100
Commentaires

Un micro-trottoir de première nécessité

Commentaires préférés des abonnés

Micro-président , Micro-gouvernement, micro-journalistes...


Tout est petit dans les macro- événements, dans les macro-crises....


( et même , d'une façon générale).


Micro-macron !

Ajoutons à cela le "Coronathon" d'hier soir, sur France 2

Alors que FTV est quasi à l'arrêt (un seul cadreur planifié par jour, un autre de secours en "SSA- Service Sans Affectation : présence à domicile mais si besoin nous pourrions vous appeler(...)

La TV est un bon indicateur de notre vacuité.


Déjà pourquoi le journaliste qui veut nous parler du gouvernement se croit il obligé de s’installer devant Matignon ? Et s'il s’agit d’une crue, les deux pieds dans l’eau, si possible jusqu’aux cuisses ? D(...)

Derniers commentaires

Et là , les caméras du popu seulement : Sale raton !

Bonjour, Lucien Sève ça  vous dit quelque chose ?

Un débat de fond (de culotte) au gouvernement :

 (dans le palmipède du jour)

 


Un micro-trottoir qui va manquer à F2 mais qui a été diffusé par Liberation, en direct de Mulhouse : la rage d'un médecin psychiatre de l'hopital de Mulhouse :

Un psychologue          de l'hôpital de Mulhouse crie sa révolte contre ceux qui ont          détruit le système de santé au nom des restrictions          budgétaires. Une fois la pandémie passée, ceux-là mêmes          rendront des comptes.

        

  • J'ai la rage

                  

Tribune. Je suis en colère et            j’ai la rage, quand ils défilent dans les médias, montrent            leur trogne à la télévision, font entendre leur voix            parfaitement maîtrisée à la radio, livrent leur discours            dans les journaux. Toujours pour nous parler d’une situation            dont ils sont un facteur aggravant, toujours pour pérorer            sur la citoyenneté, sur le risque de récession, sur les            responsabilités des habitants, des adversaires politiques,            des étrangers… Jamais pour nous présenter leurs excuses,            implorer notre pardon, alors même qu’ils sont en partie            responsables de ce que nous vivons.

          

Je suis en colère et j’ai la rage, car en tant que            psychologue dans l’hôpital le plus touché, celui de            Mulhouse, je vois toute la journée des dizaines de personnes            arriver en urgence dans nos locaux, et je sais que pour une            bonne partie d’entre elles, elles n’en ressortiront pas            vivantes, souriantes, insouciantes, comme ce pouvait être le            cas il y a encore deux semaines.

          

Je suis en colère et j’ai la rage, car je sais que ces            personnes, ces êtres vivants, ces frères et sœurs, pères et            mères, fils et filles, grands-pères et grands-mères,            mourront seules dans un service dépassé, malgré les            courageux efforts des soignants ; seules, sans le regard ou            la main de ceux et celles qui les aiment, et qu’ils aiment.

          

Je suis en colère et j’ai la rage, devant cette situation            folle qui veut que nous laissions nos aînés, nos anciens,            ceux et celles qui ont permis que notre présent ne soit pas            un enfer, ceux et celles qui détiennent un savoir et une            sagesse que nul autre n’a ; que nous les laissions donc            mourir par grappes dans des maisons qui n’ont de retraite            que le nom, faute de pouvoir sauver tout le monde,            disent-ils.

          

Le deuil impossible des familles

          

Je suis en colère et j’ai la rage, en pensant à toutes ces            familles qui vivront avec la terrible douleur d’un deuil            impossible, d’un adieu impossible, d’une justice impossible.            Ces familles auxquelles on ne donne pas accès à leur proche,            ces familles qui appellent sans cesse les services pour            avoir des nouvelles, et auxquelles aucun soignant ne peut            répondre, trop occupé à tenter une intervention de la            dernière chance. Ces familles qui sont ou pourraient être la            nôtre…

          

Je suis en colère et j’ai la rage, quand je vois mes            collègues soignants se battre, tous les jours, toutes les            minutes, pour tenter d’apporter de l’aide à toutes les            personnes qui se retrouvent en détresse respiratoire, y            perdre une énergie folle, mais y retourner, tous les jours,            toutes les minutes. Je suis en colère et j’ai la rage,            devant les conditions de travail de mes collègues            brancardiers, ASH, secrétaires, aides-soignants, infirmiers,            médecins, psychologues, assistants sociaux, kinés,            ergothérapeutes, cadres, psychomotriciens, éducateurs,            logisticiens, professionnels de la sécurité… car nous            manquons de tout, et pourtant, il faut aller au charbon.

          

Je suis en colère et j’ai la rage, car, lorsque je me rends            à mon travail, et lorsque j’en pars, je croise en quelques            minutes trois ou quatre véhicules d’urgence, transportant            une personne pleine de l’espoir d’être sauvée… Comment ne            pas avoir confiance dans nos hôpitaux ? Ils sont à la            pointe, ils sont parfaitement en état de fonctionner, de            protéger, de guérir… et pourtant, combien de ces ambulances            mènent leur passager vers leur dernier lieu ? Combien de ces            patients refranchiront la porte sains et saufs ?

          

Je suis en colère et j’ai la rage, car cela fait des années            que nous crions notre inquiétude, notre incompréhension,            notre dégoût, notre mécontentement, devant les politiques de            santé menées par les différents gouvernements, qui ont pensé            que l’hôpital était une entreprise comme une autre, que la            santé pouvait être un bien spéculatif, que l’économie devait            l’emporter sur le soin, que nos vies avaient une valeur            marchande.

          

Je suis en colère et j’ai la rage quand je constate que nos            services d’urgences demandent de l’aide depuis si longtemps,            quand je pense que les personnes qui arrivent avec le Samu            posent leur regard (souvent le dernier sur l’extérieur) sur            ces banderoles disant «URGENCES EN GRÈVE», qu’elles se            trouvent face à des médecins traitants à la retraite du fait            du départ des urgentistes, ces spécialistes de l’urgence qui            seraient tant nécessaires en ces jours sombres…

          

De l’exploitation des étudiants infirmiers

          

Je suis en colère et j’ai la rage devant la manière dont on            exploite nos étudiants en soins infirmiers ou            aides-soignants, qui se retrouvent à faire des travaux d’une            dureté que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi, qui, a            à peine 20 ans, doivent mettre les corps de nos morts dans            des sacs mortuaires, sans préparation, sans soutien, sans            qu’ils et elles aient pu se dire volontaires. Pourquoi            demander ? Cela fait partie de leur formation, voyons ! Et            ils devraient s’estimer heureux, ils reçoivent une            gratification de quelques centaines d’euros, vu qu’ils            interviennent en tant que stagiaires.

          

Je suis en colère et j’ai la rage, car la situation            actuelle est le fruit de ces politiques, de ces fermetures            de lits comme ils aiment le dire, oubliant que sur ces lits,            il y avait des humains qui en avaient besoin, de ces putains            de lits ! De ces suppressions de postes, parce qu’un            infirmier, c’est cher, ça prend de la place sur le budget            prévisionnel ; de ces externalisations de tous les métiers            du soin, puisqu’un ASH en moins dans les chiffres du nombre            de fonctionnaires, c’est toujours un fonctionnaire en moins            dont ils peuvent s’enorgueillir.

          

Je suis en colère et j’ai la rage, car celles et ceux qui            sont au boulot tous les jours, malgré la peur ancrée au            ventre, peur d’être infecté, peur de transmettre le virus            aux proches, peur de le refiler aux autres patients, peur de            voir un collègue sur le lit de la chambre 10 ; celles-ci et            ceux-là se sont fait cracher dessus pendant des années dans            les discours politiques, se sont retrouvés privés de leur            dignité lorsqu’on leur demandait d’enchaîner à deux            professionnels tous les soins d’un service en quelques            minutes, bousculés dans leur éthique et leur déontologie            professionnelle par les demandes contradictoires et folles            de l’administration. Et aujourd’hui, ce sont ces personnes            qui prennent leur voiture, leur vélo, leurs pieds, tous les            jours pour travailler malgré le risque continu d’être            frappées par le virus, alors que ceux qui les ont malmenés            sont tranquillement installés chez eux ou dans leur            appartement de fonction.

          

Je suis en colère et j’ai la rage, parce qu’aujourd’hui,            mon hôpital fait face à une crise sans précédent, tandis que            celles et ceux qui l’ont vidé de ses forces sont loin. Parce            que mon hôpital a été pris pour un putain de tremplin pour            des directeurs aussi éphémères qu’incompétents qui ne            visaient que la direction d’un CHU et qui sont passés par            Mulhouse histoire de prouver qu’ils savaient mener une            politique d’austérité bête et méchante… Parce que mon            hôpital a été la cible d’injonctions insensées au nom d’une            obscure certification, pour laquelle il semblait bien plus            important de montrer une traçabilité sans faille plutôt            qu’une qualité de soin humain.

          

Parce qu’en gros, mon hôpital ne fut rien de plus qu’un            cobaye pour des administrateurs dont seule            l’autovalorisation égoïste avait de l’importance. Parce            qu’au-delà de mon hôpital, ce sont les personnes qui y sont            accueillies qui ont été considérées comme des valeurs            négligeables, des chiffres parmi d’autres, des variables sur            la ligne recettes/dépenses. Parce que dans l’esprit bêtement            comptable de la direction générale de l’organisation des            soins, patients et soignants sont tous dans le même panier            d’un lean management des            plus écœurants…

          

Les premiers de cordée et leur respirateur

          

Je suis en colère et j’ai la rage, quand je me souviens des            premiers de cordée censés tenir notre pays, censés être le            fer de lance de notre pays, censés nous amener, nous,            petites gens, vers des sommets ; et que ce sont ces petites            gens, ces caissières de supermarché, ces éboueurs dans nos            rues, ces ASH dans nos hôpitaux, ces agriculteurs dans les            champs, ces manutentionnaires amazone, ces routiers dans            leurs camions, ces secrétaires à l’accueil des institutions,            et bien d’autres, qui permettent aux habitants de continuer            de vivre, de se nourrir, de s’informer, d’éviter d’autres            épidémies… Pendant que les premiers de cordée lorgnent leur            respirateur artificiel personnel, le prospectus de la            clinique hi-tech dernier cri qui les sauvera au cas où,            regardent les fluctuations de la Bourse comme d’autres            comptent les cadavres dans leur service.

          

Je suis en colère et j’ai la rage envers ces hommes et ces            femmes politiques qui n’ont eu de cesse de détruire notre            système social et de santé, qui n’ont eu de cesse de nous            expliquer qu’il fallait faire un effort collectif pour            atteindre le sacro-saint équilibre budgétaire (à quel            prix ?) ; que «les métiers du soin, c’est              du sacrifice, de la vocation»… Ces politiques qui            aujourd’hui osent nous dire que ce n’est pas le temps des            récriminations et des accusations, mais celui de l’union            sacrée et de l’apaisement… Sérieux ? Vous croyez vraiment            que nous allons oublier qui nous a mis dans cette            situation ? Que nous allons oublier qui a vidé les stocks de            masques, de tests, de lunettes de sécurité, de solutions            hydroalcooliques, de surchaussures, de blouses, de gants, de            charlottes, de respirateurs (de putain de respirateurs            tellement primordiaux aujourd’hui) ? Que nous allons oublier            qui nous a dit de ne pas nous inquiéter, que ce n’était            qu’une grippe, que ça ne passerait jamais en France, qu’il            ne servait à rien de se protéger, que même pour les            professionnels, les masques, c’était too              much ?

          

Que nous allons oublier l’indifférence et le mépris pour ce            qui se passait chez nos sœurs et nos frères chinois, chez            nos sœurs et nos frères iraniens, chez nos sœurs et nos            frères italiens, et ce qui se passera sous peu chez nos            sœurs et nos frères du continent africain et chez nos sœurs            et nos frères latino-américains ? Nous n’oublierons pas !            Tenez-le-vous pour dit…

          

Je suis en colère et j’ai la rage, car je vis depuis une            semaine avec cette satanée boule dans la gorge, cette envie            de me prostrer, de pleurer toutes les larmes de mon corps,            quand j’écoute la détresse et la souffrance de mes            collègues, quand ils et elles me parlent du fait de ne pas            pouvoir embrasser leurs enfants parce que personne ne peut            être sûr de ne pas ramener le virus, lorsque s’expriment les            moments de craquage dans la voiture avant et après la            journée de travail, quand je pense aux ravages à venir,            psychiquement parlant, lorsque tout ça sera derrière nous,            et qu’il y aura le temps de penser…

          

Je suis en colère et j’ai la rage, mais surtout un            désespoir profond, une tristesse infinie…

          

Je suis en colère et j’ai la rage, et je ne peux pas les            laisser sortir pour le moment. Elles se tapissent au fond de            mon âme, me consumant à petit feu. Mais sous peu, une fois            que ce sera calme, je les laisserai jaillir, cette colère et            cette rage, comme tous ceux et toutes celles qui les ont            enfouies. Et croyez-moi, ce moment viendra. Elles            flamberont, et nous exigerons justice, nous demanderons des            comptes à tous ceux qui nous ont conduits dans ce mur            terrible. Sans violence. A quoi bon ? Non, avec une humanité            et une sagesse dont ils sont dépourvus. Entendez-vous cette            petite musique ? Celle qui se murmure tout bas mais qui            monte en puissance ? Ce refrain des Fugees : «Ready              or not, here I come ! You can hide ! Gonna find you and              take it slowly !» Nous arrivons…

          Claude                Baniam psychologue à l'hôpital de Mulhouse

Comme j'aimerais, parfois, que vous ne soyez pas si prophétique, Daniel. A bons entendeurs... 

Depuis le début ça m'horripile ces bataillons de journalistes inutiles se déversant dans les rues vides pour ramener une information tout aussi vide !!!

État d'urgence sanitaire :


Il est urgent de retourner au XIXè siècle ... 


En attendant le STO ?

Comme il n'est plus possible de défiler le poing levé, je pose un point Godwin, désolé.

Il est pas futé l'envoyé spécial posté devant l'Elysée, moi j'ai récupéré des images de Macron avec son staff... 


https://www.facebook.com/yves.lebaccon.7/videos/10219507861560447/

"Déjà toxiques pour le téléspectateur en temps ordinaire, les micro-trottoirs -outre qu'ils volent du temps d'antenne aux enquêtes qui seraient nécessaires, sur la pénurie de masques ou l'hécatombe des EHPAD- mettent aujourd'hui en danger les journalistes qui y sont assignés."


Très drôle et très juste

Micro-trottoirs à Buckingham et Maison Blanche :


Le Prince Charles contaminé. Mais il n'aurait pas contaminé la Reine car il n'aurait pu être contagieux qu'à partir du 13 mars et il n'a rencontré sa royale mère que le 12. 

Et vous savez les dangers que représente cette manie des embrassades et accolades de la famille royale


Aux USA aussi, les relations familiales sont pleines de risques : Trump hésite quand on lui demande si sa femme a subi un test

Ajoutons à cela le "Coronathon" d'hier soir, sur France 2

Alors que FTV est quasi à l'arrêt (un seul cadreur planifié par jour, un autre de secours en "SSA- Service Sans Affectation : présence à domicile mais si besoin nous pourrions vous appeler pour l’activité"), et que sa direction se pare de toutes les vertus en interne, le grand show bonne conscience d'hier soir a été délocalisé sur le plateau de Michel Drucker (bien confiné, lui, dans l'une de ses trois villas illégales des Alpilles). Grâce, là encore, aux intermittents soumis au chantage à l'emploi de par leur précarité. Et dans des conditions innacceptables :


- La majorité du personnel ne connaît ni les lieux ni le matérie

- Amplitude horaire énorme pour certains techniciens : 9 heures / minui

- Masque obligatoire, mais un seul par personne pour toute la "journée".

- Ergonomie du masque le rendant inopérant dans certaines situations (passages de câbles...

- Une seule paire de gant

- Aucune lingette désinfectante.

- Casques, oreillettes, micros... rien n'est désinfecté.

- Personnel réduit à son maximum : de moitié pour la plupart des fonctions, au mépris des règles de sécurité (port de charges lourdes...).

- Coupure repas : plateaux-repas distribués, consommés "chacun pour soi", chacun dans son coin... du plateau.

- Un car régie extérieur a été aménagé à l'usage unique du producteur.

- "Distanciation sociale" quasiment impossible à respectée compte tenu du dispositif... 


Michel Cymès devait animer cette émission. Il s'est décommander.


Pour ne pas avoir à répondre à la question de la pertinence de fabriquer cette émission ?


Bien à vous.

La TV est un bon indicateur de notre vacuité.


Déjà pourquoi le journaliste qui veut nous parler du gouvernement se croit il obligé de s’installer devant Matignon ? Et s'il s’agit d’une crue, les deux pieds dans l’eau, si possible jusqu’aux cuisses ? De peur qu’on ne le croie pas ?


Vacuité illustrée par les pubs entrecoupant les reportages au retour du front : Cf. l’incontournable « Comme j’aime ». Sûr que par les temps qui courent, il est essentiel qu’on sache qu’Henri Leconte a perdu 2 kg


Vacuité enfin des interminables débats, d’un creux abyssal, sur la crise sanitaire, spécialité, entre autres, de LCI. Si, comme on nous le promet, ça risque de durer 2 ou 3 mois, comment vont-ils tenir à ce rythme ? Comme dans une guerre « pour de vrai », en suivant les avancées et résistances de « l’ennemi » : l’Ehpad de Quingey est en recul avcs 5 nouveaux cas ou « Mulhouse ! On ne passe pas » ?  

   

Les optimistes croient qu’il va y avoir une prise de conscience de nos impasses collectives, et annoncent un monde nouveau, plus juste, plus égalitaire, plus écolo. Je regardais hier soir une émission sur la guerre de 14, « La Grande ! ». Ils disaient exactement la même chose. Création de la SDN, une ère de paix, « La der des der ». On connait la suite. Pourtant « leur guerre » valait bien la nôtre ?


Peut on rire quand même ? La différence entre pessimisme et optimisme: Les optimistes disent que dans 10 ans on mangera de la merde. Les pessimistes, de leur côté, disent qu’il n’y en aura pas pour tout le monde. J’ai bien peur d’être pessimiste…

Un de mes voisins, un jeune chômeur de 20 ans sans aucun revenu, a écopé d'une amende de 135 euros.  Il a été contrôlé par les gendarmes  alors qu'il s'en revenait (à pied, évidemment, il n'a pas de voiture) du supermarché.  Les flics ont décidé que les marchandises contenues dans son sac n'étaient pas "de première nécessité".  Authentique !

Voici un micro - phone de cave niveaux:



En suppositoire, il peut servir contre la gastro Rance deux.


NB Le Coke était surtout employé contre la déshydratation faute de noix de coco.

Salut les @signés à résidence !

C’est encore moi... Sibeth !


Oui, je vous le confie, c’est pas de moi. C’est encore une blague de Casta…


J’espère que vous allez bien et que vous êtes prêts pour votre deuxième semaine.

Hou la la… Je ne sais pas pour vous, mais j’ai pas vu passé la première. Faut dire que tout va si vite… je traverse Paris en même pas cinq minutes, j’ai plus le temps de relire mes fiches, d’autant que Vladi, mon chauffeur c’est un grand bavard…


Mais bon, c’est pas le sujet. Voici quelque petites nouvelles du Boss, telles que vient de me les faxer Bribri :

Température corporelle 32.27 ; la pression systolique est de 12 ; la diastolique de  7 ; les urines son claires et les selles ont un fumet de cannelle avec une petite, toute petite, odeur de maroilles (sic).


Quant à son humeur… Pour aujourd’hui, je ne sais pas encore, mais hier il était pas vraiment… comment vous dire… Non, joker ! Devoir de réserve oblige.

Faut dire que sa nuit n’avait pas été folichonne. Il s’était couché bien décidé à lire un bouquin sur la théorie du chaos de René Thom… C’est Bribri qui m’a raconté.

« J’arrêtais pas de lui dire de dormir. C’est un excellent philosophe, un parfait orateur… mais il a toujours été nul en maths… ».


Je confirme. Il confond Thalès avec Pythagore et la ligne droite avec une sinusoïde… Quand j’ai dit ça un jour à Castaner il m’a répondu « et il croit que les nombre entiers ont été inventés par un martiniquais ». J’ai pas compris sur le coup, mais le lendemain en prenant mon petit dej, j’ai failli m’étouffer avec mon bol de boulgour aux fruits rouges. Ha ce Casta ! Je l’adore…


« Il arrêtait pas de répéter, a poursuivi Bribri, je ne lâcherai rien, je ne lâcherai rien… Il a quand même appelé Cédric à 2 heures du matin. Et Heureusement d’ailleurs… Cédric, c’est un zéro en politique, mais pour les maths, y a pas meilleur pédagogue !… Je l’ai vu un jour expliquer les équations bicarrées à un enfant de dix ans ! Et le gamin suivait tout… On devrait créer la médaille Chantal Goya rien que pour Cédric ! Bref, à six heures Manu avait tout compris du chaos et il s’est enfin laissé couler dans les bras de Morphée ».


Manu, il est vraiment très fort. Même pour les maths il sait faire illusion !

Tenez, pas plus tard qu’hier soir, quand, je ne sais plus à quel propos, il s’est mis à disserter sur les nombres complexes.

« C’est très simple ! Nous a-t-il expliqué, comme le jour où il a fait la leçon à soixante universitaires, un nombre complexe… c’est un nombre qui a une partie réelle… et en même temps… une partie imaginaire ».

Houa ! Les bras m'en sont tombés... Casta s’est penché à mon oreille ; et il m’a chuchoté : « c‘est comme les stats de Véran ! »… J’ai éclaté dans mon coude…


Bon, c’est pas tout. Je ne suis pas Pénélope Fifi… faut que je retourne au charbon.

Je dois répondre aux questions des journalistes dans une heure. Y en a un qui m’a faxé une question très très très complexe… Alors vous comprenez, il faut que je potasse...  la partie imaginaire de ma réponse.


Télébisous à toutes et à tous.

@+

ah zut j'ai pas compris le coup des nombres entiers...

Indice :  prononcez lentement et à haute voix :-)

Oups ! j'ai faillis donner une fausse joie à certains d'entre vous, hi hi hi : la température est de 37.27 ! (S.D.)

mdrrrr


Vous l'aviez refroidi ! Ce doit être un nouveau genre de lapsus ça...  ;-)

Moi non plus, je l'avoue, la blague de Castagnette, je ne la comprends pas!.... (???) Peut-être demain, au réveil?.... ;)

En tout cas, bravo Tony pour ce petit moment épistolaire bien agréable, ça fait du bien par les temps qui courent... :)

Les nombres entiers… les nombres antillais. Dites-le vite : entiers antillais…

C'était tellement évident!... Suis-je bête! :( Merci pour votre aide... :)

Merci ! En même temps avec nos cheveux qui poussent il va nous en falloir de la capillotraction...

Merci. Faut bien s'occuper et se défouler...

Excellent ! ^^

Afin de libérer de la bande passante et ne pas surcharger le réseau, je ne regarde pas la télé depuis la fin de la décennie précédente sauf très rares exceptions


et donc les micro-trottoirs ne parviennent pas jusqu'à moi


Je vois que désormais ce sont les gendarmes qui sont chargés de faire de la pédagogie

Décidément, de quoi je me mêle


Mon énervement du matin : je rempli la nouvelle autorisation de sortie pour une personne dans l'incapacité de le faire et voilà que je découvre qu'on veut désormais savoir dans quel lieu est né le demandeur (en plus des renseignements que l'on demandait dans la version précédente). 

C'est vraiment prendre les gens d'avance pour des tricheurs, des resquilleurs, des forgeurs de fausse déclaration

En quoi le lieu de naissance peut-il intéresser la maréchaussée pour les contrôles !!!!

Un micro-trottoir de première nécessité me fait penser aux chalets de nécessité....


( la même consistance , la même profondeur )

Bravo pour cette chronique.

France 2, sans intérêts. Quels commentaires sur les déclamations de M.Lepen sur RT...?

Dans la médiocrité ambiante de France2, merci de noter qu'il y en a un au moins qui fait son taff et, depuis le début de cette crise, alerte, avertit et surtout informe, c'est François Bedonnet, un des premiers à avoir tiré la sonnette d'alarme concernant la situation des EHPAD (sur twitter) , mais qui malheureusement est de moins en moins présent à l'antenne.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ben oui faudrait un décret listant les produits de première nécéssité ça serait vraiment rigolo. lors de mon passage au super marché il a une semaine (une longue queue d'une demi-heure avec un cadi d'espace entre les pékins, cette demi heure on peut la décompter de son temps d'abscence sans se prendre le pv ?) j'ai acheté un bouquin (un polar, épidémie, glaçant) c'était de première nécessité ? Et dus jus d'orange ? C'est mieux que des coca ?

C'est quoi un JRI?

Micro-président , Micro-gouvernement, micro-journalistes...


Tout est petit dans les macro- événements, dans les macro-crises....


( et même , d'une façon générale).


Micro-macron !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.