233
Commentaires

Une manifestation de femmes afghanes peu couverte dans les médias français

Le Parlement afghan a voté un nouveau code de la famille, applicable à la communauté chiite, qui aboutirait (notamment) à autoriser le viol conjugal.

Derniers commentaires

Ce soir, soirée sur l'Afghanistan sur la chaine ciné-ciné-club (canal 105 sur canal-sat.) :
Le cahier à 20 h 40
L'étoile du soldat à 22 heures;
Les enfants de Kaboul 3 et 4 à 23h40 jusqu'à ... 1 h 35
Désolé, je crois que ce monstre est allé se fourrer là où je ne voulais pas. Le revoilà donc. J'ai honte.

"En islam, il n'y a rien qui invite à économiser du neurone. La foi en islam n'empêche point la réflexion, elle y invite. Des dizaines de versets en témoignent". Et c'est ce qu'on ne lit nulle part ailleurs que dans le Coran ! Voilà une des particularités du message délivré par Muhammad : "réfléchissez, nom d'une pipe !" Et cependant... Toute religion, en s'institutionnalisant, se rigidifie pour que tienne sa structure ; elle se constitue un squelette. C'est l'apparition des dogmes, qui bien souvent sont, dans l'esprit, à l'opposé du message original, ou le contredisent expressément.
"La divergence entre les finalités vers lesquelles tendait le message et son aboutissement historique n'est pas une chose extraordinaire, mais presque toujours la règle dans les mouvements religieux et philosophiques". Abdelmajid Charfi, et c'est dans l'introduction à la seconde partie de son livre L'islam entre le message et l'histoire, Albin Michel 2004 ; cette phrase trône dans un passage où il détaille de façon assez convaincante comment le message est ordinairement détourné. Et j'en sais quelque chose, ayant lu assez souvent les évangiles, les lettres d'un tel à un tel... et puis plus tard quelques dictionnaires de la foi catholique, oeuvres monstrueuses dans lesquelles il est impérativement ordonné de croire en des machins vraiment pittoresques ; sans oublier les hurlements de Saint-Jean Chrysostome à l'encontre des juifs, hurlements que je recommande à tout anticlérical en panne de carburant. Et l'on se demande, à lire tous ces romans gothiques et volontiers sanguinaires, où est passé l'amour du prochain.

Sinon, drôle reconstitition des faits historiques de la période de rassemblement des versets dans un même livre :) et je suis sérieux. ça me fait penser à un sketch de C. Alévêque dans son dernier spectacle "Debout !".
Ah ça je n'y étais pas (à la reconstitution). Alors, du coup, bien obligé de croire ce que je lis un peu partout mais voilà justement un des travers de la lecture, bon sang ! Je lis les "nouveaux penseurs" ; je suis tombé dessus, du coup je visite. Forcément, ils s'entrecitent, rebondissent, partent les uns des autres, et, en somme, développent une miniculture commune d'où ils parlent et dans laquelle j'esssaye de pénétrer ; après quoi, pour tout compliquer, ils divergent ici et là au gré de leurs découvertes.
En somme, voilà, il y a un fonds, qui teinte la vision ; toute une étagère d'ouvrages qui se murmurent les uns aux autres des messages que le lecteur surprend, et prend pour bagages, tiens donc.
Alors, et c'est flagrant, Abdessamad, vous me suggérez qu'il me manque d'autres voix ! C'est le moment de me dire lesquelles ! J'essayerai de les trouver chez mon libraire.
Vous m'envoyez à C.A. Je vois que l'animal a du talent pour les raccourcis qui saignent. Je ne me savais pas si griffu. Bigre !

L'ijtihâd est quant à lui l'effort de la raison humaine nourrie par les sources répondant au contexte humain historique et géographique.
L'existence d'une référence ou source (Parole de Dieu et celle de son prophète) peut s'avérer une prison mais en islam elle est de nature à vivifier l'intelligence comme si la référence était la lumière et l'ijtihâd l'orientation et le chemin menant à la lumière.
Telle est sa nature, à ce qu'il me semble, en effet, à moi qui n'en suis pas mais qui observe en essayant de saisir.
Mais alors, pourquoi ceux qui font cet effort personnel de manière un peu trop... {personnelle, originale, non consensuelle ?} sont-ils, assez souvent, inquiétés au point de devoir fuir aux Pays Bas, aux USA ? Pourquoi leur propre effort d'interprétation les mène-t-il aux ennuis, et à, parfois, ces bêtes accusations d'apostasie ? Vont-ils trop loin ? Où est la ligne jaune communément admise ? Qui l'a déposée là, cette drôle de ligne ? Muhammad ? Ah non là j'ai un doute, tout de même.

L'ijtihâd demeure ouvert chez la majorité des musulmans et le fermer (comme en effet avancent un certain nombre de littéralistes) consiste à vouloir croire en la constance des contextes, ce qui est évidemment une absurdité.
Absurde mais voilà, il semble bien que même cette évidence se discute, et c'est, je crois ("je crois" dit-il bien prudent) lié à ce que tout ce qui est venu de Muhammad est présenté, la plupart du temps, comme ayant une portée universelle... Qu'en pensez-vous ?
En tout cas, je veux bien clamer que jamais religion révélée n'a été plus somptueusement présentée.
Mais voilà où ça me gratte :
Que les pouvoirs accordent tant d'attention aux "littéralistes" me donne le sentiment d'une immense gâchis qui n'est pas, je précise, lié aux fondamentaux de cette religion, mais qui semble s'appuyer dessus ! Genre : je suis un bon chrétien, et la Vierge Marie était vierge ; or, tu ne crois pas en la virginité de la Mère de Dieu, donc hop au bûcher ! ...Alors qu'il me semble qu'on peut être chrétien et se contrefoutre de la virginité de Marie, quoi ?
Et voilà qui introduit, tiens ça faisait longtemps, à la notion de laïcité, ma satanée vieille rengaine, laïcité comme sauvegarde de la liberté de croire et penser... De penser, eh oui, avec ce qu'on a reçu ! exact, Abdessamad ! la pensée n'est pas "libre", elle ne part pas de rien et se crée des liens ; mais une bonne discipline peut, j'espère, lui donner quelque souplesse.

Un "bon" musulman lit et le livre de Dieu et de tout, vraiment de tout. Inutile de citer des extraits du coran et de hadiths prouvant ceci.
Ah mais là, vous me parlez d'un musulman qui pense ; ce ne sont pas les plus nocifs, ces individus-là !
Oui, bon, un musulman qui pense, ça existe, comme il y a des laïcs qui pensent, et même des chrétiens qui pensent, ça arrive aussi (j'en ai connu un ; ah). Mais la plupart du temps, l'humain moyen pense peu, et va où on lui dit d'aller, réagit de manière horriblement prévisible, tombe dans tous les panneaux, croit ce qu'on lui raconte, dégringole dans toutes les facilités, se rue sur tous les bidules, etc. etc. etc. etc. etc. et un tombereau entier d'etc. bien misanthropes et qui grincent des dents de rage impuissante.

Il faut dire que si l'on regarde le même objet (chacun donc de son balcon), il y a de fortes chances que l'on relève les mêmes caractéristiques.
Pas si sûr que ça, en fait... Il n'y a pas plus indéfinissable et moins aisé à manipuler qu'une, par exemple, croyance complexe, que ce soit une idéologie ou une religion. C'est chatoyant, c'est sujet à interprétations, ça crée des dissidences, c'est horriblement compliqué, et il faut alors, je crois, une dose extraordinaire et peut-être surhumaine d'honnêteté intellectuelle pour postuler que chaque point de vue peut être valable, et raconter un paysage... dont la synthèse formerait... bon sang ça ne formerait rien d'autre qu'une foutue théorie sur l'objet considéré... Nous voilà bien ! Donc, si en plus, les points de vue sont enracinés dans des champs culturels différents, il faudra d'abord se mettre d'accord sur un lexique, et rien que ça, c'est costaud. Mais bon, après tous ces obstacles, oui, il y a de fortes chances d'arriver à un résultat exploitable ; mais bon sang, quels fichus obstacles ! Bon d'accord, va pour les fortes chances ! Je suis vraiment optimiste, d'un seul coup.

On peut, dans l'humilité et le respect, même en partant d'univers de référence différents arriver à croire en des valeurs communes. Celles-ci porterait peut être le nom d'un universel partagé.

Avec les gens de bonne volonté, il n'y a pas de souci. Après toutes les crampes et les prises de tête, victoire victoire, on devrait obtenir quelque chose. Quoique... vous avez vu, depuis le temps que les gens font de la politique ? Bon, d'accord : ils veulent tous la banane, et nous on ne veut rien d'autre que savoir du vrai, c'est plus calme...

Ah, j'ai trouvé une proposition de définition absolument magnifique, et je vous la livre ici (ça n'a pas grand chose à voir avec le sujet mais tant pis)... voyons voir où ai-je mis ce truc ?
Ah voilà. C'est un diamant que j'ai inséré dans un article d'un dictionnaire que je me concocte. Voici l'article :

" Révélation :
Du latin revelare, retirer le voile. L'occulté devient soudain visible ; ce qui est peu évident est mis en lumière.
En théologie, « C'est la connaissance que l'homme trouve en lui-même, avec la certitude que cette connaissance lui vient de Dieu, soit de façon immédiate, soit par un intermédiaire ». Ceci est la très belle définition que donne le cheikh Muhammad Abduh dans sa Risâlat al-tawhîd, Cairo 1925, à laquelle il n'y a rien à rajouter" conclus-je prétentieusement.
Mais je suis certain qu'on trouvera plein de religieux qui ne seraient pas d'accord ; et pas des moindres parce que cette définition donnée par cheick Abduh décrit, malheur à nous, tout aussi parfaitement... l'inspiration de l'artiste : remplacez Dieu par Muse, ou Esprit du monde, Air du temps etc. et nous voilà partis dans le profane, à s'extasier les bras en l'air et Dieu sait ce que certains pourraient alors en dire ; aussi je cesse !

Cordialement

Olivier
Belle matinée !
"L'Honneur d' être" @sinaute .
Merci Balthaz , Olivier Caro , Ulysse , Bysonfutée , Compunet , Mébahel ...

" Tu seras une Femme , ma Fille " ...

Cette phrase me renvoie au dernier livre de Gisèle Halimi : NE VOUS RESIGNEZ JAMAIS .

A 80 ans , Gisèle Halimi ose faire le constat qu' être femme est un honneur ,
après s'en être donné les moyens , les avoir arrachés à un destin
qui aurait dù la clouer à un rôle de servante des hommes de sa famille .

Quelle liste , Abdessamad ?
Je vous propose celle-ci : une femme , un homme , une petite fille , un petit garçon , l'éducation ,
- et la culture , universelle et multiple afin que nous nous réjouissons ensemble de la différence de l' Autre .
Se réjouir pour/et ne pas tomber sous les coups de la vérité imposée .
Et en Inde... Byson...
Il s'agit de la dot à payer pour le mariage de la fille, laquelle 'servira' sa belle famille -argent fichu en l'air donc, d'où certaines assoces qui luttent contre le principe de la dot.
Pour la Chine, il s'agit aussi du culte rendu aux ancêtres, qui ne peut être effectué que par un homme.
Dans les deux cas, la coutume et la religion sont intriquées: la femme comme bras dans le ménage ou aux champs et comme ventre (faisant des fils, ça va de soi) le tout justifié par des raisonnements religieux ou essentialistes.
On cause des pieds mutilés, tant qu'on y est? :-)
Pour les anglophones qui suivent la question :

http://openanthropology.wordpress.com/2009/04/26/nato-and-afghanistans-shia-marriage-law-the-collapse-of-a-master-narrative

L'anthropologue Maximilian Forte s'interroge sur la succession des discours censés justifier la présence d'une armée occidentale en Afghanistan (d'abord retrouver Ben Laden, puis destituer les talibans, puis "reconstruire" l'Afghanistan), ainsi que sur la référence récurrente, dans ce genre de justifications, à des "valeurs universelles" à faire appliquer de force. Je n'ai pas très bien saisi si Fortes voit le sursaut de féminisme des Etats occidentaux face à cette loi comme un nouveau cheval de bataille servant à justifier une occupation coloniale (mais de nombreuses féministes Afghanes en ont cette interprétation), ou comme un authentique projet d'occidentalisation du moyen-orient confronté aux réalités culturelles locales (la démocratie n'implique pas nécessairement les mêmes réultats de vote qu'en Europe). Les deux sont sans doute liés. Fortes demande : "Le rôle de l'OTAN est-il à présent de rester en Afghanistan le temps qu'il faudra pour que les Afghans cessent d'être Afghans ?" Même si le projet n'est que géostratégique, cloner une société 100% occidentale en Afghanistan reste un moyen idéal d'en sécuriser le controle.

Les questions que les discours officiels de l'OTAN soulèvent à ses yeux sont (je traduis) :

- Le secrétaire général de l'OTAN avait-t-il informé la population que les "bonnes valeurs" pour eux seraient décidées par l'OTAN ?

- Si ces valeurs sont universelles, comment se fait-il que tant de musulmans les ignorent ? Peut-être ne font-ils pas partie de l'univers de ces universaux ?

- Depuis quand la guerre est-elle devenue l'une de ces valeurs universelles, et comment se fait-il que ces valeurs ne puissent être défendues que par la violence dans un pays donné ?

- Maintenant que l'OTAN a décidé d'opérer au delà le la zone Atlantique Nord (ou de l'élargir jusqu'à l'Asie), qui a décidé que le pacte militaire devait aussi intervenir dans les questions de mariage ?

- D'un point de vue anthropologique, qui a décidé de quelles valeurs sont universelles - et qu'est-ce qui les rend universelles ?

- Quels citoyens ont sciemment autorisé leur gouvernement à envoyer des troupes mourir pour ces "valeurs universelles" alors que ces mêmes valeurs sont menacées chez eux ?

- Devons-nous aussi faire usage de violence homicide vis-à-vis de nos propres gouvernements si nous avons l'impression que les valeurs universelles ne sont pas respectées ?


Les deux points précédents font écho au fait que le nouveau gouvernement canadien, assez vocal quand il s'agit de dénoncer les inégalités de genre en Afghanistan, aurait récemment fait passer une série de lois rétrogrades et sexistes, laissant supposer que ses "valeurs universelles" concernent surtout le reste du monde.

Fortes souligne par ailleurs que la propagande de l'OTAN se réfère à des sondages de soutien populaire effectués par un organisme de la CIA (The Asia Fundation), contredits par les enquêtes de la BBC, de ABC et de ARD. Et que le contenu de cette loi (et son applicabilité réelle) est mal connu -y compris par les médias qui la mentionnent- parce que tout simplement peu disponible. Quels journalistes ont-il vraiment su de quoi ils parlaient, quelles ont été leurs sources ?

Bref, sous cet élairage, l'embarras de l'OTAN peut se comprendre, mais la discrétion des médias français peut aussi se justifier : La difficulté à obtenir des informations précises sur cette loi, ainsi que la propagande d'occupation dans laquelle s'inscrivent les discours et projets affichés de l'OTAN, incitent à la retenue et à la prudence.

Au-delà du traîtement de cette loi dans les médias, cet article de Maximilan Fortes est assez intéressant, sous un angle @sien, pour les "arrêts" qu'il propose à la fois sur la rhétorique des relations publiques de l'OTAN, et sur ces délicates "valeurs universelles" qui sont assez régulièrement présentées comme allant de soi, court-circuitant la réflexion que devrait susciter l'histoire des désastres, malentendus et massacres commis en leurs noms.

Cela rejoint aussi la question de la circulation des connaissances (diffusion et vulgarisation), des anti-intellectualismes de droite comme de gauche (de la criminalité génétique sarkozyste au voile scandale des pseudo-féministes), et du rôle subversif des universitaires (ce n'est pas dans la rue qu'ils changent la societé le plus profondément). C'est-à-dire le rôle des médias dans la simplification ou l'occultation des données sur lesquelles les jugements citoyens devraient se baser. Mais ce sujet-là déborde de trop de côtés...
En revanche, c'est bien "Forte" tout au long. Désolé pour le S inexcusablement pavlovien.
Que de bonnes questions !
De bonnes questions oui :-)
Notamment celle-ci
"D'un point de vue anthropologique, qui a décidé de quelles valeurs sont universelles - et qu'est-ce qui les rend universelles ? "
On commence donc à dire (à penser c'était déjà fait) que l'occident tente d'imposer ses propres valeurs.
Je vais me restreindre à un sujet: les droits de femmes.
J'ai entendu hier cette même proposition, à savoir que l'occident ne devrait pas blah blah... et c'était au sujet des mutilations génitales.
Hé bien là, désolée, c'est un droit universel sans connotation géographique d'avoir un corps inon mutilé par une intervention extérieure volontaire.
Après que les façons de faire évoluer les choses doivent être locales, ok.
Mais bon, en ce qui concerne les ddf, je ne peux pas adhérer à ce questionnement sur les droits universels.
Ou alors qu'on dise clairement que les femmes ne sont pas incluses dans les 'droits de l'homme' (rien que le terme déjà.. si on disait droits humains, ou de la personne, on formaterait un peu mieux nos françaises oreilles).
Donc sursaut de féminisme peut-être, 'pseudo-féministes, peut-être, prétexte peut-être, mais un moment donné, qui veut la fin...et pour sauver des femmes d'un joug millénaire, vu la facilité qu'ont les états à les laisser végéter, dès lors que leurs économies/commerces sont en jeu, je me dis que c'est quand même bon à prendre.

J'ai lu plus haut l'échange au sujet de T Ramadan.
Citer, comme référence absolue de sa grande ouverture d'esprit, ses propos officiels en évacuant tout l'officieux du gars, à savoir son but général, et en oubliant sa capacité rhétorique assez fabuleuse pour berner tout le monde, dont surtout surtout les tenants du relativisme culturel, ce qui est nuisible aux ddf, cf ci haut, je coince.
Et ce n'est pas parce qu'il est prof dans des pays où le communautarisme fait florès ou disons, fait partie de la mentalité générale (ce qui n'est pas le cas en France pur le moment.. mais avec l'arrivée des diplômes universitaires tout venants validés par des organismes cathos, on y arrive) qu'il faut en tirer une conclusion de bonne conduite/bonne pensée.
Le discours de cet homme est dangereux.
"D'un point de vue anthropologique, qui a décidé de quelles valeurs sont universelles - et qu'est-ce qui les rend universelles ? "
On commence donc à dire (à penser c'était déjà fait) que l'occident tente d'imposer ses propres valeurs.
Je vais me restreindre à un sujet: les droits de femmes.
J'ai entendu hier cette même proposition, à savoir que l'occident ne devrait pas blah blah... et c'était au sujet des mutilations génitales.
Hé bien là, désolée, c'est un droit universel sans connotation géographique d'avoir un corps inon mutilé par une intervention extérieure volontaire.
Après que les façons de faire évoluer les choses doivent être locales, ok"[/i

je suppose que vous parlez, Mebahel, de Braumann hier soir chez Taddei, perso ça m'a choquée également ; je me suis demandée comment un humanitaire pouvait se montrer aussi détaché sur le sujet, sous le couvert justement de ne pas vouloir imposer le droit occidental et considérer que la communauté internationale n'avait pas à se mêler de droits locaux ???!!!!!...........
depuis Ponce Pilate, ça s'appelle "s'en laver les mains" !!!

sauf qu'en l'occurence, ce sont les femmes qui se battent localement et seraient ravies d'avoir un minimum de soutien de la communauté internationale, tout comme les femmes afghanes se battent sur place contre cette loi discriminatoire[/
i] ( ("Ce texte, qui concerne la minorité chiite "hazara" - soit environ 15% de la population totale - stipule que les épouses doivent satisfaire les besoins sexuels de leurs maris et leur demander l'autorisation pour sortir de chez elles, sauf pour aller travailler, apprendre ou se faire soigner.

Cette loi autorise même l'époux à ordonner à sa femme de se maquiller."
)

cette loi ne doit être ni amendée, ni promulguée, elle ne doit pas exister purement et simplement, dans des pays qui ne sont pas des dictatures et qui s'occupent (soi-disant) de légiférer pour le bien de tous et non de communautés particulières !!

et à ceux qui me rétorquent que l'on ne doit pas se mêler de ce qui se passe dans les familles, les coutumes ancestrales, et tout le tintouin, je leur réponds alors pourquoi un pays comme l'afghanistan, qui veut s'ouvrir à la démocratie, se mêle t il de pondre des lois sur le sujet si c'est de l'ordre du privé ??!!!! ce genre de lois est discriminatoire ; démocratie, démos : peuple, et non communauté (chiite ou sunnite ou autre......)
rien de tel pour diviser un peuple que de faire des lois stigmatisant telle ou telle communauté !!!

pour revenir à Braumann, c'est hier soir chez Taddei que je l'ai entendu proférer cette énormité sur "les droits locaux de la femme" (nouvelle appellation des "droits de l'homme" pffff !);
mais il a également été question du fait que les médias se sont essentiellement concentrés sur le clash d'Ahmadinedjad à Durban, avec la sortie préméditée de l'ambassadeur de france "son dossier jaune à la main" ????!!
préméditée car il est sortie avant même que le président iranien ne balance une certaine phrase attendue et polémique sur Israël, et qu'il n'a pas prononcé semble t il !!
la question que l'on peut se poser, et qu'a posé l'historienne invitée est : quel était le but de faire passer exclusivement ces images de clash par la france ?? était-ce pour ne pas parler de tous les autres dossiers en particulier ceux concernant le droit des femmes, dont la france ne veut peut-être pas s'occuper ni se mêler préférant se ranger au côté de ses nouveaux compagnons de l'OTAN ??....
à suivre....

résultat de Durban :
Ahmadinedjad = 1 - Communauté internationale (et droits de l'homme et de la femme) = 0
C'est cela Compunet, j'ai zoné devant cette émission (que je ne regarde quasi jamais: trop tard pour moi).
Et donc j'ai sursauté de belle façon.
Notamment aussi devant la manière d'au moins deux d'entre ces messieurs de ne pas *entendre* ce que disait Malka Malkovich.
De toute façon c'est une constante media: les femmes ont peu la parole et lorsqu'elle l'ont, celle ci est facilement délégitimée.
(je renvoie les grincheux aux travaux de l'AFJ à ce sujet.)
Et pour continuer sur Durban 1 et 2 : je suis atterrée de voir combien et comment le religieux prend la place dans les débats Onusiens et de la communauté internationale (et parfois européenne) en général.
En fait, ça fait peur.
Parce que la religion légitime/valide/renforce tous les diktats de discrimination envers les femmes qui pouvaient lui préexister.
Ha et j'avais pas fini: oui les actions locales ont besoin des mots de, et du symbolique que représente, la communauté internationale, vraiment, les dissidents de pas mal de pays se servent de cela pour appuyer leurs actions ou simplement se défendre, on le sait, alors pourquoi les femmes devraient se débrouiller sans soutien?
Et puis "et à ceux qui me rétorquent que l'on ne doit pas se mêler de ce qui se passe dans les familles, les coutumes ancestrales, et tout le tintouin".. dois-je rappeler, que le privé *est* politique? ;-D
"dois-je rappeler, que le privé *est* politique? ;-D"
sorry, c'était juste pour dire que c'est pas recevable comme argument et que la loi doit protéger le "démos" et non telle ou telle communauté qui voudrait pouvoir continuer à pratiquer ses coutumes, et pour le coup en toute impunité puisque protégée par la loi, un comble dans ce cas précis !!!!

chuis assez remontée depuis cette émission... alors faut pas m'en vouloir... (ni pour les buggs caractères gras et italiques bizarroïdes de mon message précédent que je n'ai pas réussi à corriger grrr)

nb : Durban ou l'inutilité des rencontres internationales.... sinon pour faire les choux gras des médias !
Oh mais Compunet, le 'vous' dans 'dois-je vous rappeler' était destiné aux forumeu-r-se-s en général...car apparemment sur ce sujet, nous (vous et moi pour le coup) sommes sur la même ligne de pensée :-)
Et je suis aussi remontée que vous je crois bien :-)

chuis assez remontée depuis cette émission... alors faut pas m'en vouloir... (ni pour les buggs caractères gras et italiques bizarroïdes de mon message précédent que je n'ai pas réussi à corriger grrr)


Ça ne gâche en rien cette discussion réjouissante.
ouf mebahel je croyais que mon cerveau, lui aussi, avait buggé et que ma phrase n'était pas trop claire -:)

merci alain ( je crois que je vais me réécouter un peu de PJ Harvey, ça peut aider aussi à faire passer les questions sans réponses (y'a pas que James Brown non mais -:))
Compunet, tout va bien, vos neurones sont bien connectés :-)
Et merci Alain aussi.
(Perso, j'écoute mes vieux Jethro Tull.)

(Perso, j'écoute mes vieux Jethro Tull.)

Quoi ? Ce groupe de vieux barbus virils,
question émancipation de la femme, 'vaut mieux PJ ;-))
À un autre niveau que la discussion de ce forum, dans le rock aussi il a fallut du temps pour que les femmes soient reconnues.
Et elles n'y sont parvenues que tout récemment.
Mais c'est vrai que c'est un combat plus futile que celui des femmes afghanes.
http://www.youtube.com/watch?v=Dvox_EiiQy8
Si je peux me mêler de la discussion sur le sujet des droits humains (ce fut ainsi qu'ils étaient formulés à en croire Stéphane Hessel après la 2ème guerre mondiale), je préfère également dire "droits humains" que "droits de l'homme".
Je pense que Rony Brauman, après avoir vu et/ou vécu, pendant plusieurs décennies, des horreurs et des injustices accomplies sous le prétexte de garantie des droits de l'homme du plus faible, est persuadé qu'il ne suffit pas de brandir le drapeau des droits de l'homme pour que l'on mérite le soutien aveugle de l'opinion mondiale et imposer ainsi, de haut, sa vision sur ce qui est acceptable et ce qui devrait être proscrit. Il faut également noter qu'il est parmi ceux qui ne cessent de démontrer que dans l'air du temps moderne règne une espèce d'hypocrisie (et de contradiction) dans les démocraties occidentales où l'on s'indigne contre la Chine jusqu'au point de menacer la Chine de ne pas assister à la cérémonie d'ouverture des JO (ou même boycotter les JO) et il nous nous viendrait pas à l'esprit l'idée de poser comme condition de participation aux JO de Londres le retrait des soldats britanniques d’Irak !
Il faut, selon lui, en finir avec le regard sélectif de certaines organisations mondiales des droits de l'homme qui s'indignent ou se taisent selon les victimes... On parle des Tibétains et l'on ne cite point les Ouighours...

Il pose ainsi la question, légitime, de l'instrumentalisation des droits humains dans des guerres (idéologiques ou armées) de pouvoir.

Je souscris à tout ceci. Je rajoute que nous devons, nous occidentaux, soutenir les combats contre l'injustice où qu'ils soient : ici ou ailleurs. J'ai toujours du mal à croire à la "bienfaisance" du rôle d'un ministère des droits de l'homme dans notre pays, dont la ministre parle souvent des droits de l'homme de pays étrangers (pas soumis ou, pour le moins, pas amis) et qui ne fait rien pour rendre les conditions de prisons dignes de la communauté des Hommes !
c'est tout le problème de l'ingérence, la "communauté internationale" accepte que les Etas-Unis fassent la guerre en Irak pour y imposer (soi-disant) la démocratie ???
et tout à coup sur le sujet de l'excision et du combat de femmes en afrique, qui sur place aimeraient faire évoluer les choses, on parle de "droits locaux" qui ne concerneraient pas cette même "communauté internationale " ???? et tout cela sous le couvert de non ingérence, d'instrumentalisation, etc....
... en fait, peut-être que ce qui est vraiment en train de changer dans les esprits, c'est au fond de ne plus considérer les choix d'ingérence des Etats-Unis de part le monde comme les seuls acceptables par cette archaïque "communauté internationale" !!....
From Abemassad : "Il pose ainsi la question, légitime, de l'instrumentalisation des droits humains dans des guerres (idéologiques ou armées) de pouvoir."
Certes, mais comme je l'ai dit plus haut: si cette question là est bonne à s(e) poser, je reste sur ma position qui défend l'idée que les DDF sont transversaux à tout questionnement économique ou militaire.
Et qu'ils méritent 'le soutien aveugle de l'opinion mondiale'.
Les DDF sont toujours la 5eme roue du char, au motif qu'il y a toujours plus grave/important/urgent, et qu'il faudrait les subordonner à d'autres Je suis persuadée du contraire: en les proposant en première lutte, on modifie tout le reste.
Mais pour faire comprendre ça...
Il faut faire de ces combats les premières luttes, j'en suis naturellement convaincu.
Ce que j'ai tenté d'expliquer, c'est que ces luttes doivent s'inscrire à la fois dans une cohérence irréprochable (donc pas de double discours ou au mieux de longs discours quand il s'agit des pauvres et impuissants et le silence total quand il faut entretenir l'amitié avec les puissants) mais doivent également être menées avec le souci de la pédagogie afin que les mentalités (de l'autre) évoluent. Quand la première exigence est absente de ces luttes, celles-ci font l'objet de stigmatisations et souvent d'un refus de l'autre qui au lieu d'écouter nos arguments (pour cesser des pratiques inhumaines) deviendrait sourd et réagirait avec émotion et passion. La pédagogie dans la transmission du savoir et de principes sert quant à elle à ne pas montrer d'arrogance ni de supériorité vis à vis des autres dont les pratiques inhumaines nous effraient.

Dans notre univers de référence, celui des lumières, on peut déjà, difficilement, faire la liste des pratiques à proscrire et des lois inhumaines à abroger (le débat portant sur le foulard en France en est un exemple, mais l'on peut avoir un débat aussi difficile sur le sujet de la circoncision par exemple). Supposons que nous arrivons à faire cette liste, ne pensez-vous que cette liste sera modifiée avec le temps et les expériences des peuples (évolution de mentalités et des moeurs). L'exemple de la peine de mort dans différents pays démocratiques illustre cette évolution.
L'objectif qui dois nous animer au fond, est de convaincre l'autre que certaines pratiques qu'il défend sont inhumaines. Le moyen devrait être de l'inviter à cesser la pratique et de discuter, avec respect, au sujet de la (in)justice de ces pratiques.

Le relativisme culturel est un fait, mais je crois à un universel partagé. Accroître la liste des valeurs d'humanité partagées doit nous pousser à réfléchir sur le meilleur moyen et outils à adopter pour y arriver.
Je suis globalement d'accord avec vous Abdemassad, mais vous noterez que je n'avais pas parlé de la question des *moyens* de le faire abolir certaine pratiques.
Il est évident que la pédagogie est indispensable: les mentalités ne bougent pas forcément dans le bon sens lorsqu'on s'y essaie à coups de trique.
Mais en ce qui concerne les DdF, vous noterez qu'il a fallu passer par des lois (en France je veux dire, mais ailleurs aussi), cad un minimum de coercition.
Que ces lois aient été mises en place lorsque les mentalités (et encore, pas celles des importants qui étaient aux affaires) s'y prêtaient c'est sûr, car à l'inverse de la loi sur la peine de mort qui prenait le contrepied des sondages à son sujet dans la population générale, pour les DDF, curieusement, il faut toujours attendre que la population soit prête.
Vous noterez aussi que dans pas mal de cas, des lois sont là, mais ce sont des personnes qui doivent les faire appliquer...(exemple type: contraception et/ou avortement: une fois voté.. encore qqes années pour que ce soit effectivement possible, les dépénalisation quasi systématique des crimes de viol, la difficulté à garder son patronyme lors du mariage, et autres emm.. du quotidien) et ces personnes fonctionnent avec leurs convictions.
Donc pédagogie et législatif doivent fonctionner de façon dialectique, on ne peut pas compter que sur l'un ou que sur l'autre.
Et donc 'discuter avec respect' sur le sujet qui m'occupe, les DDF, n'est pas suffisant, ne l'a jamais été.
Tiens je vous renvoie à un post chez Olympe

Quant à être irréprochable avant de se permettre de donner des leçons, quant à ne pas s'autoriser de double discours: évidemment, en termes d'absolu, que je suis d'accord.
Sauf que humainement c'est difficile à mettre en place.
Je me place ici à la suite de Mebahel : quelqu'un a parlé de la Chine et du Tibet. Je me demande d'où vient cette "coutume", qu'en Chine, on tuait les petites filles à la naissance, et que maintenant, on ne laisse plus arriver au monde "grâce" à l'écographie et à l'avortement, (alors même qe ces pratiques sont interdidtes en Chine) à tel point qu'on manque de filles à marier ? Ce n'est pas une question religieuse ? Je pose la question, parce que je n'en sais rien. Comme par ici passent des personnes beaucoup plus instruites que moi ..... Si quelqu'un peut nous dire ?

Pourquoi quasiment dans toutes les civilisations la femme n'a été et est encore considérée que comme une chose, une personne, quand elle arrrive au rang de personne, de peu d'intérêt ?

Chez les Catholiques, c'est le péché originel ... mais pour les autres ???
Fillettes chinoises :
Déja c'est pas drôle d'être pauvre.
Mais en plus, la greluche, après avoir été nourrie au grain jusqu'à l'âge d'être mariée, coûtera encore une dot et ira faire l'esclave chez la belle-doche. C'est pas rentable !

Quand on en est à se dire qu'un enfant n'est pas rentable, c'est qu'on est vraiment plus que misérable.

Donc, puisqu'on n'a droit qu'à un enfant, les filles passent à la trappe.

C'est la rencontre d'une injonction de sauvegarde lancée par l'Etat et d'un faisceau de coutumes dans lesquelles la femme est d'abord une bête de somme.

Petit proverbe de la vallée de Ballaguiers, ou Balaguères, dans les Pyrénées, et qui ne date pas d'aujourd'hui :
Mieux vaut être âne à Balaguères que femme à Engomer. (Ce sont les gens de Balaguères qui disaient ça)
Balaguères est dans une vallée suspendue verrouillée en aval par Engomer. Autour du hameau, les montagnes se dressent, et les alpages sont aux cols. Conséquence de cette topographie particulière : les ânes y avaient du turbin jusqu'aux oreilles !
Bonjour Miss Byson,
Il y a des millénaires en Chine, le Confucianisme (doctrine philosophique quasi religieuse) prônait l’infanticide des filles, l’homme étant considéré comme supérieur (en gros quoi).
Puis au début des 70’s, la politique de l’enfant unique de Mao a « réveillé » cette coutume ancestrale (bien qu’interdite), les familles préférant avoir un garçon, qui rapportera plus alors que les filles au contraire coûteront la dot et travailleront pour la famille de leur mari.
Enfin, c’est à peu prés ce que dit Oliver Caro ci-dessus et en moins bien que lui ;).
Merci Alain et Olivier :o)
'dépénalisation quasi systématique" humph: déqualification bien sûr, dsl.
" Un érudit de l’Islam appelé Ahmed Al Modi a dit à l’agence Reuter : « Quand l’enfant est mineur, le père peut approuver le contrat de mariage [à lui tout seul], mais quand l’enfant atteint la puberté elle peut s’opposer au mariage ».Et il dit que dans ces cas il est prévu que l’enfant reste chez ses parents et que son mari lui rende des visites. Mais qu’il ne serait pas autorisé à vivre avec elle ou à consommer le mariage avant qu’elle atteigne la puberté. Je me souviens que le Talmud déjà, mais c’était il y a très longtemps, essayait de contrecarrer les pratiques de l’Antiquité où un père donnait, contre de l’argent en principe, sa fille à quelqu’un avant même sa puberté, et le Talmud interdisait au mari de toucher à sa « femme » avant que cette petite fille ait grandi."
voilà une bonne nouvelle sur le plan des [s]droits locaux[/s] droits de la femme : http://coirault-neuburger.blog.lemonde.fr/2009/04/30/arabie-saoudite-la-petite-fille-de-9ans-a-pu-obtenir-le-divorce-de-son-mari-de-50-ans/
Merci pour la nouvelle !
Pour mieux connaitre l'invitée qui défendait les droits universels des femmes dans l'émission :
http://pointdebasculecanada.ca/spip.php?article1044
Mais ce n'est pas tout, le blog est également très intéressant : http://malkamarcovich.canalblog.com/
Bonne lecture...
Merci pour les liens Abdessamad. Nous ne sommes ni racistes ni islamophobes, je parle des personnes qui ont essayé de dialoguer avec vous.

Je ne développe pas, parce que je ne ferais que répéter tout ce qui a été dit ci-dessus, et ci-dessous.
De rien Bysonfutée.
Je n'ai pas de raisons de vous juger, mais j'aurais en revanche le droit de dire qu'il n'y pas d'arguments dans des affirmations ou opinions que vous avez exprimées.
Pour revenir au blog de Malka Marcovich, je pense qu'il serait utile de l'examiner... Je n'y ai pas vu le moindre article sur l'injustice subie par les palestiniens...
Qu'est-ce que j'apprends-je par ce "vite dit et gratuit" ?
Qu'un certain Tariq Ramadan, dont je crois me souvenir qu'il fut victime par le passé, de basses attaques de la part d'une harpie nommée Caroline Fourest, vient d'être de nouveau accusé par certains médias, d'homophobie et de misogynie !
Et cela à l'écoute de phrases aussi anodines que "L'homosexualité est un désordre, un dysfonctionnement et un déséquilibre" et "Sur la rue, dit la loi, les femmes doivent garder les yeux fixés sur le trottoir".
De plus extraites de leur contexte ! Alors que dedans elle signifiaient exactement l'inverse.

Le jour ou je me serai trouvé, moi aussi, un petit boulot de conseiller auprès d'une municipalité d'une grande ville européenne, à 35 patates annuelles (55 000 €), après avoir au préalable déclaré que la pédérastie est une maladie et que la place des meufs est au cul des casseroles, et que tiens, même, pour qu'on me prolonge mon contrat, j'aurai viré fondu islamiste, faudra pas venir m'emmerder. Je vous préviens charitablement, véroles d'islamophobes !
je signale ce film: Un racisme à peine voilé qui peut intéresser certains participants à ce forum qui ne l'auraient pas encore vu.
Bonjour,

Ce sujet est par définition complexe et peut entraîner bien loin. Rappelez vous s'il vous plaît les règles du forum. Il y a peu de chance que tout le monde tombe d'accord avec vous. Ni que votre opinion ait valeur universelle. Chacun a ses expériences et ses référents qu'il pense sans doute plus valables que ceux des autres, ce qui peut entraîner raillerie, dédains, propos moqueurs ou insultants, qui n'ont pas leur place sur ce forum. Essayez d'écouter et de respecter les voix des autres @sinautes. Merci d'avance.
Suggestion à @si: j'ai regardé hier soir le doc de Fourest/Venner sur ce qu'il se passe dans l'ONU notamment du côté de l'implantation massive du religieux dans les débats quels qu'ils soient.
Or cela, si l'on ne regarde que lemedia généralistes, on n'en entend guère parler... un beau jour, si l'équipe pouvait se pencher là dessus...merci.
Quand @si évoquera-t-il la conférence de Genève qui prévoit de ne pas être tendre avec les "diffamateurs" de religions et portera une atteinte grave au principe de laïcité et de libre examen? Si vous l'avez fait, merci d'indiquer la rubrique !
( Vu sur Rue89 ) :
Université de Toulouse , manifestation de femmes voilées pour protester contre le licenciement de l'une d'elles .

Je leur suggère d'aller manifester à Kaboul , elles seront mieux comprises , les pauvres chéries qui ont le droit d'arriver au Doctorat , dans un pays laïc qui leur demande simplement de respecter la Constitution de leur propre pays .
je suis très heureuse qu'@si consacre une page entière à l'afghanistan....
les femmes afghanes selon moi, subissent ce que l'homme est capable de plus vil dans nos sociétés occidentales : sous couvert de vouloir exporter nos démocraties on sacrifie les "populations"....

il y a quelques années, dans un magazine féminin, j'avais vu une photo noir et blanc de 3 étudiantes afghanes en mini jupes déambulant dans les rues de Kaboul.... c'était au début des années 1970 ; les femmes avaient acquis une certaine liberté au cours des décennies précédentes avec la promulgation de lois sur le port du voile rendu facultatif, et le droit de vote acquis dans les années 1960 ; et puis ....

.....et puis, l'afghanistan a été l'enjeu de toutes les convoitises, lien du texte de Gérard Filoche qui l'explique très bien ; qui date de l'époque de Bush mais qui montre bien l'ambiguité des rapports avec l'afghanistan et les taliban en particulier :
"Cela signifie clairement qu'il n'y aura pas de démocratie, pas de changement fondamental pour les femmes par exemple, mais uniquement que le régime devra seulement ne plus être hostile aux USA. C'est une condition et une visée minima. "
http://www.democratie-socialisme.org/archives/nouveau_fichier10.html#Les%20buts%20de%20guerre%20de%20Bush
("Les véritables objectifs de guerre de Bush" (quelqu'un l'avait déjà mis dans un autre forum je crois...)


.......et puis, la résistance tribale qui petit à petit reprends le dessus... le commandant Massoud qui vient en 2001 à Strasbourg invité par le Conseil de l'Europe pour exprimer toute la difficulté de gouverner ce pays avec la montée des taliban (pourtant lui aussi un islamiste), et d'en changer les mentalités, et qui n'est même pas reçu par Jospin qui ne voulait pas prendre parti ???!!!
il se fera assassiner quelques mois plus tard et quelques jours avant le 11 septembre !

.......et puis les taliban et le retour à la culture la plus archaïque de la société afghane, qui n'a pas grand chose à voir avec la religion, mais plus avec la notion de "chosification" (Pierre Légendre dans l'Inestimable objet de la transmission) que je me suis appropriée depuis longtemps comme référence concernant le sort des femmes afghanes ;
ce texte fait référence au droit noxal qui donnait le droit à un père lorsque son fils avait contracté des dettes de les payer avec la personne du fils ; cela a été aboli avec le droit romain, ce qui, dans nos sociétés, a permis d'évoluer par rapport à cette notion d'objectivation de la personne...
selon Pierre Legendre :
".......Que le corps humain, plus précisément l'être humain vivant, puisse être joué comme une monnaie, soit la monnaie d'un paiement, voilà ce que le droit romain, au cours de sa longue histoire a progressivement rendu inconcevable, en éliminant par exemple l'abandon noxal du fils de famille...... qui nous apparait comme une "chosification" du fils....... geste légal courant en une période reculée de l'histoire politique et dans un contexte culturel incompréhensible aux esprits délicats. Cependant, détrompons-nous........il n'est pas au pouvoir de la civilisation occidentale d'abolir la logique inconsciente. Ce qui soutenait l'abandon noxal, du côté des fantasmes inconscients de toute-puissance, n'est pas escamotable et peut-être seulement manoeuvré, déplacé, détourné par la culture......"

personnellement je trouve que la société afghane incarne cette "chosification" à travers la négation de la femme afghane et les maltraitances qu'elles subissent au nom de la culture.....

...mais nos sociétés ne sont pas épargnées par la "chosification" quand les femmes servent de défouloir ou de pur objet sexuel, tout comme les enfants d'ailleurs peuvent l'être, et contre quoi il faut toujours lutter ; la seule différence est que dans nos pays la justice permets de condamner de tels agissements quand les victimes portent plainte !!


pour moi, si l'on ne s'intéresse pas au sort des femmes et des petites filles afghanes on prend le risque pour nous-mêmes d'accepter que la moitié de la population sur terre continue d'être considérée comme pur "objet", de transaction, de procréation ou autre... et on prends le risque de nier à la moitié de la population sur cette planète, la moitié porteuse des chromosomes XX, leur subjectivité et donc leur humanité....
ce qui se joue dans leur chair pour les femmes afghanes, se joue bien sûr dans d'autres pays (Kurdistan, Pakistan, Tdjikistan,etc...) mais surtout se joue partout sur le plan de "fantasmes inconscients" (Pierre Légendre), j'en suis intimement convaincue.....voilà aussi, pourquoi je suis depuis si longtemps bouleversée par le sort de cette population.......

les femmes et la guerre : Kaboul, Afghanistan :
"Son mari avait été tué lors d'un bombardement. Elle avait trois enfants âgés de 2 à 9 ans. Un jour elle les a laisés à la maison pour aller chercher de la nourriture. Deux moudjahidin l'ont arrêtée dans la rue et l'ont emmenée dans une maison qui leur servait de quartier général. 22 hommes l'ont violée pendant 3 jours avant de la laisser partir. Quand elle est arrivée chez elle, ses 3 enfants étaient morts de froid. Elle a perdu la raison et vit à présent à Peshawar." "Afghanistan, un pays sinistré" - EFAI (Editions francophones d'Amnesty International), 1994
.........depuis 1994 (au moins) voilà le sort de femmes afghanes........
Je conseille le livre l' Islam des interdits d' Anne-Marie Delcambre docteur en droit musulman.
Je ne sais pas si cela va desespérer encore plus ou pas ceux qui se lamentent de la qualité de la presse française, ms jugez plutôt de l'espagnole :
Dernier scandale en date à la télé, une mineure mauritanienne qui porte plainte pour mariage forcé, et donc viol, par ses parents, avec un homme plus âgé qu'elle de 26 ans. Les parents sont bien évidemment punis par la justice espagnole, or, une association et un groupe de mauritaniens ( ou sont-ce les mêmes? combien? 60? une centaine? les fidèles de la mosquée du quartier? je ne sais pas, ça n'est pas dit dans l'info, bien évidemment) manifeste et dénonce le cas en criant à l'injustice, à l'intolérance face à leurs cultures, us et coutumes (le mariage avec une mineure est légal en Mauritanie).
Eloignons nous de la vraie info, ou il n'y a pas gd chose à dire, si ce n'est qu'il est triste mais réel que dans de nombreux pays d'Afrique, les droits des femmes et des mineurs ne sont pas respectés, et que ces abus traversent les frontières, et qu'il est bon de continuer à lutter contre ce genre de pratiques...malheureusement encore trop courante ds le monde entier... et que finalement cette jeune fille a bcp de chance que ses parents vivent en Espagne, car ds son pays d'origine, le droit était contre elle.
Que reste-t-il pour le telespectateur lambda espagnol qui regarde de la soi-disante information, et du soi-disant journalisme?
Que les musulmans en général sont des arriérés qui trouvent normal qu'une gamine de 13 ans soit mariée et fasse des enfants avec un homme de 40 ans / que les immigrés en général ne s'intègrent pas ds les pays occidentaux et imposent leurs traditions, quelqu'en soit l'éthique... Et après l'on s'etonne que l'Européen de base méconnaisse l'Islam, en ait une vision "cliché" et caricaturale, et que le racisme et les discriminations ne diminuent pas avec les années...
"La religion existe depuis que le premier hypocrite a rencontré le premier imbécile" (Voltaire)
Video édifiante
j'ai dû relire le titre à 2 fois : en lisant en diagonale on a l'impression que ce sont les femmes afghanes qui sont peu couvertes...
Merci en tous cas pour cet article bien intéressant
Cela va faire un an que je suis asi, et je fini par me demander si la presse français vaut finalement quelque chose (même rien qu'un petit peu), vu que la plupart des infos sont relayés, non pas par des sites d'informations, mais ici, par un site d'étude des média... Et on veut sauver la presse papier... si elle commençait par faire proprement son boulot...

là ya un truc que je ne comprends plus. Une des mesures qu'a prise Mahomet en son temps a été justement d'instaurer le droit d'héritage aux veuves; comment ces gens peuvent-ils se revendiquer du Coran en prenant des décisions exactement inverses de celle du prophète des musulmans ?
Être extrémiste c'est à la base, rejeter quasiment tout le coran et les valeurs du prophète, ces gens ne sont plus à une contradiction prêt. Je ne vois du coup pas ce qu'il y a d'étonnant à cela.
Merci pour cette info passée effectivement presque inaperçue en France.

Peut-être qu’avec une actualité franco-française si riche – les sanctions contre les députés, l’interdiction de la cagoule, la popularité de Chirac, la pipe de Tati etc. – le droit des femmes afghanes n’intéresse pas beaucoup nos compatriotes.

Un petit extrait d’un site consacré à l’explication de l’Islam :

« Le Coran énonce clairement que les hommes et les femmes sont de même nature spirituelle et humaine. Les deux ont reçu le “souffle divin” qui leur a donné de la dignité et a fait d’eux les gérants de Dieu sur la terre. La femme n’est pas blâmée pour la “chute de l’homme”. La grossesse et l’accouchement sont donnés comme des raisons supplémentaires pour aimer et apprécier les femmes et non comme punition pour “avoir mangé de l’arbre interdit”. L’homme et la femme ont des devoirs et des responsabilités comparables et les deux font face aux conséquences pour leurs décisions et de leurs actions morales. Nulle part le Coran ne mentionne que les “hommes sont supérieurs aux femmes”, à moins que le texte du Coran n’ait été pauvrement traduit. Le Coran indique clairement que la seule base de supériorité est la piété et la droiture, non le genre, la race, la couleur ou la richesse. »
Et l'article 137 établit qu'une femme "ne peut hériter d'aucun bien de son mari à son décès".
là ya un truc que je ne comprends plus. Une des mesures qu'a prise Mahomet en son temps a été justement d'instaurer le droit d'héritage aux veuves; comment ces gens peuvent-ils se revendiquer du Coran en prenant des décisions exactement inverses de celle du prophète des musulmans ?
Bon, je suis ok avec le fait que les coutumes sexistes précèdent les religions et sont renforcées et légitimées par elles.
Je suis ok aussi avec le fait que la france en général et ses gouvernants en particuliers, à part qqes effets d'annonce, n'en ont globalement pas grand chose à faire des droits des femmes, plus encore de celles vivant dans les pays avec lesquels le nôtre a des contrats économiques.
Mais tout de même parler de focalisation sur l'islam alors même que de façon assez massive il y a eu récemment indignation quant à la fillette brésilienne, c'est oublier bien rapidement que l'affaire s'est passée en pleine chrétienté.
Le sexisme est transversal aux niveaux socio culturels, économiques et aux religions, les féministes ne s'y trompent pas.
Lémédia, si, sans doute.
Et pour mémoire, le viol conjugal, en france, n'est puni par la loi que depuis 1992.
Il est assez facile de délirer sur les islamiques, ou islamiens, surtout quand ils sont islamistes.
Mais de toute façon, dans cette région, les faits de justice vernaculaire sont monnaie plus que courante, et leur pittoresque nous effraie.
Aussi, un bruit, un hoax à ce sujet, seront-ils toujours crédibles, car déja vus vingt fois, et toujours parfaitement possibles.

Pour aller très vite et sans nuances :
Le prophète Muhammad l'a dit et redit, il ne voulait pas servir de référentiel ; mais c'est ce qu'il devint dès la seconde génération après sa mort, ou peut-être même avant. Les gens ont collecté les "dits" à son propos, et l'ensemble a donné un corpus législatif assez alambiqué, où la forme prévaut sur le fond, la lettre sur l'esprit ; mâtiné d'arabisme pré-islamique (chassez le naturel etc.), il a été arrangé à toutes sortes de sauces locales, paraît-il pour les besoins de la gestion de l'empire.
Je ne sais plus qui, mais une grosse pointure de l'islam traditionnel (c.a.d. pas un nouveau penseur), se faisant le porte-parole de la majorité de ses frères en religion, ou prétendant l'être, affirmait que l'islam sans les "dits", sans ces fameux hadiths, ce n'était plus l'islam. C'est à dire que le Coran tout cru, ce n'est pas l'islam. L'islam, c'est le Coran plus une solide quantité de textes annexes.

C'est comme si le christianisme était toujours, en plus du nouveau testament : l'infaillibilité papale, la virginité de Marie, la préséance de Pierre, le purgatoire, la légion Thébaine, les douze-mille vierges, etc. etc. etc. plus les Madeleines et tous les Saint-Esprits de la création comme points de dogme, sans oublier les grâces efficace, suffisante, particulière, ponctuelle, délirante et pourquoi pas la maladive etc. etc. etc.
Les béatitudes, le dialogue avec la samaritaine ? ce n'est pas strictement chrétien ; les cloches de pâques si.
On ne le pense pas ? au bûcher...

Je crois que c'est Abdelmajid Charfi qui note, fort à propos, qu'une religion finit toujours par être détournée pour re-valider et sacraliser les vilaines petites habitudes antérieures ; toutes ces saletés peuvent alors être re-faites mais, cette fois-ci, au nom du Christ, ou du Prophète etc. Elles deviennent encore plus légales qu'avant, au temps où le Christ, le Prophète, voulaient les éradiquer.
C'est à dire qu'on jette toujours la pierre à la femme adultère, qu'on brûle toujours qui ne pense pas droit, qu'on fait très pieusement aux autres ce que l'on n'aimerait pas qu'ils nous fassent, et qu'on ne pardonne que le moins possible.

Donc, quand les islamiens, ou islamobies, prétendent que l'islam sans les hadiths, le fiqh et tout le tralala ultérieur, ce n'est pas l'islam... si on décide de les croire (et ils sont des millions à le dire, jusqu'en France inclusivement, alors on va les croire un peu tout de même, puisqu'ils le disent), il faut en conclure que les Pères de la nation, ceux qui ont couché sur le papier la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, sans oublier ceux qui ont écrit et signé la Déclaration de 1948, sont d'affreux islamophobes qu'il faudrait condamner et vouer aux gémonies encore plus fort que jen ne sais plus quel premier ministre Danois. Comme quoi, il n'est point besoin de tagger des ordures sur des tombes de pauvres musulmans pour être accusé d'islamophobie ; la justice, sans en avoir conscience, amalgame le facho au démocrate, et se tire une balle dans le pied. Boum !

Cette histoire de viol légal n'arrête pas d'onduler ; tantôt on dit que le prez Afghan va la retirer, ou la faire amender, tantôt on s'imagine que ça y est, elle va passer comme ça. Mais l'on n'en sait rien ; on va, on vient, et ça buzze à tout vat. Il est fort possible que la France ne réagisse pas, parce que son intérêt n'est pas dans les femmes, comme il n'est pas dans les Thibétains. Et c'est malheureusement très juste.

Ce qui ouvre une question sanglante : est-il, sur le long terme, plus judicieux de négocier avec sa conscience pour ne pas se couper du monde, ou est-il plus judicieux de "constamment avoir cette Déclaration à l'esprit" et d'agir en toutes choses en conséquence de cet esprit, et en conformité avec les articles de ladite.
On ne le sait pas, puisqu'on n'a jamais mené de politique étrangère en s'inspirant de cette magnifique Déclaration au pied de laquelle on s'agenouille pieusement. Amen.


DONC et pour finir : la télé me faisant penser un petit peu beaucoup à Radio-Paris qui ment et collabore, je crois qu'il n'est pas du tout étonnant que les manifs de femmes en passe d'être violées finissent dans le trou sans fond, tandis qu'on s'échine à grouiller autour d'un truc bidon et sans intérêt, sans aucun sens, comme cette histoire de cote de popularité de X, Y, ou Z. Et je m'arrête là.

Biblio :
Abdallah Laroui : Islam et histoire, essai d'épistémologie Albin Michel 1999 ou Champs Flammarion. ISBN 9782080814524
Abdelmajid Charfi : La Pensée islamique, rupture et fidélité Albin Michel 2008. ISBN : 9782226182814
Abdelwahab Meddeb : Sortir de la malédiction (l'islam entre civilisation et barbarie) Seuil 2008. ISBN : 9782020961400
Et ça suffira comme ça. Mais ça vaut le coup d'être lu ! Que de bonnes heures de lectures juteuses qui vous réconcilient avec l'humain ; merci messieurs !
Merci pour cette article.

J'aurais cependant aimé quelques précisions quant au contenu de cette loi afghane. En effet, tandis que lémédias ont globalement tous centré leurs critiques de ladite loi autour de la légalisation du viol conjugal, vous citez Libération qui évoque d'autres articles liberticides, lesquels interdiraient aux femmes "d'aller seules chez le médecin, au travail ou de recevoir une formation". Sans que cette information paraisse étayée par d'autres sources. Deux questions me viennent donc à l'esprit:

1. Qu'en est-il du contenu de cette loi? Quels sont les articles posant problèmes: n'y a-t-il ""que"" le viol conjugal qui est légalisé ou y a-t-il d'autres articles tout aussi vomitifs? Libération es-il plus précis que les agences de presse?

2. La manifestation des femmes contre la loi critiquait-elle la légalisation du viol conjugal ou s'opposait-elle toute la loi telle que Libération l'a décrite? La nuance peut paraître absurde, mais je me demande si, pour des raisons de stratégie politique, les associations ayant organisé ladite manifestation ont concentré leurs attaques sur quelques articles de cette loi, ou sur toute cette loi...

3. Ladite manifestation anti-loi était-elle composée quasi-uniquement de femmes chiites ou comportait-elle d'autres communautés? Idem pour la manifestation adverse...

À propos de l'Afghanistan, et quoique ce soit quelque peu Hors Sujet, je me permets de recommander fortement aux @sinautes la bande dessinée Le photographe d'Emmanuel Guibert et Didier Lefèvre, au cours de laquelle (horresco referens) on apprend qu'à ses débuts au vingtième siècle la burqa avait favorisé une certaine émancipation de la femme afghane... La bédé s'intéresse à la guerre afghane contre les soviétiques
C'est avec émotion que je lis la nécessaire chronique de Gilles Klein .

Honte aux médias français qui , pour ne pas déplaire au calife minus 1er , jette un voile honteux sur la lutte courageuse de ces femmes , ces très jeunes femmes .

Celles qui sont photographiées , qui ont voulu être photographiées en toute connaissance de cause , ont une espèrance de vie réduite à néant .

Mais leur vie est déjà le néant , et elles nous appellent au secours , sachant quel poids nous pourrions avoir si nous arrêtions de laisser nos crétins au pouvoir jouer à la guéguerre .

Vie et mort des femmes afghanes , vie et mort des hommes afghans : lire Khaled Hosseini .
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.