100
Commentaires

Une interview de chien

C'est une interview, dans

Derniers commentaires

En tout cas la photo a du chien elle ...Godard encore un ennemi de l'intérieur ? Un de plus ou de moins ..Plus ont est de fous moins on a de riz (proverbe chinois) et hop encore un forum avec Le Pen : si on voulait le faire monter on ne s' y prendrai pas autrement même en passant par godard le chien...
"Ce qui est mieux que de faire semblant de ne rien faire" (JLG)
Qu'est-ce j'peux faire, j'sais pas quoi faire
"Moi, je fais toujours un rapport. Ensuite, est-ce que celui à qui il envoie la balle accepte, lui, de considérer cette balle comme un rapport ? De faire son rapport à lui ? Et de m'envoyer un autre rapport ?"

Il ne se prive pas, Godard, dans cet entretien, d'interpeller les journalistes sur leur incapacité à renvoyer la balle. à faire un rapport.

par exemple, on aurait pu entendre que oui, le fait que le FN actuel ait choisi ce nom, "front national", ce n'est pas qu'une synonymie, c'est un fait. Comme c'est un fait que le front national communiste des années quarante à choisi ce nom, qui avait été, dans les années trente, celui d'une organisation d'extrême droite. Et que c'est donc un fait que ce nom a circulé, d'une façon qui pourrait au moins poser question, entre le pc et l'extrême droite. Ce n'est qu'un exemple.

Ce qui est terrible dans cette chronique, et pas mal de commentaires, c'est le nombre de personnes qui passent sans hésiter de "je ne suis pas d'accord avec cette phrase" à "ce type est un vieux gâteux". Moi certaines affirmations de Godard, certaines prises de position (dans ses films comme dans ses interview) m'ont souvent fait bondir, et depuis longtemps. Parfois durablement, parfois passagèrement. Parce qu'après coup tu t'aperçois que tu avais isolé une idée, et qu'elle fait choc avec une autre, qu'elle fait sens. Qu'il faut "avoir tout son temps".
Je reste (dans cet article encore) toujours admirative de sa forme d'intelligence, de sa façon de faire "rapport" et "image". Il y a toujours du grain à moudre dans ses réflexions, toujours de quoi donner à penser — ce qui n'est pas donner à approuver.
Quand à ceux qui chient sur son cinéma parce qu'il leur reste hermétique, je ne peux que leur souhaiter de pouvoir, un jour, en saisir la beauté.

bon, bref. salut à TCHD.
Pas besoin d'aller chercher Jean-Luc Godard. Poujadas, le soir de l'élection a demandé à JF Copé de prendre Marine Le Pen dans son gouvernement...logique quand on fait la pub du FN pour les municipales pendant 40% du temps d'antenne. Seulement, à Bruxelles, maintenant la politique de la France c'est celle du FN. Et là, Silence, on tourne...la page. Trop tard, la France à Bruxelles, c'est 60% de députés FN. Bah, çà ne servait à rien de toute façon ces élections, elles n'intéressent pas les Français. Mystère médiatique et, là pas besoin d'arrêter l'image, elle est fixe depuis les élections.
Tiens, un petit troll pour détendre l'atmosphère.
Le sujet alarmant, c'est l'absence total de recul et de moindre souci de compréhension de la majorité des journalistes, chroniqueurs, sans parler des forumeurs qui se précipitent sur des bouts de phrases en le retweetant pour vouer définitivement son auteur aux gémonies ...

Il faudrait créer un site de décryptage des médias pour inciter les gens à aller un peu plus loin qu'un message tweeter ou d'un fragment d'une interview au Monde ...

Alors qu'il suffit de se référer à l'interview qu'il a accordé à Patick Cohen pour comprendre qu'il ne s'agit pas vraiment d'un soutien au Front National. (Tiens, il ne fait pas partie de la liste des cerveaux malades ? Bizarre.)

Extrait: ( vers la minute 102' )

«Je suis pour les frontières et contre les douaniers» «Les frontières sont faites pour passer.»
«Il y a des gens qui sont comme ça, qui parlent telle langue ../.. Grace aux frontières, ils peuvent communiquer. »
L'Europe ? «Ils ont fait une monnaie commune avant de faire une culture commune ../.. ça ne peut pas marcher »
« Il vaut mieux que ça aille mal, au bout d'un moment parce que le mal vous dit quelque chose. Le mal, c’est notre allié pour vivre bien. Si vous allez mal, on va chez le docteur, si vous n'avez pas mal, vous n'y allez pas. Si c’est ce qu’on veut, il n’y a pas besoin de faire semblant. Autant mettre Marine Le Pen à la présidence de la République. On regarde pendant cinq ans ce qui se passe et puis après on la vire. »

Comment peut-on prendre au premier degré ses propos dans le Monde ?

Internet rend-t-il bête ?
Une mise au point intéressante d'Olivier Séguret dans Libé :

La langue de Godard s’est toujours exprimé dans une verve de fomentateur, qui excite les plaies et fait chier le monde. Mais les phénomènes d’accélération hystérique produits par la jungle médiatique moderne semblent rendre impossibles aujourd’hui l’écoute de la voix qui porte ces mots. Les sortes de joutes que Godard a toujours cherché laissent place à un hallali, pour ne pas dire aux dégueulis. Twitter, de ce point de vue, est devenu une incroyable plateforme pour les prises de position à deux balles sur un ton de rombière suffoquée. On ne lit pas l’entretien, on en retweete les échos. On ne réfléchit pas à ce que peut signifier la pittoresque proposition d’une Le Pen Premier ministre dans la bouche de monsieur Pierrot le fou, on surjoue l’apoplexie réflexe et indignée.

Article d'Olivier Séguret
On l'avait oublié. De Festival en articles de presse puis en chronique, le voilà revenu. On n'est pas déçu, c'est bien celui qu'on avait eu mille fois raison d'oublier.
Il est à noter, et je le note, que le dernier vainqueur de concours Lépine ainsi que le sulfureux et néanmoins rougeâtre arrivé premier à la fête des Choucoutres après avoir avalé ses deux kilos de choux...n'aient pu, osé, eu le loisir de, parler comme il se doit du F.N.

Lors des étrennes du facteur, j'essaierai d'entamer cette discussion aussi essentielle qu'existentielle.
Jean-Luc Godard est le cinéaste préféré des projectionnistes. Si tu te gourres dans l'ordre des bobines, personne s'en aperçoit.
« N’en déplaise aux quelques belles dames emperlousées qui s’en viennent parfois, yeux révulsés et les orteils en vilebrequin, me confier brutalement que Jean-Luc Godard, Zarathoustra du mégaphone, leur procure, sans suite fâcheuse, les joies identifiables de la conception, je n’ai pas encore trouvé chez cet auteur, au timbre ferme, l’équivalent de l’éclair fugitif d’intelligence qu’on remarque dans certains états comateux au soixantième jour de sérum. »

Extrait d'un article de Robert Benayoun paru dans Positif n° 73, Février 1966, à propos de Pierrot le fou.
Depuis ma ville de France, je souhaite vivement que le populiste extrême-droitier Christoph Blocher, dont le parti est déjà majoritaire au Parlement suisse, devienne le prochain Président de la Confédération.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Synonymie ?

Homonymie ?
En 68, Godard était "le plus con des Suisses prochinois".
46 ans plus tard, il est indéniablement plus con que sinophile.
Merci Daniel pour cette mise au point sur les deux "Front National" et sur cette terrible homonymie !

je ne me souviens plus du proverbe qui disait en gros d'un mensonge qu'on propage : les imbéciles y croiront et les salauds feront semblant d'y croire...
Je classe désormais ce vieillard gâteux dans la catégorie des salauds !
"se demandant comment la titrer"

Le bon titre c'est vous qui l'avez.
C'est un peu facile de se moquer des vieux gâteux. Mais des phrases comme ça "Pour que ça bouge un peu. Pour qu'on fasse semblant de bouger, si on ne bouge pas vraiment. Ce qui est mieux que de faire semblant de ne rien faire (rires).", j'en ai entendu quand même pas mal, et pas que par des vieux gâteux. Et c'est ça qui devrait inquiéter.
En regardant Bande à Part hier soir, je me demandais si Godard était un imposteur.

J'ai vu 4 Godard et je déplore 3 navets : Éloge de l'Amour, Le Mépris (du spectateur ?), Bande à Part.
À Bout de Souffle relève un peu le niveau.

Mais tout ceci est sans doute subjectif…
Merci pour les "couches"...je n'en porte pas malgré mon grand âge. Maintenant que Godard a atteint l'âge du sépulcre, paix à ses débris d'âme. Je l'ai lâché il y a bien longtemps, quand il approuvait l'invasion de la Tchécoslovaquie par les panzers de Brejnev. C'était le bel été de 1968. Depuis, je n'ai plus rien trouvé chez lui d'intéressant. Cet idiot de Suisse, un jour, devant moi, a traité Karmitz de "petit juif roumain" parce qu'il lui refusait un dépassement. Etait-ce une provocation ? une farce ? une fulgurance ? Laissons-le à ses pitreries.
Si j'étais à la place de Marine Le Pen ( Dieu m'en préserve ! ), j'y regarderais à deux fois avant de me prévaloir de ce soutien inattendu. Si j'étais journaliste ( Dieu m'en préserve itou ), je m'abstiendrais d'en faire un buzz avec ces propos sans discernement. Si j'étais chroniqueur média ( rrrrr zzzzz ), je tenterais de prendre en peu de recul. Et si j'étais forumeur ( @&€#**||~ !!! ), j'attendrais un peu avant d'en conclure au gâtisme présumé de son auteur.
Comme quoi même Saint Godard peut penser comme un beauf inculte et concon.

Parce que c'est sûr qu'avec Marine, ça bougerait, hein. Angela ferait dans ses dessous, Bruxelles s'enfermerait dans les cagoinsses, les banques auraient les fesses qui font bravo, les pauvres deviendraient riches, les loyers baisseraient les salaires monteraient les impôts disparaîtraient.

http://www.youtube.com/watch?v=FiaXB9MPrJc
Qu’avez-vous les uns et les autres à vous énerver devant les mots de Godard, il ne fait que dire ce que nous pouvons tous constate, une certaine apathie, bien que des mouvement sociaux ces deux trois derniers jours la contredisent, alors que les restrictions pleuvent comme à Gravelotte, et que la Marine, ayant la dynamique pour elle, est sinon, la présidente, la première ministre légitime car la seule être investie d’une puissance agissante dans l’esprit d’une large part de l’électorat, laquelle ne fait qu’augmenter au fil des scrutins, même si par contre coup, une autre part se réfugie dans l’abstention, ce qui au passage prouve la dite dynamique en sa faveur. Bref, Godard, par son sens du montage cinématographique en une phrase ou deux nous balance l’image du réel dans lequel nous sommes. Du moins m’est avis.
La qualité des couches à vieux laisse de plus en plus à désirer
Claude Chabrol aimait beaucoup le Pen, qu'il considérait comme un farceur.
Ce que je trouve important, c'est la censure exercée par France Inter lors de l'interview de Godard par "le grand Pat'Cohen"... montrant ainsi que la bienpensance peut être contre-productive...
J'ai raté une grande partie des "fulgurances" de Godard sur F. Inter, je raterai celle du Monde.
Mais il a le droit de penser ce qu'il veut. Quant à Marine ou Valls en P.M. ? Quel pouvoir ont-ils ? (à part celui de nuisance).
En parlant d'animaux, mon chat me demandait hier soir pourquoi Hollande était encore président, lui qui avait dit avant d'être élu que suite à un désaveu des urnes, il convenait de démissionner.

On devrait écouter plus les animaux, ils ont de bonnes questions.
Vous savez, DS, mon père qui doit être un peu plus jeune que Godard prend bien ma mère pour sa mère.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.