71
Commentaires

Un journal suédois accuse l'armée israélienne d'avoir vendu des organes de Palestiniens

”Våra söner plundras på sina organ” (Ils prennent les organes de nos enfants) : c'est le titre d'un article publié la semaine dernière, lundi 17 août dans le quotidien tabloïd social-démocrate suédois Aftonbladet qui évoque, sans preuve, des accusations portées par des Palestiniens contre l'armée israélienne, qu'ils soupçonnent de trafic d'organe. L'affaire provoque une crise entre la Suède et Israël.

Derniers commentaires

Dans la religion juive, le don d'organes pose apparemment un problème :

Source : Israël magazine aout 2009

Un autre lien ici... En 1997, Israël se vit suspendu pendant plusieurs mois de la banque d'organes internationale parce qu'il fût constaté que ce pays ne faisait que recevoir des organes sans en donner un seul.

Ceci explique peut-être cela...

Mais je me rappelle aussi cette histoire, pour redonner un peu d'espoir dans les êtres humains...

Le coeur d'Ahmed pour un enfant israélien...

Comme quoi, la barbarie n'est pas universelle.
sur www. gnet.tn

" La TV israélienne confirme le vol d’organes des Palestiniens Version imprimable Suggérer par mail
Publié le dimanche 20 décembre 2009 à 15:58
Page 1 sur 2
arabnews.ca - La télévision israélienne a confirmé la véracité de l’article paru sur le journal suédois « Aftonbladet », sur le vol d’organes des Palestiniens tués à l’issue d’accrochages avec l’armée israélienne, pour les greffer sur les corps des soldats israéliens blessés.

Des organes comme la cornée, les muscles, et la peau du dos ont été prélevés sur des Palestiniens sans l’accord de leurs familles.

Bien que des médecins légistes israéliens aient récusé le trafic d’organes, une vidéo tournée par Jehuda Hiss, responsable de médecine légale, dévoilée après dix ans, montre la manière selon laquelle les organes ont été prélevés sur des corps des Palestiniens et ce qui se passait dans les salles obscures d’autopsie.
Depuis les années 80 jusqu’en 2000, où Hiss était responsable audit institut et supervisait alors toutes les opérations, des organes étaient prélevés sur des Palestiniens pour qu’ils soient greffés sur les corps des malades israéliens.

Selon la loi israélienne, il est interdit de prélever des organes sur des morts sans l’accord de leurs familles, mais les médecins légistes israéliens autopsiaient les corps et prélevaient des organes, de leur propre chef sans en informer les familles. (…). Les plaintes des familles ont commencé, selon la télévision israélienne, dans les années 90. Mais Jehuda Hiss, qui ne pensait pas que la vidéo qu’il a filmée allait tomber entre les mains de la presse avant sa mort, a toujours nié le vol d’organes.
Le ministère de la santé israélienne a affirmé, en réaction à cette vidéo, que tout ce qui a été fait, l’était conformément à la loi."
les juifs se sont fait gazer, les israéliens se sont fait gaza
Cela rappelle beaucoup les accusations de crime rituel du Moyen-Age toute cette affaire.Une haine irrationnelle à base religieuse sous-jacente.
Faudrait juste qu'israel arrete de se cacher derrière l'antisémitisme pour noyer le poisson. Au lieu de répondre, ils nous ressortent toujours la meme rengaine. En fait, si un israelien est pris la main dans le sac et qu'on le lui fait remarquer on est antisémite ! En revanche lorsque cet état raciste, lui il a le droit, bombarde des civils, c'est pas grave, car hitler justifie tout et tout est permis. Voila l'ignoble propagande que l'on subit quotidiennement !

SYLVIE
Voilà typiquement l'exemple de ce qu'il ne faut jamais faire en matière de journalisme : ne jamais rien publier sans preuves, des vraies. La déontologie des journalistes est tout à fait comparable à celle des flics sur ce point. Si le journal a publié cette histoire dans l'espoir qu'une enquête soit ouverte sur le comportement de l'armée israélienne, c'est raté. Personne, à part quelques complotistes compulsifs, ne va croire ces horreurs, pas tant qu'elle ne seront pas corroborées par une enquête sérieuse faite par des gens au dessus de tout soupçon.

Pour l'instant, ce journal me paraît être comme la grande majorité de ses confrères partout dans le monde : près à tout pour vendre ses éditions.

Il faudrait mettre le "e" là où il manque : Le Jerusalem Post du 20 aout publie un page expliquant que "l'article ...
Aucun souci : Tsahal étudie des moyens pour buter un maximum de Palestiniens en prenant le moins de risque possible : LA PREUVE ICI

***
Cher JREM vous m'accusez d'amalgame, certes, alors autant essayer de ne pas en faire vous aussi.
Quand j'affirme que ce scénario ne m'étonnerait nullement, je persiste et je signe.
De la à dire que j'y crois, je pense qu'il y'a un énorme pas à franchir.
J'ai, comme tout le monde a les siennes, mes propres idées sur la question mais ce n'est pas parce que j'essaie d'apporter un élément de réponse à ce "dossier" (c'est bien un unique dossier -Un journal suédois accuse l'armée israélienne d'avoir vendu des organes de Palestiniens - qui regroupe certes différents faits) que je vais automatiquement croire à cette accusation.
Il me faudrait évidemment des preuves concrètes.
Libre à vous de croire ce qui vous chante.
Je crains que nous ne soyons pas tout à fait d’accord, cette fois, Gilles…

Bon retour à Paris cependant : la rentrée risque d’être assez rock, donc intéressante !

Mais revenons à nos moutons : commencer avec “Aucune preuve…”, ce n’est pas un bon début, vraiment pas !

Parce qu’en général c’est ce que les coupables s’empressent de brailler d’un air outragé !

Admettons que la présomption d’innocence puisse jouer, pourquoi pas, après tout…

Mais là, vraiment il y a un gros problème.

Ah ! L’accréditation des journalistes va prendre plusieurs mois (il doit y avoir beaucoup de choses à vérifier, et soigneusement encore, très soigneusement) Tiens, on parie qu’à l’issue de la farce le cadavre aura disparu – ça va et ça vient ces petites choses-là – Ou peut-être aura-t-il été remplacé par un autre du même style, mais moins vidé de ses organes…

Parce que c’est vrai que les organes on en cherche : il y a quinze ans la femme de l’Ambassadeur de France au Brésil me racontait qu’elle avait reçu une compatriote affolée dont le mari, parti seul voir la plage de Copacabana, avait disparu. Retrouvé trois jours plus tard, vivant avec une belle couture sur l’abdomen et un rein en moins…

Or, quand on ne se gêne pas pour tirer des missiles air-sol sur les enfants sortant de l’école, il serait étrange de se gratter pour piquer quelques organes utilisables sur ses victimes, car il s’agit bien d'un jeune Palestinien rendu par l'armée israélienne à sa famille, n’est-ce pas ?

Ou alors comment et pourquoi ce cadavre était-il entre les mains de Tsahal ?

Une victime de plus ? Bon ! Un détail de l’histoire en somme ! Finalement c’est trop gentil de l’avoir aussi proprement recousu : au prix de l’heure de chirurgie c’est vraiment un cadeau royal !

C’était une autopsie ? Ah ! Bon ! Pour savoir s’il était mort d’une crise cardiaque ou plutôt d’une péritonite, ou pour déterminer quel tireur d’élite l’avait mis hors d’état de nuire…

Cet intérêt soudain pour les Palestiniens, c’est presque touchant ! On en redemande. S’ils pouvaient recoudre toutes leurs victimes aussi soigneusement, par exemple, ce serait bien…

Entendons-nous, car je sens le drame arriver : je ne prétends pas que les Palestiniens soient inoffensifs, ils font des attentats suicide que je réprouve (tout en les comprenant : quel espace leur reste-t-il face à Israël, eux qui ne songent qu’à garder des moutons comme au temps de la bible ?)

P.S. : Au fait Israël exige de quel droit ?

***
Je remarque que le ton pris par Gilles Klein pour cet article se résume presque à dénigrer ce que dit Donald Bostrom.
Oui monsieur, on a bien compris qu'il n'y avait aucune preuve, inutile de nous le rappeler pendant toute la durée du texte.
J'aimerais cependant apporter un petit élément dans ce dossier :
Une quarantaine d'élus locaux et 5 rabins écroués pour corruption et trafic d'organes dans le New Jersey...s'étalant de Suisse jusqu'en Israel...

La brève sur BFM TV : http://www.dailymotion.com/video/x9ytxp_corruption-traffic-dorganes-au-new_news

Je rajouterais enfin que de la part d'un pays littéralement raciste, aussi irrespectueux des lois internationales, des résolutions de l'ONU maintes fois bafouées, et du très peu de moral de son armée, un tel scénario ne m'étonnerait malheureusement même pas.
Et oui c est pourtant la verité.Combien de dirigeants occidenteaux se sont emus de ses femmes et enfants massacrés dans les ecoles ,par ses criminels .Si un seul jimmy CARTER!!LE SEUL
Bof !! de toute manière Israel malgré toutes les condamnations de l ONU pour les crimes commis contre les palestiniens, et le peuple Libanais ils ne craignent rien l occident les soutient .Il suffit de voir le dernier carnage dans la bande de Gaza ,un enfant palestinien est moins q un chien pour ces grandes démocraties.
Voler des organes, c'est compliqué et délicat. Mais les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité -- comme le nettoyage ethnique et l'expropriation sur des critères ethniques -- ils en font tous les jours.
Bonsoir Gilles,

Ravi de vous relire ! Mais cette affaire me plonge dans des abîmes de perplexité.

Aftonbladet, "quotidien tabloïd social-démocrate", c'est quoi ? Un mélange de Libé et de France Soir ?
Par ailleurs : est-ce un grand journal, un média dominant, ou plutôt une feuille de choux à scandale, ou un média dominant à scandale ;-) ?
Sinon : est-ce la première fois qu'un Etat demande à un autre Etat de condamner le contenu d'un journal privé, sous le seul prétexte que ce journal paraît dans l'Etat n°2 et qu'il déplaît à l'Etat n°1 ? Georges Bush a-t-il demandé à Chirac de condamner Libé, L'Huma ou le Canard ?

Enfin (mais cette question ne s'adresse pas à vous) : les Juifs ayant été accusé d'à peu près tous les maux dans la longue, triste et imaginative histoire de l'antisémitisme, les Juifs sont-il pour autant censés ne jamais commettre le mal ?
Il est inutile de partir dans des commentaires pro ceci ou anti cela en ce qui concerne ce type de
nouvelle.
Que l'on s'interroge uniquement sur le travail nécessaire, par du personnel médical de pointe,
pour mener à bien un trafic d'organes. Ce sont des dizaines de personnes qui doivent devenir
complices de ces crimes odieux.
Cette réflexion était déjà la mienne pour les trafics d'organes en Amérique du sud.
Elle me suffit à renvoyer ce type d'article dans le néant que mérite cette prose indigne.
Ce qu'il se passe là bas est ignoble, écoeurant, révoltant !


Mais que font nos merveilleux bienfaiteurs de l'humanité qui vont sauver les femmes musulmanes, rétablir la démocratie (cad quand ils votent comme on leur dit), et apporter la Paix, l'égalité, les droits de l'hommes ?

Où sont les libérateurs des peuples opprimés d'Irak, d'Afghanistan ?




A moins que ce ne soient les mêmes... ceux qui se torchent avec les droits de l'homme, après avoir écrasé et humilié des peuples entiers, sous pretexte de leur apporter "la civilisation" ?


Mais où sont ils donc passés ?
En passant, Aftonbladet s'etait fait plus discret lors des quelques 40 années durant lesquelles l'eugénisme etait pratiqué dans une Suede social-démocrate.

Cela posé, bien évidement s'il y a trafic d'organes il doit dénoncé et puni, mais on a comme l'impression que cette affaire sert principalement les interets de l'antisionisme et de son corollaire l'antisémitisme.
>"le classe dans la succession directe d'un antisémitisme qui remonte à 1236"
>"La réaction israélienne est sans doute d'autant plus violente, que l'accusation de meurtres rituels d'enfants fut un des thèmes classiques de l'antisémitisme en Europe de l'Est, à la fin du XIX e siècle "Le gouvernement suédois ne peut plus se taire. Au Moyen-Age, on répandait des diffamations accusant les juifs..." "

Il dit qu'il ne voit pas le rapport. Et c'est 19e ou moyen-age? Et dans la bible, ya pas un truc? De toutes façon, les suedois c'est des viking, c'est pillages, viols et compagnie, alors bon.

Bref, comme disait Pepin...
Merci pour cet article.

Je rajouterais que ce n'est pas la premiere fois cette année qu'une polémique éclate entre Israel et la Suede, un journal israélien ayant faussement accusé la ministre des finances suédoise d'avoir crié "mort aux juifs" dans une manifestation contre l'offensive de Gaza. Une personne se faisant passer pour un militaire suédois avait décrit aux journaux israéliens un climat antisémite en Suede déclanchant une tempete anti-suédoise en Israel. Cette personne a été retrouvée, elle n'était pas militaire et a reconnu avoir menti sur toute la ligne, l'antisémitisme étant inexistant en Suede.

http://mondoweiss.net/2009/03/heres-a-story-im-sure-nobody-else-has-given-you-according-to-ntb-the-norwegian-wire-service-norways-finance-minist.html

http://mondoweiss.net/2009/04/we-were-hoaxed-i-am-sorry-a-respected-norwegian-editor-is-forced-to-apologize-to-his-own-militarybruce-wolman-writes-it.html

Enfin on pourrait ajouter au dossier ce reportage sur le don du coeur d'un enfant palestinien tué par des militaires israéliens a un enfant malade d'une colonie israélienne:

http://mondoweiss.net/2009/07/the-divine--image-pbss-wide-angle-narrows-heart-of-jenin-to-zionist-line--------and-all-must-love-the-human-form.html
Un article du journal suisse Le Temps, fin juillet ...

Le Temps 25 juillet 2009

Évidemment, pour Israël, les agents du FBI sont seulement antisémites...

Seulement, ces petites histoires durent depuis quelque temps :

Dépêche AFP reprise sur un forum en 2004

J'ai lu dernièrement un livre très intéressant d'Israël Shahak, juif, et israélien, "Histoire juive, religion juive, le poids de trois millénaires", qui analyse très bien l'attitude de l'état d'Israël, qui selon lui, non seulement n'est pas une démocratie, mais est aussi un état raciste (sur la carte d'identité israélienne figure en toutes lettres l'appartenance ethnique "juif" ou "arabe" ou "druze"... )

Selon lui, cette haine de l'autre vient directement du Talmud, qu'il a longuement étudié : pour les religieux, tuer un juif est un acte criminel, tuer un "gentil", surtout si on est en guerre avec son pays, est permis et même recommandé :

"Quand au cours d'une guerre ... nos forces se trouvent devant des civils dont on ne peut être sûr qu'ils ne nous nuiront pas, ces civils, selon la Hallakhah, peuvent et même doivent être tués. En guerre, lorsque nos troupes engagent un assaut final, il leur est permis et ordonné par la Hallakhah de tuer même des civils bons ..."

Je n'arrive pas à comprendre comment un peuple qui a subi la shoah peut faire endurer tout cela à d'autres êtres humains, sauf à penser que comme pour les nazis à l'époque, pour les juifs religieux certains humains sont inférieurs à d'autres :

"Une partie des Turcs, les noirs et les nomades du sud, et ceux qui leur ressemblent ... Leur nature est semblable à celle des animaux muets, et selon mon opinion, ils n'atteignent pas au rang d'êtres humains." Il s'agit là de la traduction anglaise d'un livre de Maïmonide, le philosophe qui a codifié le Talmud. Edifiant, non ?

Quand on voit les tee-shirts portés par certains militaires israéliens, ici, et qu'on sait que pour eux, les arabes sont des "sous-hommes", il ne faut s'étonner de rien. Israël était à ses débuts un état laïque, il est devenu religieux, intégriste, autant sinon davantage que les pays musulmans qu'il combat...
quote Je n'arrive pas à comprendre comment un peuple qui a subi la shoah peut faire endurer tout cela à d'autres êtres humains, sauf à penser que comme pour les nazis à l'époque, pour les juifs religieux certains humains sont inférieurs à d'autres unquote.

Moi cela ne me surprend pas. Sans me prononcer sur le sujet des prélèvements d'organes qui manque de preuves ( reste la question de la raison des autopsies qui m'intrigue). Pour le reste , la justification par le religion poussée à l'extrême semble suffire. Le journal télévisé regorge d’horreurs commises tous les jours au nom de dieu. Les musulmans fanatiques ne sont pas mieux. Violer et éventrer des femmes enceintes de son propre peuple comme cela fut le cas en Algerie dans les villages plus ou moins reculés pendant cette « guerre civile » qui n’a pas dit son nom. On justifie tout avec dieu, c’est très pratique, la conscience vient après. Dieu est plus fort que tout. C’est à vomir mais on voit cela tous les jours.
Je n'arrive pas à comprendre comment un peuple qui a subi la shoah peut faire endurer tout cela à d'autres êtres humains

Effectivement, c'est d'une grande banalité... Tout simplement, il n'y a pas de peuples plus vertueux ou plus vicieux que d'autres. Seulement des circonstances politiques, géopolitiques, historiques, stratégiques, idéologiques, qui font que n'importe quelle population du monde comporte le pire en son sein. D'ailleurs, les souffrances passées peuvent souvent permettre de justifier ou de légitimer les crimes d'aujourd'hui.

Israël se comporte comme se sont comportés tous les pays, tous les États, tous les peuples désireux d'assoir une domination, une conquête, convaincus de leur bon droit, de leur légitimité, de leur supériorité, de leur force... Les juifs ont conquis un territoire, bâti un État, et ont fait tous ce qu'il fallait pour ça, même le pire. Parce qu'il n'y pas plus de "peuple élu" qu'il n'y a de "races inférieures". Il y a la nature humaine, tout simplement... Le monde s'est bâti comme ça.

Le problème est qu'Israël et ses défenseurs hexagonaux ont défendu au fil des années le mythe d'un Etat forcément vertueux parce que juif, et forcément un État "victime". Avec en prime l'interdiction totale (ou très limitée) de contester, de critiquer, de dénoncer les politiques et les campagnes militaires de cet Etat, sous peine d'être renvoyé dans le camp du mal absolu (l'antisémitisme, voir la sympathie nazie !). Même si l'attitude jusqu'au-boutiste de propagandistes pro-israéliens commence tout de même à exaspérer nombreuses personnes, comme on a pu le voir avec la polémique engagée par Marianne et le Nouvel Obs vis-à-vis du CRIF, par exemple.
c´est qui qu´a voté ?

Israël se comporte comme se sont comportés tous les pays, tous les États, tous les peuples désireux d'assoir une domination, une conquête, convaincus de leur bon droit, de leur légitimité, de leur supériorité, de leur force...


ha ben oui je suis d'accord, tout est là ! mais voilà nous grands colonisateurs de l'histoire comme les anglais et les espagnols, les américains qui ont massacré les indiens, les australiens qui ont massacré les buchmen, les papous massacrés pour du bois ! qui est bien placé ici pour faire la leçon à l'état d'Israel? nb: la question juive n'existe pas, elle ne se pose pas, seule la question d'un état dominateur, colon qui veut exterminer les autochtones semble se poser. L'histoire nous a déjà montré l'issue fatale pour ces peuples colonisés, elle ne sera pas différente hélas pour les palestiniens.
Sans entrer dans des considérations sociéto-religieuses curieuses qui assimilent un peu rapidement citations bibliques et comportement de militaires sur un théâtre d'opérations, je dois dire que le lien dans le lien que vous nous avez transmis est très intéressant ( je parle du lien sur les enfants abattus par des tireurs d'élite dans l'article sur les tee-shirts ), .
C'est la traduction d'un article d'Ha'aretz qui relate par le menu les enfants palestiniens victimes de l'occupation, un cinquième du total des tués tout de même.
C'est d'abord rassurant puisqu'il s'agit d'un israélien écrivant dans un journal israélien en Israël d'une manière qui nous vaudrait ici une charge de BHL qui nous dirait qu'ils n'avaient qu'à répondre au téléphone au lieu de jouer dehors. La liberté de la presse, c'est bien.
Il n'empêche que le ton timoré du narrateur est quand même assez troublant. Des faits, rien que des faits. L'explication ce sera pour une autre fois et pourtant on sent bien qu'il aurait voulu écrire autrement. Mais le pouvait-il ? Je ne parle pas de censure mais plutôt d'auto-censure. Peut-il vraiment mettre en cause son armée sans subir les foudres de ses lecteurs ?
Cela révèle plus, à mon avis, sur la société israélienne que toutes les citations religieuses que l'on pourra convoquer.

Sinon, pour revenir au sujet, pourquoi ne serait-il pas possible d'attaquer le journal suédois en diffamation ? Étant ignare en droit international je ne sais pas comment une organisation d'un pays pourrait déposer une plainte dans un autre et peut-être cela n'est-il pas possible, auquel cas la protestation diplomatique s'explique. Si quelqu'un peut m'éclairer ...

Quant au tee-shirts, l'explication de l'armée est complètement fumeuse. Quand j'ai fait mon service j'étais militaire en permanence et l'on nous avais prévenu qu'attenter à la dignité de l'armée pendant toute cette période, en service ou non, serait susceptible de punition.
Il faut croire que l'état-major n'est pas plus choqué que ça par ces dessin qui "ne sont pas représentatifs des valeurs essentielles de l’armée israélienne".
Sans entrer dans des considérations sociéto-religieuses curieuses qui assimilent un peu rapidement citations bibliques et comportement de militaires sur un théâtre d'opérations, je dois dire que le lien dans le lien que vous nous avez transmis est très intéressant ( je parle du lien sur les enfants abattus par des tireurs d'élite dans l'article sur les tee-shirts ), là.
C'est la traduction d'un article d'Ha'aretz qui relate par le menu les enfants palestiniens victimes de l'occupation, un cinquième du total des tués tout de même.
C'est d'abord rassurant puisqu'il s'agit d'un israélien écrivant dans un journal israélien en Israël d'une manière qui nous vaudrait ici une charge de BHL qui nous dirait qu'ils n'avaient qu'à répondre au téléphone au lieu de jouer dehors. La liberté de la presse, c'est bien.
Il n'empêche que le ton timoré du narrateur est quand même assez troublant. Des faits, rien que des faits. L'explication ce sera pour une autre fois et pourtant on sent bien qu'il aurait voulu écrire autrement. Mais le pouvait-il ? Je ne parle pas de censure mais plutôt d'auto-censure. Peut-il vraiment mettre en cause son armée sans subir les foudres de ses lecteurs ?
Cela révèle plus, à mon avis, sur la société israélienne que toutes les citations religieuses que l'on pourra convoquer.


C'est vrai que résumer un livre de deux cent pages en dix lignes relève de l'exploit. Mais jusqu'ici, j'avoue que je connaissais assez peu la "littérature" religieuse juive. L'analyse de M. Shahak me semble pourtant pertinente, parce qu'effectivement en Israël, comme dans beaucoup d'autres pays, l'intégrisme religieux progresse, au détriment des libertés et de la démocratie.

On le constate d'ailleurs avec la présente polémique, qui n'a été connue que parce qu'Israël a crié à l'antisémitisme après la parution d'un article dans un journal suédois que personne ne connaît. La liberté de la presse s'arrête donc au moment ou le contenu des articles déplaît à Israël...

Concernant "l'auto censure" dont vous faites état, vous avez raison, c'est troublant. A ce sujet, Shahak explique que la pire des oppressions est celle qui est "intériorisée" :

"Les écrivains, journalistes, hommes publics n'ont pas à redouter la mort ou la camp de concentration, mais uniquement une pression sociale, ils mentent par patriotisme, parce qu'ils pensent que c'est un devoir de mentir dans ce qu'ils estiment l'intérêt des juifs. Il convient donc de ne pas s'élever contre les forfaits [de l'état d'Israël], et de participer au mensonge, sous peine d'être accusé d'antisémitisme, si on n'est pas juif, ou de "haine de soi", en ce qui concerne les juifs."

Après, c'est aussi une question de courage politique, certains écrivains, journalistes ou intellectuels juifs sont malgré tout, et heureusement, très critiques vis à vis d'Israël, comme Shahak, mais aussi Michel Warschawski, qui parle de "désastre programmé", ou même Charles Enderlin.
Je ne suis pas partisan de la lecture de livre écrit il y a 2500 ou 1500 ans pour interpréter des comportements généraux actuels.
Ces livres avaient leurs contextes. Le besoin de maintenir soudé un peuple vaincu et sans pouvoir politique sur sa propre terre pour l'un et la nécessité d'unifier des peuples encore souvent nomades pour l'autre.
Ces écrit sont inséparables de leurs époques de rédactions et la très grande majorité des croyants de ces religions ont interprété ces textes dans un sens plus symbolique que littéral.
Bien sûr on trouvera toujours une minorité de péquins incapables de s'élever au dessus d'un tracé d'encre pour percevoir la volonté de celui qui écrit à l'instant de la rédaction et pour annoner bêtement des mots en révélant autant leurs bêtises que celle du texte lu de manière stricte.
Dans tous les cas il est malvenu d'utiliser trois mots piochés à droite ou à gauche pour accuser l'ensemble d'une population mêlant, qui plus est, des croyants et des non croyants.

Je suis persuadé que les raisons de ce que vous dénoncez sont beaucoup plus enracinés dans notre temps que vous ne le pensez.
Les colonies et les territoires occupés ne sont pas dissociable de l'économie du pays. Les ressources, terres et eaux, qui sont rares, ont une valeur qui engendre bien plus de violence à elles seules que la position de celui qui prie. Le reste n'est que billevesées sifflant de baudruches emplies d'air destinées à mobiliser la peur et la violence de ceux que l'on veut voir combattre.

Quant à la liberté de la presse, elle n'est pas attaquée. Le gouvernement israélien à lui aussi une liberté de parole et peut tout à fait protester contre un article qui lui déplait. Il peut demander la condamnation, au sens moral, d'un article par le gouvernement suédois sans que la liberté de l'auteur à publier en soit égratignée. Il devrait même pouvoir attaquer en diffamation car la liberté de la presse n'autorise pas la calomnie ni l'injure. L'article est sorti, la responsabilité du chef de rédaction est engagé et ses justifications sont minables.
Je pense que c'est devant l'impossibilité de porter plainte que les réactions ont pris un tour diplomatique tendu et la réaction du gouvernement suédois est étrange. Il pouvait se désolidariser de l'article sans baisser son slip. Cette réponse qui a des relents de soutien me laisse songeur sur la manière qu'à l'opinion suédoise de percevoir le sujet.
On peut dire d'une personne qu'elle raconte des conneries sans pour autant vouloir la faire taire.
Je ne suis pas partisan de la lecture de livre écrit il y a 2500 ou 1500 ans pour interpréter des comportements généraux actuels.
Ces livres avaient leurs contextes. Le besoin de maintenir soudé un peuple vaincu et sans pouvoir politique sur sa propre terre pour l'un et la nécessité d'unifier des peuples encore souvent nomades pour l'autre.
Ces écrit sont inséparables de leurs époques de rédactions et la très grande majorité des croyants de ces religions ont interprété ces textes dans un sens plus symbolique que littéral.
Bien sûr on trouvera toujours une minorité de péquins incapables de s'élever au dessus d'un tracé d'encre pour percevoir la volonté de celui qui écrit à l'instant de la rédaction et pour annoner bêtement des mots en révélant autant leurs bêtises que celle du texte lu de manière stricte.
Dans tous les cas il est malvenu d'utiliser trois mots piochés à droite ou à gauche pour accuser l'ensemble d'une population mêlant, qui plus est, des croyants et des non croyants.


La Bible, le Coran et le Talmud ont effectivement été écrits dans un contexte particulier. Ce qui n'a pas empêché, hélas, au cours des siècles, longtemps après leur naissance, de continuer à nuire, et d'être "interprétés" ... Pourquoi ne serait-ce plus le cas aujourd'hui ? D'autant que la réaction épidermique des juifs, même non israéliens, quand on s'attaque à Israël démontre bien, encore et toujours, "le besoin de maintenir soudé un peuple vaincu"... Shahak "n'accuse" pas la population d'Israël, il propose seulement une explication de la situation.

Je suis persuadé que les raisons de ce que vous dénoncez sont beaucoup plus enracinés dans notre temps que vous ne le pensez.
Les colonies et les territoires occupés ne sont pas dissociable de l'économie du pays. Les ressources, terres et eaux, qui sont rares, ont une valeur qui engendre bien plus de violence à elles seules que la position de celui qui prie.


Je suis d'accord avec vous, la religion n'est qu'un prétexte, un moyen, et c'est vrai chez les juifs comme chez les musulmans.

Quant à la liberté de la presse, elle n'est pas attaquée. Le gouvernement israélien à lui aussi une liberté de parole et peut tout à fait protester contre un article qui lui déplait. Il peut demander la condamnation, au sens moral, d'un article par le gouvernement suédois sans que la liberté de l'auteur à publier en soit égratignée. Il devrait même pouvoir attaquer en diffamation car la liberté de la presse n'autorise pas la calomnie ni l'injure. L'article est sorti, la responsabilité du chef de rédaction est engagé et ses justifications sont minables.
Je pense que c'est devant l'impossibilité de porter plainte que les réactions ont pris un tour diplomatique tendu et la réaction du gouvernement suédois est étrange. Il pouvait se désolidariser de l'article sans baisser son slip. Cette réponse qui a des relents de soutien me laisse songeur sur la manière qu'à l'opinion suédoise de percevoir le sujet.
On peut dire d'une personne qu'elle raconte des conneries sans pour autant vouloir la faire taire.


Le gouvernement israélien ne se prive pas de parole, ça, c'est certain, et s'il veut attaquer en diffamation, rien ne l'en empêche... Mais le fera t-il ? Quant à demander au gouvernement suédois de se désolidariser de cet article, pourquoi ? On oublie que dans l'affaire des caricatures de Mahomet, M. Sarkozy avait apporté son soutien à Philippe Val et à Charlie Hebdo ... Là aussi, "cette réponse avait des relents de soutien"...
Bon retour, Gilles.
@ Bysonfutée

Merci de ce message de bienvenue qui contribue à adoucir mon retour en France, vers les tracas de la vie parisienne
après quelques mois aux USA
Je n'ai pas encore lu votre papier Gilles. Juste pour dire chouette vous êtes revenu.

J'ai vu l'info sur Euronew's hier soir.
Pourquoi Tsahal pratique-t-elle des autopsies sur les cadavres palestiniens ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.