10
Commentaires

Uber, auto-entrepreneurs : nouveaux prolétaires ?

Commentaire préféré des abonnés

Le statut d'auto-entrepreneur est-il autre chose de ce qui s'appelait autrefois "le paiement à la tâche"? Il est en tout cas une manne pour le gros entrepreneur qui, lui, a les moyens de se les payer. On peut prévoir, vu les avantages énormes de ce s(...)

Derniers commentaires

franchement vrai, je gagne moins du smic depuis 10 ans , dont 2 ans a l'ASS (RSA de celles / ceux qui ont bossées-s plus de 20 ans) , mais je veut pas rebosser en entreprise, par contre récupérer une sécurité sociale de valeur et une mutuelle .. ça me dirait , j'ai plus les moyens d'aller chez le dentiste ou refaire mes lunettes ... mais, plus de patron, plus de travail découpé, retrouver du sens, faire les taches du début a la fin,   pour une femme adulte (et j'avais un boulot cool, informatique technique, personne ne vous emmerde) c'est hyper précieux. Le travail dans la fonction public est infantilisant, hiérarchique, dans le privé abrutissant et hiérarchique .. Le truc c'est que les humains apres leur 25 ans ne veulent plus être dirigé, être traité comme des enfants, alors a partir de 40 ans , les femmes qui elles ont travaillé ET aussi élevé les enfants ne supportent plus cette infantilisation , et pour bcp nous préférons la précarité de l'indépendance a la soumission a des directives idiotes, avec des interaction digne de l'école d'avant guerre, comme est Macron quand il parle des Francais qui ne ont rien.  

Le statut d'auto-entrepreneur est-il autre chose de ce qui s'appelait autrefois "le paiement à la tâche"? Il est en tout cas une manne pour le gros entrepreneur qui, lui, a les moyens de se les payer. On peut prévoir, vu les avantages énormes de ce statut sur le salariat (pour les employeurs, s'entend), qu'il devrait se développer considérablement, dès lors qu'un gouvernement fera sauter les derniers verrous qui le contraignent encore. Plus de charges, plus de responsabilité (l'auto-entrepreneur est son propre responsable, l'employeur n'étant plus qu'un client), plus de syndicats, plus de grèves, des employés (qui n'en sont donc plus vraiment) en concurrence entre eux, faisant chuter le coût du travail jusqu'à la limite de l'esclavage.  Dans certains cas, nous n'en sommes pas loin : Uber, Deliveroo...

Pour faire passer, les défenseurs de ce système de néo-esclavagisme mettent en avant "la liberté" de ces nouveaux esclaves. Travailler, ne pas travailler, choisir son travail, prendre des congés quand on veut, travailler plus pour gagner plus, travailler moins pour fainéanter plus, bref, le paradis des hommes libres et conquérants. Choisir, décider, se réaliser!

Bon, il n'y a pas encore beaucoup de croyants. Mais ça commence à prendre. 

Des esclaves libres. Vous en aviez rêvé, le "nouveau monde" va vous l'apporter sur un plateau !

Le statut d’auto entrepreneur n’est pas fait pour être pérenne dans la vie d’une entreprise sauf à avoir une autre activité à côté.


De plus, la base pour une entreprise, je l’ai déjà dit dans un autre forum sur le sujet, est d’avoir plusieurs clients. Sinon, c’est la meilleure façons de faire foirer sa petite entreprise.  C’est la même chose avec les agriculteurs en contrat avec un seul revendeur. C’est tout benef pour le client...

ps la vidéo présentant des extraits ne semble pas marcher

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.