48
Commentaires

Ukraine : Winter on fire, le doc préféré des Gilets jaunes. Spectaculaire, et dépolitisé.

C'est un nouveau venu dans les conversations des groupes Facebook de Gilets jaunes. Le documentaire "Winter on Fire", qui retrace les trois mois de la contestation de Maïdan en Ukraine, entre 2013 et 2014, a été cité par deux figures clés du mouvement, Eric Drouet et Maxime Nicolle. Mais que raconte ce documentaire, et surtout, comment le raconte-t-il ? Arrêt sur images vous fait un résumé.

Commentaires préférés des abonnés

Ce qui se passe, avec ce documentaire, qu'il faut en effet resituer, contextualiser, critiquer, c'est l'arroseur arrosé : les pays occidentaux et ses grands médias sont pleinement en phase avec le parti pris de ce documentaire puisqu'il sert leurs in(...)

Approuvé 7 fois

Je ne crois pas que ce soit juste une histoire d'influence russe. C'est d'abord le modèle de démocratie libérale qui est applaudi, notre modèle politique de référence depuis les Lumières, les révolutions anglaise, française et américaine.

Les Gilets J(...)

Ces mecs se pensent déjà en Danton, Marat ou Robespierre alors qu'ils ressemblent davantage à ceux qu'ils combattent... Ces facebookers ne sont que des réac. Sérieux, pensent-ils réellement que l'Ukraine est la France? 


Mais imaginons, les gilets(...)

Derniers commentaires

Allez un ptit lien : Ukraine on fire (pris chez les indépendantistes de Donetsk, pas trouvé ailleurs )

Ukraine on fire d'Oliver Stone, histoire de prendre le pouls de l'autre coté :)

En mode "Hors Sujet ou Propanda ?"


M'enfin, L'Ukraine, ça craint, z'êtes fous!


Avec les cosaques ? Bôahf, mon arrière-arrière grand-mère et mon arrière grand-mère ont survécu à quelques mésaventures d'ordre "interdit -18 ans"


 Mais elles n'ont pas eu de bol quand les mêmes, sponsorisés par la SS, se sont repointés.


Quand ça a chauffé place Maïden, j'avoue, je me suis dit:

"Pourvu qu'ils résistent jusqu'au dernier ! Et le dernier, on l'enverra tout nu en haut de L'Everest"


Puis le documentaire , au rayon "Farces & Attrapes", il n'y a pas mieux!

Le paradoxe qui frappe d'emblée, c'est que cette révolte, magnifiée par le documentaire, est plutôt pro-européenne. Et que, globalement, elle a échoué. Du coup, on peut imaginer que c'est pas le motif et les objectifs qui intéressent les GJ (si tant est que ça les intéresse), ni même le dénouement, mais plutôt la révolte en elle même, la manière dont elle a flambé, la manière dont elle a été conduite, et l'enthousiasme des participants. L'ambiance, quoi... 


Du coup, épiloguer (et s'empailler) sur les gentils ou méchants russes manque un peu de pertinence.

Je viens de relire tout le fil de commentaires. J'ai bien l'impression qu'@si ne sert plus à rien si ce n'est à être, comme partout,  un déversoir informe, plus ou moins malodorant...


On vit une époque formidable. Youpie!!

Ah, l' Ukraine...Grande tradition de mouvements populaires: les cosaques, la Makhnovchtchina, les waffen SS ukrainiens, et 2013, date-phare de l' engouement spontané du peuple ukrainien pour le capitalisme occidental, et le "libre-échange" avec des gens honnêtes et, profondément, démocratiques...Tous le monde n' ayant pas la chance d' avoir un ex-larbin de la banque Rot-Chill ( La bien-nommée... ) comme président, on se retrouve, bientôt, dans l' habituel manichéisme de la "violence légitime des masses révolutionnaires", face à la "répression sanglante des nervis d' un pouvoir aux abois", amen.

Et depuis…!? Ben, la belle "Unanimité Populaire" a pris du plomb dans l' aile (No pun intended...Ou si peu.): corruption, magouilles, sécession, rafales d' élections, guerre, massacres...La routine, quoi!

Reste plus qu' à arroser d' un peu d' hémoglobine le jaune-cocu des GJ pour que ça vire, vite fait, à l' orange de la Victoire...Excusez-moi, j' ai dû bouffer un truc pas frais!

Carpe diem...

Zut alors. Si les Gilets Jaunes admirent un film qui ne va pas dans le sens des média Pro-Poutine, où va-t-on ? 



On retrouve sans surprise dans ce forum les propagandistes habituels (wesson & co) qui répètent inlassablement les mêmes mensonges sur la révolution Ukrainienne. Après l'extrême droite qui s'insurgeait que les gilets jaunes soient complotistes à propos de l'attentat de Strasbourg, voici venir les poutinistes qui s'insurgent que les gilets jaunes ne soient pas complotistes à propos de la révolution ukrainienne.


2019 commence pas si mal que ça :-)



"catholique orthodoxe " ,  je crois que ca n'existe pas.......

Ce "documentaire" est une pure propagande très habituelle de la part d'Hollywood. Bien larmoyant, présenté comme "la vérité vrai", avec de l’héroïsme, aucune arrière pensée, et surtout qui finit bien. rien de nouveau là dedans. C'est sans intérêt sur le fond, et on as la même chose pour n'importe quel conflit ouvert par l'occident. On a eu bien évidemment droit à celui sur la Syrie et ses coupeurs de têtes "modérés", on aura très probablement un sur le Yemen lorsque la famine que nous y soutenons aura eu raison des houtis, peut-être après 3 ou 4 millions de morts "qui en valait la peine" on dira.

Sur la forme, les GJ n'utilisent que la portion "renversement d'un gouvernement par le peuple" de ce "film", sans aller plus loin que cela, et c'est d'ailleurs bien dommage car il ratent effectivement la compréhension réelle de ce qui a fait chuter le gouvernement Ukrainien et s'exposent en cela aux même voies sans issue que l'on constate justement aujourd'hui en Ukraine.

Cette oeuvre de propagande est une bien mauvaise référence. 
 

Ce Drouet est une taupe doublé d'un fouteur de merde... et après avoir vu qu'il appelle au remplacement de Macron par le Général de Villiers(qui a été/est rémunéré grassement par un think tank américain, Boston Consulting Group... si mon patriotisme en avait!) votre article en est la confirmation.


Essayer de faire passer un évenement aussi tragique que le coup d'Etat du Maidan, ou Sorosistes et néo-nazis avec l'appuie de l'OTAN et l'Union Européenne réussissent à déstrituer un président opportuniste, en révolution spontanée est comique(mots clefs à titre postume des chiens de garde hexagonaux impliqués dans l'affaire: BHL, Caroline Fourest, Rudy Reichstadt et le chien de garde de Libération qui avait débattu avec Berruyer sur votre plateau à l'époque et dont je me rappelle plus le nom). Je rappelle que des gens meurt encore au Donbass et que la situation économique de l'Ukraine est dramatique!



Avoir un type qui essaye de faire tendre le mouvement vers ça, est criminel!


Bref: il persiste et signe=>Drouet au cachot!


25 cameramans, ouch!

Mode ironique on : Géniale perspective, vu que les neonazis ont ensuite prit le pouvoir en Ukraine... avec le soutien de l’UE

Bref, c'est donc débile de s'inspirer d'un moment de cohésion populaire dans un événement difficile, en fait? Donc, il y a le méchant russe avec le Donbass et mon dieu la Crimée annexée ( ou un référendum a largement validé son attachement à la Russie) Donc, il faut être un vrai intellectuel, pur et dur pour aller dans la rue et se battre pour ses droits, en fait, et en ayant TOUT contextualisé quoi .....Bravo à cet article pour élitiste pseudo éclairé, ma foi, avec un peu de russophobie, ça le fait.  Un soupçon d'une pensée empathique pour le pouvoir. Et une autre façon de prendre les gilets jaunes pour les dindons de votre triste farce d'intellos méprisants....et au fond, méprisables. Prête, madame, pour un jour devenir une chienne de garde ? Tous les ingrédients sont là. Bonne route. 

La dernière fois, il était question de la une du Monde sur le Monsieur Macron. Là l'affiche du documentaire semble faire référence à la Liste de Schindler de Spielberg. Mais, on y ajoute les couleurs de l'Ukraine...

Ces mecs se pensent déjà en Danton, Marat ou Robespierre alors qu'ils ressemblent davantage à ceux qu'ils combattent... Ces facebookers ne sont que des réac. Sérieux, pensent-ils réellement que l'Ukraine est la France? 


Mais imaginons, les gilets jaunes poussent les réac à la démission, le Islapette rejoint la Suisse ou une Île anglaise (anciennement françaises) par amour de l'optimisation fiscale. Les gilets jaunes débattent. Pendant qu'ils débattement dans un gymnase, les facebookers réac prennent le pouvoir par votation Like. 


Afin de faire l'unanimité (selon eux) ils proclament de nouveaux droits et adoptent les premières mesures :

-Expulsion des étrangers ;

-Serment d'allégeance du juif à la patrie sauf s'il est d'office israélien (dans ce cas expulsion) ;

- Expulsion des musulmans ;

- Rétablissement de la peine de mort ;

- Rétablissement de la vitesse à 90 km/h ;


Mais, le 9 3 fait sécession. Selon, les études de Zemmour et du rapport Inch'allah, des policiers moudjahidines djihadistes de Livry-Gargan prennent d'assaut la préfecture de Bobigny et imposent la Charia, le ticket de métro Halal et proclament la République islamique du 9 3 (nom provisoire). 


Les réac rigolent en promettant de couper les allocations familiales du 9 3.


l'Académie française devient assemblée nationale au bout de 20 jours et adopte ses premières mesures :

- Une majorité des 4,9 cinquième de blancs dans l'équipe de France; 

- L'abandon des Antilles, îles d'assistés.


La suite bientôt sur Netflix



Ce qui se passe, avec ce documentaire, qu'il faut en effet resituer, contextualiser, critiquer, c'est l'arroseur arrosé : les pays occidentaux et ses grands médias sont pleinement en phase avec le parti pris de ce documentaire puisqu'il sert leurs intérêts : une classe politique prédatrice renversée par le peuple uni contre ses tyrans, une victoire du peuple, etc. sauf que c'est uniquement parce qu'il s'agit d'arracher l'Ukraine à l'influence russe, pas par amour de la justice.


Pas étonnant qu'on en ait fait de la pub, qu'il ait gagné un prix, etc.


Mais dès que l'on change de côté, alors là, attention, "non mais ça n'a rien à voir ! Là-bas c'était des résistants, ici ce sont des terroristes, vous comprenez, ils en veulent à notre belle république..."


Du coup, de deux choses l'une, soit on critique un peu plus Maïdan, à se demander si les Ricains n'auraient pas donné un petit coup de pouce, à se demander si les leaders se sont pas un peu trop portés sur l'Allemagne façon troisième empire, etc. mais alors on aurait l'air de de se dédire et de justifier les critiques russes, soit on dit que Maïdan c'est génial, mais on rame pour disqualifier ceux qui font la même chose chez nous.

Je ne crois pas que ce soit juste une histoire d'influence russe. C'est d'abord le modèle de démocratie libérale qui est applaudi, notre modèle politique de référence depuis les Lumières, les révolutions anglaise, française et américaine.

Les Gilets Jaunes qui se sentent en "dictature", demandent plus de démocratie, un RIC etc. ne posent pas de problème (ils pourraient même demander des subventions à l'Open Society de Soros...).


A mon sens, la différence avec l'Ukraine (ou la Russie, Tunisie, Egypte, Syrie etc.) c'est que le caractère oligarchique des pouvoirs, n'est pas organisé par l'Etat comme dans les régimes autoritaires : en France, aux USA, en Allemagne etc., ce ne sont pas les pouvoirs étatiques qui décident de qui sera milliardaire.


Dans un régime oligarchique autoritaire, c'est le pouvoir étatique qui fait les puissants, dans un régime oligarchique libéral, ce sont les puissants (non-étatiques) qui font l'Etat. Même souci de démocratie dans les deux cas mais un processus de démocratisation bien plus facile face à un régime autoritaire que face à un régime libéral.


En France, on peut toujours changer de gouvernement, de président, ça ne modifie pas les rapports de pouvoir sociaux, socio-économiques dans notre société et dominés par le capital vu qu'on est capitalistes.

On peut demander au nouveau pouvoir d'Etat de rééquilibrer les pouvoirs sociaux, de rétablir une démocratie de fait (pouvoir du peuple) en s'attaquant à l'oligarchie socio-économique mais c'est compliqué. Il faut jongler avec les principes de liberté individuelle et ceux de l'autorité publique imposant son ordre au nom de l'intérêt général (nationalisations etc.).


Il faut peut-être aussi réinterroger les principes "méritocratiques" qui engendrent une oligarchie : pouvoir des meilleurs (aristocratie en bon grec...), expression en principe d'un travail singulier, d'un génie personnel etc., utopie de l'égalité des chances dans une course où il y a au final des premiers et des derniers, des dominants et des dominés. Qui veut de ça ?

On ne peut pas fabriquer des bonbons avec une usine à merde.


D'accord avec une grande partie de votre commentaire, notamment le rapport État - oligarchie qui, à mon sens, explique dans les États autoritaires que les dirigeants essaient de rester au pouvoir : c'est parce qu'ils ont réellement le pouvoir (enfin, on pourrait nuancer, mais l'idée est là). 


Le passage de l'Ukraine à un modèle libéral permet clairement de le faire passer sous contrôle oligarchique, les même pouvoirs oligarchiques déjà à l’œuvre chez nous. Ca c'est vu positivement.


Toutefois, je suis moins d'accord avec le début de votre texte : d'une part l'aspect géostratégique de l'Ukraine, vu de l'Ouest, est je pense primordial (Brzezinski évoquait l'Ukraine comme essentielle au pouvoir du "heartland" russe).


Si une révolution démocratique éclatait au Gabon et remettait en cause les marges ou les parts de marché de Total, sur place, je ne suis pas sûr que nous assisterions au même émerveillement, y compris journalistique. Nous armerions au contraire une contre-révolution, peu importe qu'elle soit démocratique ou non, du moment qu'elle rétablit nos positions.


Quant aux GJ qui ne posent pas de problèmes, parce qu'ils veulent plus de démocratie, je nuancerais : nous sommes déjà en régime oligarchique libéral, donc a minima, ils perturbent le système, sauf si on prend prétexte de leur colère pour accélérer la progression libérale (ce qui est très possible, du reste, mais paradoxalement en passant à quelque chose de plus autoritaire) et au maximum, s'ils sont conscients de ce qu'est réellement une démocratie et que ce soit cela leur but, alors non, dans ce cas ils poseraient clairement des problèmes.

C'est genil de vous inquietez pour Total mais a mon avis ils en ont rien a faire de qui gouvernent le gabon. Dans tous les cas les pouvoirs locaux voudront extraire l'argent du petrol et sans total ou autre gros groupe petrolier ils en sont incapable.


Resumer les guerres d'afrique a une lutte des pays occidentaux pour acceder aux ressources est une grossiere simplification.

Je n'ai rien dit de tout cela...

C'est quand meme des gros sous entendus que vous avez fait. 

Et comme je suis un peu benet je grossis les traits ca va plus vite.

Ah bon... Je parlais de l'écho dans nos pays d'une manifestation révolutionnaire (réelle ou imaginaire), écho qui varie fortement en fonction des intérêts que l'événement met en jeu.  M'enfin bon, si vous le voyez comme ça...

Quand on parle de Brzezinski et des stratégies de l'"Ouest", il ne faut oublier non plus les dynamiques internes aux pays concernés. Brzezinski était polonais, membre d'une diaspora des pays de l'Est en Amérique du nord qui n'oublie pas le passif historique avec la Russie de l'impérialisme des tsars à l'impérialisme soviétique. En Ukraine, l'ère soviétique a mal commencé avec l'écrasement de Makhno par l'Armée rouge, l'Holodomor etc.

Dans l'ambiance Guerre froide, l'anti-communisme pouvait compter sur cette mémoire là et les nationalistes ukrainien savent ce qu'ils reprochent au "grand frère" sans avoir besoin de l'U.E. ou des USA.


Et sinon, question vision stratégique, on voit comment les bonnes âmes se félicitant d'une libéralisation politique à l'Est peuvent s'illusionner sur ce qu'il en est au niveau des mentalités. Exemple avec la Hongrie : "Fidesz", le parti de Orban, est l'acronyme pour "Alliance des jeunes démocrates" qui a été poussé avec le soutien de l'Open Society de Soros, Orban lui-même profitant d'une bourse pour étudier à Oxford ; ça devait former des cadres pour l'après ère soviétique, et on a vu comment ça a évolué vers une politique pas franchement "open".


On peut voir aussi comment "liberté" et "démocratie" sont utilisés au niveau de l'U.E. : le groupe "Europe of Freedom and Direct Democracy", Europe de la Liberté et la Démocratie Directe rassemble Nigel Farage, Philippot, Aymeric Chauprade (ex-Front National), Jörg Meuthen de l'AfD, des députés du Mouvement 5 étoiles, des libertariens etc. avec dans leur charte "Peoples and Nations of Europe have the right to protect their borders and strengthen their own historical, traditional, religious and cultural values."


La vraie démocratie ne donne aucune garantie sur les tendances du pouvoir qui en émerge, ça dépend du "peuple", et les Gilets Jaunes ne pourront guère éviter que des tendances "ethnicisantes" se retrouvent parmi eux (pour autant qu'ils veuillent l'éviter...).

D'ailleurs, Philippot qui parle de Frexit a déjà déposé une marque "Gilet jaune" à l'INPI...

Et ça me fait penser qu'aux USA, il y a eu une période où le Sud votait pour des Démocrates pro-esclavages contre des Nordistes abolitionnistes Républicains.

Ce que vous dites sur les dynamiques internes me parait juste. Mais vu de l'"Ouest" (ambiance guerre froide) cette dynamique est un instrument pour étendre notre influence.


Et vous enchainez justement sur l'illusion qui en découle : on applaudit à la libéralisation en pensant benoitement que cela va déboucher sur un modèle de société qu'on connait bien avec de nouveaux marchés en perspectives, une extension de la mondialisation, etc et on se rend compte que les dynamiques internes comportent des éléments qu'on avait pas voulu voir avant. Et ces pays tout fraichement sorti de l'orbite soviétique ne vont peut-être pas se laisser "avaler" si vite dans une nouvelle structure supra-étatique.


La vraie démocratie ne donne pas de garantie, c'est juste aussi, mais la fausse démocratie non plus.


La démocratie ne sert pas tant à prendre des décisions justes moralement qu'à prendre des décisions que tout le monde accepte et à assurer la paix sociale.


Pour ce qui est des tendances que vous appelez "ethnicisantes" et du Frexit, c'est toute la problématique des relations de groupes et de règles commune, vieille comme l'humanité, je pense. A quel(s) groupe(s) est-ce que j'appartiens ? Pourquoi doit-on ou ne doit-on pas accepter une règle qui s'impose sans que j'en aie moi seul décidé individuellement ? D'ailleurs quand on nous parle de démocratie (même la fausse, celle officielle, et au nom de laquelle on se permet de juger les autres pays), ne s'agit-il pas de décider en commun (dans au sien d'une communauté) de règles qui s'appliqueront à cette même communauté ?


Reste à savoir quelles sont les frontières de cette communauté.


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.