113
Commentaires

Val / Lapix, la question non posée

Et revoilà Philippe Val. Ce matin, avec les copains Cohen et Legrand de France Inter.

Derniers commentaires

Je lis 300000 euros de dividende pour val en 2008... a 3 euros le journal et 15000 lecteurs reguliers ca nous fait 2,5 milliojns d euro par an de chiffre d affaire. Y a pas de pub dans ch donc c est les seuls revenu. Ch doit avoir une sacre rentabilite pour pouvoir sortir 300 Ke de dividendes a un de ses actionnaire (jene ne connais pas le nombre de ses part)
Je ne peux résister au plaisir de vous proposer ce lien.
Relation complète avec le sujet.
Un délice.

https://valestderetour.wordpress.com/2015/04/12/le-tautologisme-me-sert-de-pret-a-penser/
[quote=@si]Val, donc, auteur d'un livre dans lequel il pourfend la pernicieuse sociologie, qui excuse les odieux terroristes

Sur le parcours de Coulibaly notamment, il serait quand même interessant de s'interesser un peu à son témoignage dans le documentaire D3 (2008) et le livre qui l'accompagne Reality-Taule. Voici ce qu'on y lit, de plus larges extraits du livre sont disponibles ici sur notre site perso Greffier Noir (ben oui encore de l'auto-promo mais ça reste justifié puisqu'on parle socio et prevention du terrorisme)
Je cite donc notre papier:
"Au chapitre 12, nous sommes un 4 septembre, Karim témoigne. «Aujourd'hui, il y a du monde plein la cour. Hugo (Amedy Coulibaly) et moi on se met à l'écart(...)Hugo ne m'a pas encore dit ce qu'on allait filmer. Il m'a juste dit qu'on allait interviewer quelqu'un de «spécial» (…) un maghrébin d'une quarantaine d'années en survêt, un type assez trapu. Je le reconnais: c'est Aziz (…), souvent seul et isolé. C'est se faire remarquer négativement par l'administration que d'aller parler avec lui. Il est en prison à cause d'une affaire liée au terrorisme. Il nous a dit comment il avait été mis à terre tout nu et comment ils les avaient emmenés, sa femme et lui en garde à vue». Et l'auteur d'ajouter «Pour ma part, j'ai voulu détruire les rushes. J'pige pas grand chose à l'arabe et j'savais pas ce qu'il disait. Il voulait qu'on les passe à (…) Al-Jazeera. Je sais pas ce qu'il a dit mais je n'ai jamais voulu le savoir ni être impliqué dans ses histoires; certains juges ne rigolent pas avec tout ce qui touche au terrorisme ou à la sécurité nationale».
Des précautions que Karim et Hugo s'abstiendront de prendre dans le document diffusé par Le Monde, bien plus brut de décoffrage, comme nous allons le voir dans un instant.
Le récit se poursuit. «Pour en revenir à Aziz, il nous a raconté comment il a été interrogé par la DGSE et comment le juge Bruguière lui avait dit que la seule manière pour lui de s'en sortir était de leur révéler où se cachait Oussama Ben Laden. Ce qui l'a apparemment bien fait rigoler. Puis on a dû écourter l'interview car le chef qui n'aime pas que des prisonniers parlent avec ce détenu, commençait à arriver.»"

Autre scène, malheureusement non datée, celle de Farid en détention provisoire dans une affaire de terrorisme «Il a eu une altercation avec un surveillant. Le surveillant a sifflé, il lui a sauté dessus, les autres (…) sont arrivés et l'ont jeté au mitard (...) [pour] trente jours. Ils l'ont mis là-bas en tee-shirt et en claquettes. On lui a également interdit de voir un médecin. Un soir(...) j'ai entendu Farid m'appeler par la bouche d'aération par laquelle on peut parler avec les mecs du mitard. Pour eux qui y sont isolés, c'est un des rares liens avec l’extérieur.(...) Quand il y a quelqu'un là-haut, il faut toujours répondre (…) car on sait que c'est au mitard qu'on prend le plus gros coup au moral.(...) Alors Hugo lui a demandé ce qu'il voulait et on s'est dit qu'on se débrouillerait pour lui faire monter des affaires pour qu'il ait chaud. Hugo connaît bien tous les «auxi» (...). Heureusement, 3 jours après le juge l'a déclaré libérable et l'a mis en liberté provisoire. Sinon, c'est sûr qu'il aurait passé un mois vraiment pourri. Il n'y a rien de pire qu'être en prison à l’intérieur de la prison»


Sans faire de sociologie hein, voici comment se terminait la vidéo signée Coulibaly diffusée par Le Monde...en 2008: «Je lance un appel à tous (...) Vous voyez moi par exemple, demain après-midi je vais en promenade avec un mec qui va faire un attentat. Je ne dis pas que je vais entrer dedans mais j'en connais plusieurs...voilà» (source: Les lois Sécurité et Renseignement à l'épreuve des faits sur Greffier Noir)

Oui voilà.....

A.Kropotkine
Mazette ! Marie Claire passe à l'extrême-droite : premier média traditionnel français qui ose aborder le sujets des milliers de fillettes blanches qui se sont fait et se font toujours violer (10 par semaine) à Rotherdam par les musulmans pakistanais.
N'oubliez pas quand même que le danger c'est le FN. Demain, interro écrite pour ces petites filles pour vérifier que le viol ne les a pas trop fait dévier idéologiquement quand même.
http://www.marieclaire.fr/,les-viols-etouffes-des-petites-filles-de-rotherham,736182.asp
Invitez Philippe Val.
Je reproduit ici le résumé de l'éditeur, parce que finalement il n'y a pas besoin de poser de question (à part réthorique) après ça.

Malaise dans l'inculture de Philippe Val

[quote=Présentation de l'éditeur]« A quoi bon la culture puisque le monde tient désormais en deux catégories : like et unlike ?
C'est ainsi qu'on subit jusqu'à la nausée les dénonciations d'Edwy Plenel, les indignations d'Edgar Morin, la nostalgie totalitaire d’Alain Badiou ou les leçons de morale de Cécile Duflot, qui ont au moins un point commun avec Marine le Pen : ils sont « antisystèmes ». Le « système », c’est le mal. Ça ne veut rien dire, mais ça défoule.
Le prêt-à-s'indigner médiatique, c'est la trop mince couche de glace sur laquelle titubent nos démocraties modernes. Il alerte sur la disparition des escargots, mais reste indifférent à la résurgence de l’antisémitisme.
Qu’il s’agisse de la réintroduction des ours, d’un licenciement à la Poste ou du meurtre de Juifs perpétrés par un djihadiste dans une école, c’est le sociologisme qui, immanquablement, dit le bien et le mal, repris par les rédactions, les chroniqueurs, les humoristes, les parlementaires, sous les yeux de plus en plus indifférents des citoyens désespérés.
Les autres points de vue sont insultés, ridiculisés, marginalisés, refoulés aux confins de l’hérésie. On n’a jamais vu dans l’Histoire qu’une telle censure morale des points de vue puisse durer bien longtemps.
Face à ce mur derrière lequel agonise le débat démocratique, Malaise dans l’inculture propose la réhabilitation du marteau-piqueur. »

Non mais c'est quand même hallucinant, lui parler de censure morale ?
Système ça ne veut rien dire ? La françafrique par exemple est un mirage ? (si c'en est un alors c'est l'avion de combat)
C'est quoi pour lui le débat démocratique ?

Et puis cet emphase ridicule d'écrire que c'est le pire moment de l'histoire de la censure morale, ça y est je suis gavé rien qu'au résumé, je passe mon tour que les "élites" en parlent entre elles.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ton ridicule de A à Z, ironie "Petit Journalienne" fatigante, Charline Vanhoenackero-compatible.
On peut tout à fait pointer les alliances et copinages sans ricaner de manière incessante. D'ailleurs Cohen qui pour une fois a oublié d'être pénible a présenté ses excuses pour l"entre soi", ce qui n'est guère satisfaisant mais au présente au moins une certaine honnêteté.

L'absence de réponse de Val sur la question de l'argent ne disqualifie pas le fond de son propos.
Ce qui la disqualifie c'est éventuellement une discussion sur les vertus politiques de la pensée bourdieusienne dans les milieux de gauche, mais ce type de réflexion est précisément paralysé par l'effet "ricanement".

C'est dommage, les vrais sujets deviennent pauvres, et dans l'intervalle, on devient tous cons.
Par pitié, si seulement un matin ou deux le ricanement pouvait cesser...
La question a été posée à Philippe Val par Maïtena Biraben lors de l'émission le Supplément la semaine dernière (ça commence à parler argent à 57'50")
Il a répondu quelquechose d'assez obscur, expliquant qu'il s'était bien versé des "dividendes importants", pour "dégonfler le capital", afin de céder le journal "pratiquement gratuitement" aux suivants (Riss et Charb). J'ai rien compris, si quelqu'un peut nous faire un dessin.
Je suis tombé de ma chaise en entendant l'interview. Il y a 2 manières de l'écouter : soit on est affligé, consterné par les propos de comptoir genre "d'toute façon les médecins c'est tous des charlatans, oui bon j'dis pas, y en a quand même des biens mais bon, c'est quand même tous des charlatans" (ici c'était "les sociologues c'est tous des fascistes"). A l'accusation perfide d'un tweet (pour cause de grève, il n'y avais pas de questions téléphoniques d'auditeurs), accusant Cohen de servir la soupe à son copain, Cohen a répondu que pas du tout qu'il avait invité Val "parce qu'il a jugé le livre intéressant". Intéressant...
L'autre manière de suivre cette interview, c'est de faire péter les cahouettes et la bière, d'inviter les copains et de s'en payer une bonne tranche, un peu comme on regarde un film de chuck norris.
En ce moment je suis suisse, j'hiberne!

Je sors un instant de mon potager et de ma grève (j'irai à genoux rejoindre mes choux, mes cailloux, mes hiboux...en, faisant pénitence).

Mais, je trouve subtil (??!!) et cocasse d'inviter Val ( grand philosophe spinoziste plus que spinozien) en pleine grève de France-Inter.

Nauséabonde (j'adore ce mot...prem's Aloys von) est la tournée de promo de ce type là...

Mais bon, certaine l'aime, alors...n'achetons pas son livre.
Moi,mon héroïne c'est Anne-So.
Daniel, vous êtes une teigne...........
" Val, donc, auteur d'un livre "
Soyez gentil, ne me dites pas le titre du livre de Philippe Val. C'est pas un copain?*
*genre je ne sais qui vu récemment ici.
Hier soir, Val était aussi un des invités de la Grande Librairie de François Busnel sur France 5, pour la parution de son dernier pensum.
Il était fort heureusement entouré de Erri de Luca pour La Parole Contraire, de Georges Picard pour Merci aux ambitieux de s'occuper du monde à ma place, et de la (lumineuse) Franco-Iranienne Delphine Minoui pour Je vous écris de Téhéran.
Un TRES GRAND moment ,sur FI,ce matin......Val ,histoire d'avoir toutes les raisons de ne pas être Charlie,Dallas et JR lepen......et.....pas un mot sur la grève
de la veille....du grand art!.....Ah,j'oubliais ....La grotte Chauvet!!!!!!!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.