24
Commentaires

Un avis de décès mentionnant nazis et SS manque d'être censuré

Sollicité pour publier l'avis de décès d'une ancienne résistante, le quotidien "L'Yonne républicaine", détenu par le groupe Centre France, a coupé dans un premier temps toutes les références au régime nazi, aux SS et à la collaboration, par souci de "neutralité". Retour sur une presque-censure, considérée par les proches de la défunte comme un signe de la "zemmourisation des esprits".

Commentaires préférés des abonnés

"Si je reçois un texte qui dit «Mort aux juifs» qui doit paraître dans un avis d'obsèques, ça va heurter les sensibilités.." La directrice générale du service Carnet Obsèques de Centre France n'est pas au courant que c'est illégal ? La mise sur le mê(...)

On y vient, on y vient, vers cette neutralité qui consiste à accorder 50% du temps de parole aux Juifs, et 50% du temps de parole aux nazis.

Merci @Pauline de participer à ce magnifique effet Streisand. A voté.

Derniers commentaires

Je signale pour compléter que dans les années 1990 une de mes notices pour un dictionnaire pour collégiens à été censurée pour le même type de raisons. J'avais parlé d'"assassinats de juifs" dans la notice Hitler. L'éditrice avait selon elle suffisamment reçu de courriers à propos d'un article sur Pétain, et Larousse devait s'en tenir à un discours neutre. 

On a du passer à "politique discriminatoire" ou quelque chose dans le genre.

Par ailleurs ma notice sur Staline, assez virulente, n'a pas été remaniée.

Ces textes sont à ma.connaissance toujours en vente.

l'Yonne Républicaine, est effectivement de l'Yonne, pour le côté Républicain (c'est un peu présomptueux de l'afficher comme ça) , c'est plutôt la tendance travail, famille, patrie qui l'anime! 

En même temps moi ce qui me choque c’est que sur l’oraison funèbre de cette femme, on ne parle que de son mari. Ce qui la définissait en tant qu’être humain c’est d’avoir accompagné son mari dans ses affres…. C’est assez odieux de sexisme profond.

Le fait qu'un journal soit issu de la Résistance ne garantit de rien. D'une part, l'étiquette est parfois contestable. Dans certains cas, comme à La Voix du Nord, ce ne sont pas les plus légitimes qui ont récupéré un journal collaborationniste au moment de la Libération. Que dire, par exemple, de la Dépêche du midi, qui a été administré et dirigé de fait pendant plus d'une décennie par René Bousquet, le responsable de la rafle du Vel' d'hiv', qui était très proche de la veuve de Jean Baylet, le père de Jean-Michel Baylet ?

Dans le souci de rester neutre, et par exception, je souhaite , que pour mon avis de décès , on supprime toutes allusions au cancer, pour me témoigner du respect.


Dans le  même ordre d'idées , pour honorer ma sensibilité et ma dignité, je veux qu'on  élimine  toute évocation d'une maladie longue et cruelle .

A lire, le dernier livre de Denis Cosnard (par ailleurs journaliste au Monde) : "L'annonce de ma mort est très exagérée".

Un savoureux recueil d'avis de décès dans lequel il consacre un passage aux pudeurs de la presse quant au contenu de certains avis.

"Les morts sont tous des braves types" chantait Brassens.

L'Yonne Républicaine semble d'un avis légèrement différent et préfère distinguer les morts convenables et les autres.


Dire que le défunt a été victime des nazis transformerait la rubrique Décès en "dépotoir" ?

Bonjour le dépotoir.

Si maintenant même les morts ne doivent plus susciter de débat… autant ne plus mourir du tout.

On y vient, on y vient, vers cette neutralité qui consiste à accorder 50% du temps de parole aux Juifs, et 50% du temps de parole aux nazis.

Le pain azyme c'est dégueulasse ...

Alors ouais l'histoire est sale. Mais par ailleurs, je ris jaune aussi devant le sexisme inconscient de ce faire part de décès, qui ne considère cette femme centenaire qu'au travers de son mari. Une ligne sur elle, pour introduire son mari. Puis un paragraphe sur lui recopié de son propre faire part. Formidable.

Bon pour moi, pas sûr qu'il y ait une annonce dans le journal, mais si nous tous, bon il serait un peu estomaqué parce qu'il ne nous connait pas, si à l'heure de notre avis de décès, on disait tous qu'on retrouve Georges?, vite fait après on le laisse tranquille en famille.. 


blabla tristesse, bla poisson blabla, rejoint, entre autres, 

Georges, miraculeusement rescapé des griffes des gangsters SS, il n'a jamais oublié les centaines de petits enfants qu'il a vu partir vers une mort atroce. Il n'a jamais pardonné à leur bourreaux nazis, ni surtout à leurs complices de Vichy dont le zèle a permis l'accomplissement de tels forfaits.

"Si je reçois un texte qui dit «Mort aux juifs» qui doit paraître dans un avis d'obsèques, ça va heurter les sensibilités.." La directrice générale du service Carnet Obsèques de Centre France n'est pas au courant que c'est illégal ? La mise sur le même plan des Juifs et des Nazis est hallucinante et abject. Que d'ignorance et de bêtise !

...on dénazifie comme on peut , mais dans le cas présent ... on touche au minable !

Voté car essentiel !

D'abord honneur à Georges Lipietz et à Colette Lipietz


et oui Maïeul Rouquette a raison, on commence à voir les effets de la zemmourisation des esprits

indiquant bien que zob est un antisémite et est responsable des attitudes que l'on voit poindre ici et là


Bientôt il faudra omettre d'écrire d'une personne qu'elle a été rescapée de Drancy ou des autres rafles de peur de blesser la mémoire des miliciens ou autres collaborateurs qui les ont dénoncé

 C'est vraiment " pas de vague" ,un manque de discernement consternant .

Impressionnant. La peur que les mini-chefs ont de la moindre anicroche potentielle sont un bon indicateur de l'atmosphère empoisonnée qui règne dans ces "rédactions" aseptisées. Ces journaux PQr sont prêts pour le contrôle central, on est bien loin d'Hara-Kiri. Abonnez-vous au Ravi.

Merci @Pauline de participer à ce magnifique effet Streisand. A voté.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.