9
Commentaires

Twitter et Facebook censurent le New York Post

Un article du New York Post censé démontrer les liens douteux de Joe Biden avec une entreprise gazière ukrainienne employant son fils Hunter fait l'objet de vives critiques des grands médias américains, qui doutent de l'authenticité des sources. Mais les réseaux sociaux sont allés plus loin : Twitter a censuré les partages du lien, et Facebook a volontairement handicapé sa viralité. Autant de munitions pour le camp républicain.

Commentaires préférés des abonnés

Belle conclusion; mais c'était à prévoir !


Sinon, les journalistes qui le voudront bien, se pencheront sur "le cas Biden" quand celui-ci sera élu; pour l'instant leur priorité c'est de virer Trump.

"la provenance de cette soi-disant fuite serait difficile à avaler", au point que "les principales agences de presse et médias ont décidé de ne pas relayer"


C'est vrai, c'est invraisemblable. 

Un peu moins cependant que si le téléphone d'un Minist(...)

Approuvé 3 fois

Biden est un piètre libéral, je crois que tout le monde est d'accord là-dessus. Mais préférable à Trump sur tous les plans. 

Le système politique des USA, ne laissant le choix qu'entre ces deux octogénaires, est pourri jusqu'à la moelle.

(...)

Derniers commentaires

Ou comment générer un effet Streisand maximum. 

J'hésite entre en conclure que Twitter est stupide ou qu'il roule pour le compte qui est sa plus grosse source de publicité.


A part ça je trouve mignonne l'histoire du bon prolo réparateur qui connait un proche de Giuliani pour lui remettre des disques durs. Par rapport à bêtement passer par Wikileaks la dernière fois je salue l'effort d'avoir innové pour rendre hommage aux gens simples.  On est passé d'un film de James Bond à un Tuche (ce qui vaut aussi pour le coté destroy de la petite histoire de pipe en bonus, d'ailleurs, que beaucoup semblent oublier de mentionner).


Les Pravda digitales et ce n'est que le debut, la presse "social-démocrate" ne voit jamais aucun souci dans un "premier temps" -d'ailleurs ils commençaient à constater les violences policières envers les GJ au bout de 6 mois, quand le mouvement commençait à s'essouffler 

À ma connaissance, le seul mail "incriminant" Hunter Biden cité par le New York Post serait celui où un cadre de Burisma le remercierait pour avoir permis une rencontre future avec Joe Biden. Mail non authentifié pour une rencontre qui n'a jamais eu lieu.


Même la "timeline" de cette histoire est douteuse.

"la provenance de cette soi-disant fuite serait difficile à avaler", au point que "les principales agences de presse et médias ont décidé de ne pas relayer"


C'est vrai, c'est invraisemblable. 

Un peu moins cependant que si le téléphone d'un Ministre chargé de la fraude fiscale avait quelques années auparavant, enregistré accidentellement sur la messagerie d'un de ses opposants politiques une conversation où il avouait posséder un compte caché à l'étranger.

Mais invraisemblable quand même.


Disons plutôt que les journalistes, eux aussi, ont plus envie de croire en certaines infos qu'en d'autres.


L'autre question étant : qu'est ce qui pousse ces plateformes à franchir ces lignes déontologiques ?
https://www.francetvinfo.fr/culture/series/netflix/derriere-nos-ecrans-de-fumee-le-documentaire-qui-va-peut-etre-vous-sevrer-des-reseaux-sociaux_4115743.html ;)

Belle conclusion; mais c'était à prévoir !


Sinon, les journalistes qui le voudront bien, se pencheront sur "le cas Biden" quand celui-ci sera élu; pour l'instant leur priorité c'est de virer Trump.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.