29
Commentaires

Trump et les escaliers : à propos de quelques secondes coupées dans une video...

Il formule des réponses bizarres aux questions qui lui sont posées, est incapable d'émettre une phrase à la syntaxe correcte, possède un vocabulaire ne dépassant pas celui d'un enfant de sept ans et semble éprouver de grosses difficultés à lire un texte de plus de trois paragraphes ; il est d'autre part extrêmement impulsif et ne possède pas la moindre trace de freins sociaux ; il est enfin sujet à des pertes d'équilibre à l'approche d'un escalier. Et si Donald Trump était atteint de démence précoce ?

Derniers commentaires

Vous savez, ma maman a 72 ans et il lui arrive de prendre mon bras pour descendre un escalier... Rien de fort choquant à cet âge, si ?
Il formule des réponses bizarres aux questions qui lui sont posées, est incapable d'émettre une phrase à la syntaxe correcte, possède un vocabulaire ne dépassant pas celui d'un enfant de sept ans et semble éprouver de grosses difficultés à lire un texte de plus de trois paragraphes ; il est d'autre part extrêmement impulsif et ne possède pas la moindre trace de freins sociaux

Ouf ! j’ai compris en lisant la suite. Je me demandais pourquoi diable vous parliez de Sarkozy alors qu’il n’est plus candidat.

Pour les escaliers et la lecture, la piste presbytie (de proximité) + coquetterie me semble hautement probable aussi.
354 marches dans la statue de la Liberté :

https://www.youtube.com/watch?v=a7gcyeNOqR4
Le diable est dans les détails.
Et s'il était simplement presbyte et trop coquet pour mettre des lunettes en public?
Le fait qu'il nous manque une fraction de seconde de Trump est certainement à déplorer pour conforter le diagnostique.
Néanmoins nous ne pouvons que remercier le monteur de cet arrêt sur vidéo de nous avoir épargné Trump pendant tout ce temps-là, fut-il qu'une fraction de seconde.
Une fraction de seconde voilà ce qui suffirait pour nous envoyer tous en enfer car c'est aussi ce qu'il suffirait à Trump pour appuyer sur le bouton de ces 6 doigts (on n'en voit jamais un ni dix, ce qui aussi un signe de dégénérescence).
Mais notre réconfort est qu'il ne suffit pas d'appuyer sur un bouton, il faut faire un code, et que ce code n'est pas qu'une succession de chiffres, et qu'il n'y a pas de téléprompteur.

Qu'il ne sache pas lire est évident, certains ont même évoqué le syndrome d'Irlen qui expliquerait aussi le problème des escaliers ("difficulté pour évaluer la distance")

En tous les cas, Alzheimer, dégénérescence ou Irlen, les USA ont montré qu'ils ont une aptitude à placer au plus haut poste un débile mais en l’occurrence ils ont fait fort

Nous allons prouver, nous Français, que nous n'avons pas de leçons à recevoir d'eux : il y a de grande chance que nous placions une facho digne de son père facho de chez facho ou un e-produit bancaire
C'est u peu comme le 9/11 en son temps, plein de gens se sont fait des théories avec ce qu'il croyaient voir sur les vidéos...
Et puis les "absences" de Clinton étaient beaucoup plus zarbi que les hésitations d'un homme de 70 ans qui frise les 1,90m...
Il faudrait demander son avis à Aaron Sorkin : c'est lui le grand spécialiste des maladies dégénératives des présidents US .
Ce cadrage d'un militaire contre ténor chantant l'hymne national avec des oreilles de lapin roses dans le cou est assez farfelu aussi!
L'accusation sur le fait qu'il ne saurait pas lire est assez ridicule. Il a par exemple utilisé un prompteur a son discours d'investiture et s'en détachait peu : http://time.com/4640707/donald-trump-inauguration-speech-transcript/
Quant aux escaliers, ou alors c'est une démence ou phobie soudaine, ou c'est du n'importe quoi. On peut aussi se référer à sa cérémonie d'investiture : https://www.youtube.com/watch?v=ywLDehV6yOc&t=1h18m58s où il descend des escaliers tout à fait normalement

Ça va arrêtsurimages, le relai d'informations délirantes ?
Rampant d’argent sur champ de sinople, dragon
Fluide, au soleil la Vistule se boursoufle.
Or le roi de Pologne, ancien roi d’Aragon,
Se hâte vers son bain, très nu, puissant maroufle.

Les pairs étaient douzaine : il est sans parangon.
Son lard tremble à sa marche et la terre à son souffle ;
Pour chacun de ses pas son orteil patagon
Lui taille au creux du sable une neuve pantoufle.

Et couvert de son ventre ainsi que d’un écu
Il va. La redondance illustre de son cul
Affirme insuffisant le caleçon vulgaire

Où sont portraicturés en or, au naturel,
Par derrière, un Peau-Rouge au sentier de la guerre
Sur son cheval, et par devant, la Tour Eiffel.

Alfred Jarry -nLe Bain du roi
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.