pas du tout d'accord sur cette histoire de désir féminin. A développer plus tard car le temps me manque, là, maintenant, tout de suite. Ou plutôt si, juste une remarque, Itxaga n'est pas castré. Si être castré c'est apprivoiser et se laisser apprivoiser par l'autre, avec toute l'infinie patience que cela implique, alors... Quant à Vera, son désir est bien réel. La matinée qui suit leur première nuit d'amour m'a semblé d'une grande puissance érotique, quelque chose de brut, sans filtre, un éveil à soi, une prise de pouvoir, l'idée que le corps peut basculer dans autre chose que l'indifférence, la roideur, la crainte. Magnifique !
Cette émission m'interesse. Je voudrais bien arriver à voir la vidéo. ça ne marche pas. Que se passe-t-il ?
Désolé, je n'arrive pas à continuer à regarder cette émission. J'ai abandonné une première fois, puis je reviens aujourd'hui et là encore, je calle. Dans tout ce qui est dit (donc jusqu'au milieu environ de l'émission), je ne retire rien qui soit intéressant pour ma réflexion.

En regardant cette émission, je m'ennuie, mentalement. Je n'ai pas la jubilation que j'ai ressenti dans bien des émissions à découvrir des idées et des mode de pensée et d'expression que je n'avais pas encore pu découvrir ou "intégrer" avant.

Cela me semble être une suite de poncifs, à la fois dans les remarques et les questions de Judith et Hubert, et peut-être encore plus dans les réponses de l'auteur. De plus la formulation de tous est souvent envahie d'incises, d'incises dans l'incises, comme si aucun des trois n'arrivait à se focaliser sur un point, puis un autre, séquentiellement ; tous les points semblent sans cesse vous submerger, emportés que vous êtes par un enthousiasme inconditionnel envers l'auteur et son œuvre (surtout vrai pour Hubert). Le résultat est un babillage complexe, colonisé de répétitions inutiles, et au contenu intellectuel finalement bien pauvre.

Je ne comprends pas pourquoi j'ai un sentiment si différent de ceux, si nombreux ici, qui ont écrits qu'ils avaient adorés.
Asinaute depuis un an, j'ose mon premier post sur le forum.
Une petite anecdote illustrant ma reconnaissance envers ce site.

J'ai regardé votre émission.
10 jours de digestion.
Puis, j'ai acheté l'ouvrage Et mon coeur transparent.
Je le dévore.

Avec tous mes remerciements pour l'émission, d'autant plus que je n'avais pas lu un roman depuis bien trop longtemps.
Vraiment une excellente émission. Merci pour tout votre travail!
Ben moi, je ne vais pas m'étendre : j'ai adoré, tant Hubert, Judith que l'auteure. Je ne vois qu'une seule chose chose à faire aujourd'hui : monter dans ma voiture et me ruer chez le libraire, avec cette impression que mes pieds ne touchent plus le sol. Waow, que m'arrive-t-il ?
Pas mal du tout votre échange, votre complicité complémentaire, critique dans la grande dimension, enthousiaste évidemment pour ce roman magnifique aux très belles étonnantes surprenantes comparaisons métaphores analogies. La phrase est ample et pleine de gaieté. Ovaldé = Keaton, bonne idée ça ! Ndiaye et ses trois femmes puissantes, Ovaldé et ses quatre femmes tragico-burlesques, Ananda Devi (Le sari vert) et une lignée de trois femmes martyres, les hommes ont de quoi apprécier la gente féminine en cette rentrée, non ? Femmes matador poto-mitan de la littérature ? Bravo ! continuez l'émission, vous nous consolez de certaine médiocrité…
Bon, l'émission est bien meilleure après lecture, incontestablement.
Parce que maintenant, j'ai un avis sur le texte.
La « foisonnance » des remarques et des analyses lors de l'émission avait cet effet légèrement désagréable que donnent parfois les conversations enjouées à propos d'un pays que vous ne connaissez pas. La bonne humeur et la complicité des convives finissent alors par vous agacer puisque vous ne pouvez ni appuyer ni contredire les impressions des uns et des autres.
Vous êtes mis à l'écart, mutique, reprenant un gâteau pour vous donner de la contenance.

Mais le problème est ici soluble dans la lecture.

Sur le fond, mon impression est ambivalente : j'ai lu le livre d'une traite ou presque (ce qui est rare, beaucoup me tombe des mains) et avec plaisir, le reprenant sans m'en apercevoir, preuve d'un indéniable effet du texte (sur moi en tout cas).
Mais par ailleurs, certains aspects du récit sont parfois problématiques. Cela tient-il au genre ? À la volonté de faire un conte ? En tout cas les personnages sont par bien des aspects très caricaturaux et si comme le souligne Hubert Artus beaucoup « d'effets surréalistes » comme les poissons volants et le personnage de Rose Bustamente dans son ensemble « sonnent vrais », d'autres ont perturbé ma lecture par leur invraisemblance ou leur manque de relief. Violette est expédiée dans une forme d'urgence étrange et par ailleurs je ne crois pas du tout à « l'amour» de Rose pour Jeronimo. Le décalage entre la femme flamboyante, indépendante, et la petite frappe insignifiante pose un problème de crédibilité pour moi et ce dès le début du récit : le personnage de Jeronimo est si déprécié et celui de Rose si magnifié qu'on ne voit pas comment elle peut être attirée par le bonhomme. D'une manière générale les hommes du récit sont tous des violeurs/bourreaux en puissance (comme les femmes sont des putes/victimes), le seul homme échappant à cette règle étant le personnage « castré » (selon les propres mots de Véronique Ovaldé sur le plateau) de Itxaga. L'homogénéité de l'homme/violeur/bourreau va même au delà de ça puisque si toutes les femmes ont des origines latines, tous les hommes ont une ascendance germanique éventuellement « nazillonne ». Ainsi les pères sont tous des violeurs allemands ou hollandais (je caricature un poil, mais bon il y a de ça).

L'homme viole ou est d'avance castré ; la femme est sans désir ou presque.
Car même l'amour avec Itxaga est un choix raisonné, un abandon tendre mais dépassionné de la part de Vera Candida : de désir féminin réel, puissant, submergeant, il n'y a pas.
Dans ce contexte, que la maternité soit un problème et l'enfant à naître presque une tumeur dans le ventre qu'il faudrait retirer ne m'étonne pas. Et le roman apparaît alors comme la répétition du même à chaque génération, une sorte de retour du refoulé dans lequel l'homme est toujours un violeur, la femme toujours sans désir et l'enfant toujours une tumeur fatale. De ce cercle, le récit ne sort pas vraiment, donnant à ces vies la véritable dimension tragique d'une impossibilité de s'aimer et une répétition mortifère des mêmes douleurs.

Voilà pourquoi le récit est, selon moi, captivant et qu'en même temps, il me déplait.
Je savais pas où mettre ça et je voulais que les @sinautes amateurs de littérature en profitent :


Pierre Jourde disserte sur la mollesse de la critique littéraire moderne et c'est vachement bien. Ça fait écho avec le concept de d@ns le texte.
D'habitude je n'écris pas dans les forums, mais quand une émission m'a particulièrement secouée, je vérifie que ce que j'ai ressenti y a bien été exprimé. Si c’est le cas je m'en tiens là. Mais pour cette émission je ne me reconnais dans personne, alors voilà ce que j'aurais à en dire. Je lis très peu et quand j’ai le temps de lire je m’en tiens aux classiques, je crois n’avoir jamais acheté un roman d’un auteur vivant, je n’ai lu que ceux que l’on m’a offerts ou prêtés. Il va sans dire que je n’y connais rien en courant littéraire et pourtant j’adore l’émission d@ns le texte, et celle-ci encore plus que les autres. D’abord parce que l’on s’y exprime dans une langue plus recherchée que partout ailleurs, j’ai du plaisir à entendre enfin des personnes trouver les mots justes qui correspondent vraiment à leurs idées. Ensuite parce que j’y apprends des choses précises : depuis qu’Hubert est arrivé, je visualise des courants littéraires qui m’étaient complètement étrangés, ainsi l’ignorance qui participe à mon appréhension à aller acheter un livre s’amenuise peu à peu. Enfin, observer deux personnes entrer dans le texte, me montre comment certains sont capables de se questionner sur un écrit, comment ils tirent davantage du livre qu’un plaisir non-formulé, informe. Et j’allais oublier que cette émission est la seule existante où les auteurs ont l’occasion et le temps d'examiner les rouages de leur acte créatif. Donc je ne partage pas l’avis de ceux qui se sont sentis laissés sur le côté du chemin, pour moi cette émission est très accessible malgré l’inculture. J’envisage même d’aller acheter le livre d’Ovaldé… Merci pour votre travail ! Et merci à toute l’équipe du site d’@si qui vraiment vole au-dessus de la mêlée !
Superbe émission! Bravo!

Mais je ne l'ai pas regardé crayon à la main... ça serait pas mal d'avoir une bibliographie des références citées...
Je pense que c'était une bonne émission puisqu'elle donne l'envie de découvrir cette femme écrivain.

Mais dans l'émission, ce qui donne envie n'a rien à voir avec le panorama socio-filmique du début, que brosse Hubert Arthus, cela c'est ce que je n'aime pas dans les autres émissions littéraires, comparer, inscrire dans un paysage renvoie à la culture du journaliste, pas à sa lecture du texte. Ou alors il aurait fallu parler de sèmes : les chaussures rouges de David Lynch, sans convoquer la cohorte des disciplines, du cinéma à la chanson.

Ce qui m'a plu, ce sont les citations, le travail sur la langue qu'on percevait au travers du questionnement, quand vous faites ça, vous êtes excellents tous les deux, mais quand vous allez chercher des thématiques pour un texte visiblement de l'ordre du sensible, je crois que vous vous trompez d'outillage critique, l'intertextualité avec Cent Ans de solitude est davantage parlante, les fourmis rouges, etc.

Mais, et c'est ce qui m'a fait aimer l'émission, c'est qu'en encerclant trop large, vous avez finalement resserré, puis cerné le style de l'auteur, vous nous avez fait comprendre dans quel espace elle se meut, et donc peu importe que la lessiveuse ait fait centrifugeuse, au final on s'y retrouve, on comprend et on va acheter le livre.

Merci Judith et Hubert, et merci à l'auteure.

http://anthropia.blogg.org
Tiens, j'ai l'impression que c'est la première émission où le concept véhiculé par le titre est appliqué : on est vraiment rentré dans le texte.

Pourquoi pas, mais du coup la portée pédagogique que j'affectionne tant est moindre. Je crois que je préfère les émissions comme celles avec Régis Debray, Chamoiseau, ou Lanzmann, où on ne reste pas fixé dans le texte, mais où l'on apprend beaucoup d'autres choses sur la société, l'histoire etc...

Bravo quand même, cette émission va devenir une référence !
Je m'étais réconcilié avec Daniel et maintenant je suis bluffé par votre travail sur Ovaldé. Ça va être difficile de vous tenir tj sur la crête. Ni intello, ni littéraire j'ai l'impression, avec vous, de ne pas être trop nul....pas longtemps. J'attends votre prochain sujet. Question qui me taraude.... selon vous, tout ce que vous découvrez chez cet auteur, en avait-elle conscience? a-t-elle découvert une autre histoire en vous écoutant? Faut-il me comprendre ainsi.... s'est-elle peut être dite? Façon de se voir "chipper" son œuvre.
Cela peut s'appliquer à d'autres émissions! Continuez ça me fait voyager.
D'avance je me dis nulle en explication de texte.......J'ai lu ce livre la semaine dernière et il m'a fascinée. Seulement voilà toutes les envolées des intervenants - Judith et son complice - m'ont presque écœurée, j'ai eu l'impression d'être dans une salle de dissection. J'ai aimé ce livre d'instinct et j'y ai trouvé plein de choses que j'aimais. L'entendre décortiqué ainsi m'a déplu et la magie s'est envolée.

Je vous l'avais dit, je suis nulle ! Lire pour moi est un plaisir simple et sans doute suis-je trop "inculte" pour digérer une émission telle que la votre Judith.
'scusez-moi, m'dame, c'est quoi le réalisme magique ??
Message 2/5max du 09/10/09.

C'est un genre littéraire fort répandu notamment dans la littérature sud-américaine, Gabriel Garcia Marquez en est le plus éloquent représentant. Il permet essentiellement de traiter de la réalité en contournant la censure, en réduisant la société à un simple village de brousse par exemple. C'est un peu ce que font les enfants, lorsqu'ils reconstruisent le monde des adultes avec leurs jouets.

yG
D'accord. Merci beaucoup ! Évidemment j'aurais pu chercher moi-même sur le net, mais l'idée était de dire aux animateurs que des gens les regardent sans avoir beaucoup de culture littéraire, et qu'il serait dommage de les laisser en chemin.
C'est tout à fait juste... un oubli ou plutôt un rappel trop rapide dans l'émission, je crois me souvenir.
Un mea culpa que Judith et Hubert seront prêts à faire volontiers, j'imagine.

yG
Oh ben oui, mea culpa si vous voulez. Mais bon, faut pas trop se compliquer la tête non plus : dans réalisme magique, il y a réalisme, comme réalisme, et magique, comme magique. Et au fond, ça veut juste dire ça, le mélange de ça. Ce qui était à peu près devinable sans avoir lu Garcia Marquez, et aussi en entendant ma réfutation ("ah ben non, c'est pas du réalisme magique, puisque ya pad'magie, on n'en parle que pour dire qu'il n'y en a pas, donc il faudrait dire plutôt réalisme post-magique")...
Message 5/5max du 09/10/09.

"ma réfutation ("ah ben non, c'est pas du réalisme magique, puisque ya pad'magie, on n'en parle que pour dire qu'il n'y en a pas, donc il faudrait dire plutôt réalisme post-magique")..."

C'est juste Judith... cela étant dit, la dimension magique ici me semble, depuis ma position lointaine de non lecteur de ce roman, se situer dans le fait qu'il s'agit d'un lieu parfaitement imaginaire entre partout et nulle part.

Par contre, j'ai plus de mal à percevoir la dimension réaliste du roman, par exemple, dans le fait de pêcher des exocets avec un filet à papillon ou de passer de prostituée à pêcheuse (non, les péripatéticiennes ne sont pas des grandes pêcheuses devant l'éternel).

C'est pourquoi, j'arriverai donc à la même conclusion que vous, Judith, à la même réfutation de cette appellation de réalisme magique, mais finalement en partant de l'autre extrémité, de l'autre terme de ce couple.

Oui, je chipote, mais dans chipote, il y a pa...pote, n'est-il pas ?

;) yG
Grand seigneur que je suis, je vous accorde les circonstances atténuantes ! Il n'empêche, psychologiquement, on se sent, ou plutôt je me suis senti, pour ne pas généraliser, un peu exclu de la discussion. Cette notion de réalisme magique a l'air tout à fait intéressante, mais j'ai eu l'impression (confirmée dans votre réponse) qu'elle était évidente pour les participants. Or pour moi elle ne l'a pas été. Je manque sans doute de perspicacité. Effectivement, si ça veut simplement dire qu'il y a un mélange de magie et de réalisme, c'est plutôt limpide ! Mais on ne peut pas savoir à l'avance qu'il n'y a pas quelque chose de plus complexe derrière cette expression. Dans un domaine que je connais mieux par exemple, l'informatique, "réalité virtuelle" désigne quelque chose de bien particulier. Vous apportez la preuve que finalement, c'est pas si compliqué la littérature !
Ah, les asinautes sont bien difficiles ! Je vous rassure : ça ne m'a pas empêché de suivre le reste de la discussion... En tout cas, merci et bravo pour cette émission qui me permet de m'ouvrir à un pan de la culture que je connais bien mal.
Bonjour Gaël,

Sans vouloir vous commander, si cette catégorie littéraire qualifiée de "réalisme magique" vous intéresse, vous pourriez aller voir du côté de Marie N'Diaye aussi. Je pense particulièrement à deux textes assez caractéristiques du genre : "La sorcière" et "Auto-portrait en vert". Son dernier roman (pas encore lu) "Trois femmes puissantes" n'est pas passé inaperçu, il semblerait qu'elle y ait rompu avec ce fameux "réalisme magique".

"Ah les asinautes sont bien difficiles !"

... et expriment des demandes parfois inconciliables. Vous aurez remarqué que lorsque vous vous sentez exclu par un possible manque de précision ou de clarté de la part des animateurs, Izondi, elle, est au bord du vomissement devant trop d'explications savantes, intellectuelles, cultivées...

Alors que faire ? De la promo ? rien que de la promo ? Or, ce n'est surtout pas le projet de D@ns le texte, nous le savons tous ici non ? si Izondi ajoute à son inculture (c'est elle qui le dit !) le fait d'ignorer les caractéristiques des lieux où elle met les pieds, qu'elle en tire elle-même les tristes conséquences.
C'est marrant, je ne connaissais pas ce genre avant l'émission mais ça ne m'a pas posé de problème. Dans mon petit cerveau tout simple, je me suis dit "réalisme magique = réalisme avec de la magie dedans". C'est fou hein?

Par rapport à des mots beaucoup plus compliqués utilisés par H. Artus, qui nécessiteraient éclaircissement, tel que "défractalisation" la dernière fois. Je ne sais plus si on a élucidé le mystère dans le forum associé, mais à mon humble avis, mathématiquement comme littérairement, ça ne veut strictement rien dire...
"Je ne sais plus si on a élucidé le mystère dans le forum associé..."

Ben, certains s'y sont essayés, pourtant, notamment par ici. Le commentaire a pour intitulé "Godel, Escher et Bach". Il renvoie à deux liens qui se complètent. Si ça vous dit.

Pour ce que j'en sais, ça a un sens, mathématiquement, plastiquement aussi, maintenant, appliqué à la littérature, c'est peut-être un peu capilotracté. Thomas Artus faisant du capilotracté... au moins ça fait sourire non ?

;-)
Merci pour les liens. Cela dit, je connaissais déjà les fractales, ainsi que le ruban de Moebius, de même que les constructions ou deux choses se répondent à l'infini (comme 2 miroirs l'un en face de l'autre), qui sont une "mise en abyme", si je ne m'abuse. Mais, sauf si j'ai mal lu, pas trace de "défractalisation" dans vos liens. A la limite, "fractalisation" je veux bien: comme un découpage pour faire un motif qui se répète à l'infini. Mais "défractalisation"... Défaire des fractales? Désolée, ça me perturbe là, je ne visualise pas du tout.

D'ailleurs, c'est marrant, si on fait "défractalisation" dans google on tombe en 1er sur... votre post (et oui!), preuve que ce mot est bien peu utilisé par ailleurs...

ps: pardon pour ce hors sujet qui serait mieux dans le forum précédent...
Juste pour épuiser le (hors) sujet. Oui c'est ça le problème. Hubert a construit "défractalisation" à partir de "fractales". Et c'est ça qui peut nous paraître illégitime, sur le plan conceptuel en tout cas. Plutôt qu'un néologisme serions-nous en face d'un... néantlogisme ?
;-)

That's all for me.
Moi qui écoute les chansons en langues étrangères en imaginant ce que veulent dire les paroles, j'imagine que défractaliser veut dire : remettre à l'échelle du "tout", les petites images des "parties du tout" (petites images qui ne sont que le "tout" en miniature).
Exemple : une petite histoire d'un homme qui est l'image de la grande histoire universelle et éternelle des hommes.
Pour vraiment arriver à imaginer ce qu'il a voulu dire, il faudrait lire le livre qui défractalise...

Mais c'est comme l'expression "mettre en perspective" qu'on finit par avoir l'impression de comprendre mais qui au fond est difficile à disséquer.
J'aime quand l'auteure s'interroge et s'étonne de ne pas y avoir pensé ou ne pas l'avoir vu ainsi.

Vous n'avez pas parlé de la particularité des noms, toujours complets, pas de prénoms ou de noms seuls. J'aurai bien aimé savoir ce qu'en pense l'auteure sur l'effet recherché.

Excellente emission, j'ai moi aussi l'envie d'acheter le livre.

PS: je n'arrive pas a lire le dernier acte.
C'est une des plus belles émissions de la série. Bravo.
Le retard à l'allumage des commentaires/réactions sur le forum sont peut-être un très bon signe, finalement. L'émission a été bonne (la preuve, s'il en était besoin, que D@ns le texte est une partie qui se joue à trois), l'invitée a été perçue comme un auteur qui a "du fond" et du style. Résultat, tous ceux qui, comme moi, n'ont pas lu "Ce que je sais de Vera Candida" n'ont qu'une envie : le lire !

Après le cafouillage de rentrée (*) nous avons manifestement renoué avec le jubilatoire. Au cours de l'émission, chacun a posé quelques cailloux blancs qui sont pour moi autant de raison d'aller y voir. "Cent ans de solitude" ! que ceux qui sont passés à côté de ce chef d'oeuvre (il n'y a pas de mal à ça) pensent un jour ou l'autre à combler ce manque ! la condition féminine, la fonction maternante, le machisme, les jeux de rôles masculins/féminins... que ceux qui sont "travaillés" ou "préoccupés" par ces sujets, outre lire Véronique Ovaldé, fassent aussi un détour par le cinéma :

"Je suis heureux que ma mère soit vivante" de Claude et Nathan Miller, "Mères et filles" de Julie Lopez-Curval, deux films à voir.

(*) je n'étais pas très content de moi non plus après le Ravalec. Alors j'ai voulu lire "Cantique de la racaille"... J'ai tenu 50 pages.
Moi je fais partie de ceux qui se sont sentis oubliés. Si j'avais lu le livre, je suis sure que j'aurais partagé votre enthousiasme. Là ca va trop vite (ma foi, quel débit !!!) et je crois que c'est trop .... pointu . C'est la première fois que je cale en cours de route ( au bout de trente minutes) et pourtant j'ai très envie de lire ce livre : étrange paradoxe.
Une excellente émission, peut être même celle qui m'a le plus touché depuis les débuts de d@ns le texte.

Une auteur que je ne connaissais pas du tout, mais l'enthousiasme ambiant et la profondeur que vous avez su décortiquer de ce livre, et de ces femmes m'a convaincu d'acheter le livre, ne serait ce que pour plonger moi aussi dans ce texte, et m'en faire une idée propre
Je n'ai encore lu que qq chapitres, mais j'ai été vraiment surprise que l'auteur découvre avec étonnement à quel point son livre fait écho à Cent ans de solitude: le lieu, le roman généalogique, et même l'ouverture par la mort ("Bien des années plus tard, face au peloton d'éxécution...") Qu'elle dit avoir refermé il y a des dizaines d'années, mais dont elle doit bien reconnaître l'empreinte.
Indirectement, cela répond aux détracteurs des associations d'Alain Korkos, leur reprochant de n'avoir pas été intentionnelles de la part des peintres ou publicistes.
De la chianlit à rebour; concept, intervenant, tous çà est intéressant. Sans rentré dans le grotesque ou le nolo^^ Sans renier vos buts. Je v pas dicter quoique ce soit; vous travaillez (quasigratos).
Quel vaste horizon littéraire vous nous avez fait découvrir là !

Véronique Ovaldé m'a rappelé Agnès Desarthes (pour l'intelligence, les yeux pétillants et le sourire), et elle partage avec Judith ce goût pour les gestes expressifs et harmonieux... Elle parle de son texte avec une ironie tendre, et tempère (dans les passages cités) ce qui pourrait être un univers lourdement épique par ce contre-pied qu'elle affectionne... Oui, vraiment, une très belle rencontre que cette émission !
Seulement deux réactions au moment où je finis l'émission. Un signe que tout le monde, comme moi, a le souffle coupé et la tête pleine du foisonnement d'idées évoquées par cet échange? Ou que l'émission était trop complète et bien menée pour qu'il soit utile d'y rajouter quoi que ce soit?
Ce n'est pas moi, en tout cas, qui m'y risquerai, en dehors des (habituelles maintenant) félicitations pour l'émission.
Merci de nous avoir laissé entrevoir des silhouettes de personnages gigantesques et colorés, d'avoir entrouvert la porte d'un monde dont je ne sais s'il est fait de réalisme magique ou de réalisme tout court, mais qui donne diablement envie de s'y plonger complètement...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Bravo aux trois intervenants pour cette très bonne émission.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.